Regarder des séries permet-il vraiment de reposer son cerveau ?

S’effondrer devant la télévision après une dure journée de travail n’est peut-être pas le meilleur moyen de vous détendre.
15.1.16

C'est le meilleur jour de la semaine. Celui où, libéré de toutes vos obligations, vous pouvez vous installer sans remords devant la télévision afin de « débrancher votre cerveau » mis à mal par le stress du quotidien. Le livre de la Genèse, s'il était à l'époque contemporaine, se terminerait sans doute sur ces mots : « Ainsi furent créés le Ciel et la Terre. Le septième jour, Dieu avait achevé l'œuvre qu'il avait faite. Et Dieu bénit le septième jour, puisque ce jour là, Netflix & Chill. »

Mais regarder le dernier (ou les six derniers) épisode(s) de votre série préférée est-il vraiment reposant ? Devrions-nous céder aux tentations de l'écran, des coussins et du canapé, ou faut-il les combattre ?

Pour commencer, l'idée selon laquelle le cerveau aurait besoin de « se reposer » n'est pas complètement infondée. Les humains ne sont capables de rester concentrés sur la même tâche plus d'une ou deux avant qu'il ne commence à montrer des difficultés pour absorber de nouvelles informations. Nous avons besoin de prendre des pauses régulièrement.

Il y a plusieurs types d'ondes cérébrales : les ondes beta, qui interviennent lorsque l'esprit est en alerte, concentré sur une tâche spécifique. Les ondes alpha, quant à elle, correspondent à un état de relaxation où notre esprit est libre de vagabonder à notre guise. Au stade alpha, le cerveau traite toutes les informations fournies par l'environnement, en tire des enseignements, et stocke une partie de nos souvenirs afin de faire de la place pour ces nouvelles informations. C'est également à ce moment là qu'il crée de nouvelles connections neuronales qui favorisent les idées créatives. C'est pour certes raisons que certaines entreprises encouragent à faire des pauses régulières et que nous avons nos meilleures idées sous la douche.

Méditer, faire du sport, s'allonger au calme, voilà des manières réputées efficaces pour reposer son cerveau. Les ondes alpha sont diffusées quelques secondes seulement après que l'on a commencé à fermer les yeux, nous isolant des stimuli visuels.

Et regarder la télé, alors ? La question est difficile à résoudre.

Les neuroscientifiques ne savent pas exactement ce qu'il se passe dans nos cerveaux lorsque nous sommes scotchés devant la télévision. Cependant, quelques études encéphalographiques (qui mesurent l'activité cérébrale électrique du cerveau), ont observé que les parties du cerveau que nous privilégions pour les tâches cognitives difficiles (comme le néocortex, utilisé essentiellement pour l'analyse et le raisonnement) sont très peu actives lorsque nous admirons des zombies sur notre écran de TV. Pendant ce temps là, le cortex visuel, lui, est extrêmement stimulé. Le cerveau est alors coincé dans un curieux état d'entre deux. Une grande partie de nos neurones sont actifs, mais notre cerveau n'est pas engagé dans une activité exigeante. Il accueille des informations en grande quantité, sans les traiter pour autant. En quelque sorte, il n'est ni vraiment détendu, ni vraiment actif.

Contrairement à ce que l'on pourrait croire, « ne rien faire » ne permet pas se relaxer. Il faut plutôt changer l'objet, l'environnement ou l'activité sur lesquels se concentre le cerveau. « L'idée selon laquelle il est nécessaire de s'allonger en regardant le plafond pour se reposer contredit ce que nous savons du fonctionnement du corps » explique Matthex Edlund, expert en sommeil et régénération au Centre de Médecine Circadienne en Floride. Le corps est en perpétuelle régénération, mais changer régulièrement d'activité l'aide dans cette tâche. « Débrancher son cerveau » n'a pas grand sens. C'est inutile, et sans doute impossible. Essayez plutôt de concentrer votre cerveau sur autre chose.

Le cerveau ne cesse jamais de fonctionner, même durant le sommeil ; en fait, dès le moment où vous vous endormez, il travaille à plein régime, organisant les informations acquises pendant la journée et continuant d'apprendre. Le sommeil améliore les fonctions cognitives, la créativité, l'humeur, favorise la perte de poids et améliore la libido.

Est-il possible de retirer les mêmes bénéfices d'un léger endormissement devant la série à laquelle vous êtes accro ? « Accro » est bien sûr le mot-clé, ici. La télévision est connue pour susciter un léger phénomène d'addiction, surtout si vous regardez des séries à la mode. La complexité de leur scénario est à même de vous encourager à passer des heures collé à votre écran.

Une théorie suggère qu'au lieu de laisser le cerveau vagabonder au gré de votre imagination, la succession rapide des scènes et des sons déclenche ce que l'on nomme « la réaction d'orientation », un instinct de survie qui nous pousse à nous mettre en alerte en cas de stimuli soudains dans notre environnement. Certains programmes (sans parler des pubs) sont spécialement conçus pour mobiliser notre attention de cette manière. C'est pour cette raison que nos yeux sont rivés à l'écran sans qu'on ne puisse les en détacher, comme si nous étions dans une sorte de transe hypnotique.

« Certains signaux visuels nous fascinent tellement qu'ils nous empêchent de faire quoi que ce soit d'autre. Nous sommes principalement des animaux visuels » ajoute Edlund.

Le problème, c'est que la plupart d'entre nous adorent regarder la télé. Elle nous procure une douce sensation de relaxation et quelques décharges d'endorphines. Des psychologues estiment qu'elle peut soulager le stress en nous détournant momentanément de nos tracas quotidiens. Regarder la TV ne demande aucune compétence particulière et n'exige aucun effort physique. Personne ne vous ennuie ni ne vous réclame quoi que ce soit. Vous pouvez vous fondre complètement dans un récit de fiction, adopter une vie alternative. Évidemment, le programme est tentant.

« Les gens sont affreusement stressés. Leur premier réflexe sera être de briser le lien avec leurs problèmes, » explique Edlund. « Ça ne leur permet pas nécessairement de se sentir mieux… mais l'instinct commande s'engager dans une activité qui leur permettra de rester passifs. Même si ça ne fonctionne pas très bien, c'est quelque chose de très naturel. Lorsque nous sommes incapables de contrôler la situation dans laquelle nous nous trouvons et que nous sommes exposés à un stress continuel, nous devenons passifs. »

Le désir de trouver une échappatoire est très répandu chez les humains ; en l'occurrence, la télé en offre une sur un plateau d'argent. La psychologue des médias Pamela B. Rutledge estime qu'un peu de distraction peut faire du bien, et que tout ce qui peut faire diminuer le stress est le bienvenu. « La télévision nous fait voyager dans un autre monde dans lequel nous serions pleinement présents » ajoute-t-elle.

L'idée que notre bien-être pourrait dépendre en partie de ce que nous regardons à la TV n'est pas très réjouissante. Intuitivement, il nous semble qu'un documentaire stimulera davantage notre cerveau qu'une rediffusion des Simpson. Pourtant, en 2012, une étude a montré que regarder un programme pour la seconde fois avait des bénéfices sur la cognition. Les programmes que nous connaissons bien ont également des règles de construction, des thèmes, des personnages familiers, que notre cerveau interprète comme le signe qu'il en sécurité, explique Rutledge. Des recherches ont montré que les comédies pouvaient activer le cortex insulaire et le complexe amygdalien, des régions du cerveau qui interviennent dans la régulation de l'humeur.

« Les épisodes de série, notamment lorsqu'ils sont regardés à la chaine, nous donnent le sentiment que nous avons un lien avec les personnages parce que nous connaissons parfaitement leur psychologie. La sensation d'avoir créé ce lien stimule notre système de récompense » ajoute Rutledge.

Néanmoins, passer trop de temps devant la TV (les français la regardent près de 4h par jour) augmente notre mal-être, comme le montre une étude. Un article du Scientific AmericanScientific American explique à ce propos :

« L'impression d'être détendu s'évanouit dès lors que nous avons éteint notre écran. En revanche, le sentiment de passivité et d'apathie, lui, va persister pendant des heures. Les sujets étudiés ici ont rapporté que la télévision avait absorbé leur énergie, les laissant vides et abattus. Après avoir regardé leur programme, leurs difficultés de concentration étaient encore plus grandes qu'auparavant. Selon eux, ce phénomène est spécifiquement lié à la télévision, et n'advient pas après une séance de lecture. Après avoir fait du sport ou s'être engagés dans une activité manuelle, les participants ont vu leur humeur s'améliorer. La TV, quant à elle, les laisse dans le même état, ou les fait sombrer encore davantage. »

Les liens entre TV et repos n'ont pas été suffisamment explorés par la science pour que nous puissions conclure quoi que ce soit. Cependant, cela vaut peut-être le coup d'écouter la petite voix dans votre tête qui vous souffle d'aller faire du sport ou de vous consacrer à une activité qui vous passionne. Elle n'est sans doute pas inspirée uniquement par la culpabilité.

Pour la plupart des gens, le repos actif (sport, méditation, socialisation) est plus efficace que le repos passif pour régénérer le corps et l'esprit, conclue Edlund. « Si vous combinez des activités sociales et des activités sportives, vous vous sentirez plus alertes, plus vivants, qu'en passant des heures devant la TV. »

« Enfin, si vous voulez stimuler votre production de cellules nerveuses, sortez faire un tour. »