Les poulpes changent de couleur pendant les bagarres

Les affrontements entre poulpes sont rares, mais chatoyants.

|
29 Janvier 2016, 4:15pm

Les scientifiques savent depuis longtemps que les poulpes, comme d'autres céphalopodes (les calmars par exemple) sont capables de changer de couleur et de forme avec une habileté extraordinaire. Jusque là, nous pensions que cette capacité était une stratégie de camouflage. Pourtant, des chercheurs ont observé récemment que les poulpes utilisaient parfois leurs talents de transformistes lors d'une confrontation avec un congénère.

Une équipe de l'Université du Pacifique en Alaska, dirigée par David Sheel, a constaté que ces animaux adoptaient des teintes et des postures spécifiques lorsqu'ils étaient engagés dans un conflit. Une pieuvre en colère prendra une couleur sombre, alors qu'une pieuvre qui bat en retraite deviendra toute pâle dans l'espoir d'échapper à l'affrontement. Enfin, les poules empruntent des postures intimidantes ou soumises assorties à leur changement de couleur.

Sur la vidéo diffusée par les chercheurs, on peut voir des poulpes originaires du sud de l'Australie s'engager dans deux scénarios de conflit différents. Le premier, un poulpe adopte la couleur sombre signifiant l'agression, tandis que son adversaire conserve sa couleur précédente. Ce dernier, en ne changeant ni de couleur, ni d'attitude, dit en fait à son adversaire : « Ok mon gars, c'est parti. »

Dans le second scénario, un poulpe de couleur sombre étire son corps de manière à paraître le plus imposant possible, tandis que son compétiteur adopte soudain une couleur pâlotte. Il a sans doute décidé qu'il valait mieux sauver sa peau.

Cependant, Sheel note dans un article que les affrontements entre poulpes étaient extrêmement rares. Il estime que le langage corporel de ces animaux est avant tout conçu pour éviter les conflits autant que faire se peut. Comme les poulpes sont des animaux très solitaires qui s'accouplent peu souvent, ce stratagème pourrait constituer une stratégie évolutive gagnante : peu d'individus sont tués au combat.

Sheel a expliqué au New Scientist que « la tolérance que les poulpes ont les uns envers les autres est assez fascinante. Il y a probablement une raison à cela, mais nous ne la comprenons pas encore. Si seulement les humains pouvaient les prendre comme modèle ! »