FYI.

This story is over 5 years old.

Obama a promis de consacrer 4 milliards au développement de véhicules autonomes

Le gouvernement américain est en train de réaliser le vœu le plus cher des constructeurs automobiles.
Image: Google

Les américains ont abandonné leurs fantasmes de Mercedes et rêvent désormais de voir des voitures autonomes sillonner leurs routes. L'administration Obama les encourage dans cette direction.

Le secrétaire aux Transports américain, Anthony Foxx, a annoncé ce jeudi que le gouvernement américain avait l'intention d'investir près de 4 milliards de dollars dans les 10 prochaines années afin de contribuer « à l'accélération du développement de véhicules autonomes sûrs, grâce à des campagnes de test en conditions réelles. » Cet investissement sera intégré au budget de 2017, qui sera publié en février.

Le gouvernement américain espère que le premier semestre 2016 sera consacré à la mise au point d'un « plan de développement national des véhicules autonomes. » Un plan pour le moins ambitieux. Il n'est pas orienté vers le développement des voitures « semi-autonomes », qui existent déjà et dépendent d'un pilote pour effectuer certaines opérations. À l'inverse, le gouvernement veut s'assurer que cet investissement contribuera à la création « de véhicules parfaitement autonomes, qui ne nécessitent aucun encadrement humain, et qui seront déployés en grand nombre dès lors qu'ils rempliront toutes les exigences de sécurité. »

En créant des normes de sécurité uniformes au niveau national, le gouvernement américain souhaite concentrer les efforts des constructeurs dans une direction précise. Il y a quelques mois, le PDG de Volvo a déclaré que sa société n'était pas en mesure de proposer des véhicules autonomes « crédibles » à cause de la disparité des normes de sécurité et de conduite dans les différents états américains.

Bien sûr, des sociétés comme Google et Ford se sont déjà lancées dans le développement de cette technologie. Mercedes a déclaré lors du Consumer Electric Show de Las Vegas la semaine dernière qu'il pourrait proposer des véhicules parfaitement fonctionnels autour de 2020. Google a annoncé le même délai à Steven Levy de Backchannel.

Ces projets éludent néanmoins un aspect important du problème : nous ne sommes pas convaincus que le public soit prêt à se laisser embarquer sur la route par des véhicules autonomes. Jan Dawson, analyste en chef Jackdaw Research, a écrit dans une note de recherche que pour le moment, les personnes ne sont disposées à faire confiance qu'aux véhicules disposant d'une autonomie limitée. « Le but n'est pas tant de construire un véhicule sûr que de construire un véhicule dans lequel tout le monde se sentira en sécurité, » explique-t-il. « Conquérir la confiance des utilisateurs sera long et difficile. Peut-être même plus long que le développement de la technologie elle-même. »