FYI.

This story is over 5 years old.

Sports

Non, l'UFC n'est pas à vendre

L'UFC veut seulement s'implanter dans de nouveaux pays selon son président, et ce, malgré les rumeurs qui évoquent une possible vente.
Foto por Ed Mulholland/Zuffa LLC

Mercredi après-midi, des infos concernant une éventuelle vente de l'UFC sont sorties. ESPN a rapporté que les frères Fertitta négociaient avec plusieurs entreprises pour vendre l'organisation de MMA dont ils sont propriétaires.

Lorenzo et Frank Fertitta ont acheté l'UFC en 2001 pour 2 millions de dollars, donnant ainsi naissance à Zuffa LCC, société détentrice de l'UFC. Ils ont ensuite investi 44 millions de dollars pour faire croître Zuffa LCC qui a acquis les droits de promotion de plusieurs autres organisations comme Pride FC, WEC et Strikeforce. La société a généré plus de 600 millions de dollars de profits l'année dernière.

Publicité

Selon les médias, il y aurait quatre entreprises intéressées par l'UFC : WME-IMG, China Media Capital, The Blackstone Group et le Dalian Wanda Group. L'affaire pourrait se conclure autour de 4 millions de dollars et c'est le Dalian Wanda Groupe qui semble le mieux placé.

Mais dans l'émission du journaliste Dan Patrick, Dana White a démenti la rumeur d'un rachat.

« Nous ne sommes pas en train de vendre l'UFC, a déclaré le président de l'organisation. Nous travaillons toujours pour nous développer dans le monde entier. Nous ne sommes pas à vendre, mais si quelqu'un vient avec quatre milliards de dollars, nous pouvons discuter. C'est certain. »

« Nous travaillons toujours sur de nouveaux axes de développement. Nous allons essayer de nous installer dans de nouveaux pays comme le Japon, la Chine et la Corée. Et concernant la vente de l'UFC, je l'ai dit mille fois, on reçoit des offres tout le temps. Ça a commencé en 2010 quand on a reçu une première offre d'achat d'un montant d'un milliard de dollars et on l'a refusée ».

Quand Dan Patrick a demandé à Dana White s'il pouvait rester président de l'UFC en cas de vente, il a affirmé : « Je ne sais pas si ça serait possible. Le jour où nous déciderons de vendre, je ne ferais plus ça. J'aime ce métier, j'aime le sport vous savez. Tous les jours quand je me réveille, je me dis que je vais aller au boulot et ça m'excite, ça me plaît. Les frères Fertitta et moi nous travaillons très bien ensemble, depuis longtemps, nous sommes de très bons amis et si nous décidons quelque chose, ce sera une décision mutuelle, sûrement parce que nous voulons tous partir ».