Les chiens reconnaissent-ils les autres chiens juste en les voyant ?

Comment un caniche sait-il immédiatement qu'un berger allemand est aussi un chien ? C'est fou, sérieux.
5.1.16

J'aime tous les chiens. Sans exception. Certes, je confesse une légère préférence pour les samoyèdes, les bouledogues français, les beagles et les braques de Weimar ; mais le plus affreux des bâtards, le plus édenté des roquets, le clébard le plus puant suscite en moi une sympathie que je n'ai que rarement pour mes contemporains. Je suis membre d'au moins 7 groupes Facebook consacrés exclusivement aux chiens, et une bonne moitié de mon feed Instagram consiste en des photos de chiens se livrant à des activités plus ou moins cools, ou en train de ne rien faire, peu importe. Je lâche systématiquement mon like d'une double inflexion rapide du pouce.

Autant dire que je sais reconnaître un chien. À vrai dire, j'ai, au fil des années, développé une sorte de sixième sens me permettant de diriger immédiatement mon attention vers le moindre chien se trouvant dans mon champ de vision, même s'il ne s'agit que d'un bout de queue ou du bruit feutré de petites pattes (trop mignonnes !!!) parcourant le pavé humide. Je suis le putain de Rain Man des chiens. Autisme compris : s'il y a un chien et que je peux le caresser, plus personne d'autre n'existe. Si un jour j'ai des enfants ET un chien, j'espère que mes gosses seront débrouillards, parce qu'il ne faudra pas trop compter sur moi.

Mais je ne suis pas le seul à être capable de repérer immédiatement n'importe quel chien. Vous savez qui d'autre fait ça très bien ? Les chiens. Quand j'étais petit, je voyais mon chien (un westie) aboyer et tirer sur sa laisse dès qu'il apercevait un autre chien, même s'il ne lui ressemblait absolument pas. Et je me demandais : « mais comment il sait que c'est aussi un chien ? Comment un caniche peut-il savoir qu'un berger allemand appartient à la même espèce que lui, alors qu'il n'a même pas conscience d'être un caniche, ni que l'autre est un berger allemand, et encore moins de ce qu'est une espèce ? » Je soupçonnais qu'il soit question d'instinct (ce qui ne veut pas dire grand-chose), mais aussi d'odeurs, de phéromones, etc. Mais le plus souvent, il était clair que les chiens se reconnaissaient entre eux de vue, et le fait que mon chien tente d'attaquer la télé de mes parents à chaque fois qu'un autre chien y apparaissait me confortait dans cette idée. Se pouvait-il alors qu'ils se reconnaissent simplement en s'apercevant, pris dans un dialogue muet du genre « hey, créature étrange, tu fais deux fois ma taille et je n'ai jamais rien croisé qui te ressemble, mais toi et moi on sait qu'au fond on est les mêmes » ? C'est sans doute le premier ersatz de réflexion métaphysique qui soit né dans mon esprit.

C'est aussi la question que s'est posée une équipe de chercheurs français, qui a publié ses résultats en 2013 dans la revue Animal Cognition. L'interrogation de base était la suivante : sans le moindre indice olfactif, et donc par le seul truchement de la vue, les chiens reconnaîtront-ils des chiens de races différentes ? Pour y répondre, ils ont réuni neuf chiens, qui allaient être les sujets de l'étude. Sept d'entre eux étaient des bâtards issus de croisements très divers, et deux étaient des chiens de race (un labrador et un border collie).

La première phase du protocole expérimental était assez simple : on présentait à chaque chien deux écrans, séparés par une fine cloison. Sur l'un des écrans, on diffusait la photo d'un chien, toujours le même. Sur l'autre écran, on diffusait simplement du noir, du bleu, ou une photo de vache. À chaque fois que le chien se dirigeait vers la photo du chien, il était récompensé ; s'il allait vers l'autre écran, il ne recevait rien. L'idée était donc d'associer la récompense au fait de reconnaître un chien, et rien d'autre. Avant de continuer l'expérience, tous les chiens devaient s'être dirigés vers la photo du chien au moins 10 fois sur 12. Les neuf participants y parvinrent.

Bravo gros pépère !

C'est la deuxième phase de l'expérience qui est la plus intéressante. Une fois encore, on présentait aux chiens deux écrans, dont l'un montrait l'image d'un chien et l'autre non, et on leur demandait de répéter le même exercice. Sauf que cette fois, on ne leur présentait jamais la même photo de chien ; à l'inverse, celle-ci changeait à chaque fois, montrant tantôt un husky, tantôt un fox terrier, tantôt un lévrier… Il en allait de même pour l'autre image, qui pouvait être celle d'un visage humain, d'un chat, d'un serpent, bref de n'importe quel être vivant répondant au critère de ne PAS être un chien. Et pour pimenter le tout, les images pouvaient être de face ou de profil. Autant dire que le niveau de difficulté avait pas mal augmenté, et que les chiens allaient devoir être bons.

Des chiens et des non-chiens. Saurez-vous les distinguer ?

Et ils le furent. Nos neuf héros réussirent tous à distinguer les chiens des non-chiens au moins 10 fois sur 12, même si certains eurent besoin d'un peu plus de temps que les autres (le dénommé Cusco, que vous pouvez voir plus haut, a par exemple pas mal galéré puisqu'il lui a fallu une dizaine de sessions pour y parvenir, mais c'est sans doute parce qu'il pensait à autre chose, genre les impôts ou l'insoutenable vanité des choses). Autrement dit, en dépit de l'incroyable diversité de leurs apparences, les chiens sont capables de reconnaître les autres chiens uniquement à l'œil. Lorsque mon chien aboyait devant la télé pendant que je matais Air Bud : Buddy star des paniers, ce n'était pas parce qu'il était impressionné par les multiples tirs à 3 points rentrés par le fameux Buddy (RIP mon vieux), mais parce qu'il avait bien compris que ce golden retriever plus fort que moi au basket appartenait à la même espèce que lui. Par contre, on ne sait toujours pas sur quels éléments les chiens se basent pour identifier leurs congénères. Peut-être sur le fait qu'ils soient plus cools que tous les autres animaux.