alcool

Non, je n’ai pas bu dans l’expo des caves Pommery

En ce moment, à Reims et au milieu de milliers de bouteilles de champagne, se déroule « Gigantesque ! », une exposition millésimée.

par Léa Chauvel-Levy
23 Novembre 2016, 2:00pm

« Il fait vraiment très froid dans l'expo, couvrez-vous bien. » Rassurant. Ainsi démarre la visite de cette 13ème Expérience Pommery. Voilà donc Fabrice Bousteau, commissaire de l'exposition reconverti en guide de haute montagne pour l'occasion. De spéléologie, en l'occurrence puisque le parcours se déploie dans les caves du Domaine, à 60 mètres sous la terre. Bonnet, bottes fourrées et moufles ne sont pas de trop dans ce labyrinthe grandiose, percée longue de 18 kilomètres de galeries souterraines, où l'on découvre à chaque détour, une œuvre monumentale ou minuscule qui fait lever la tête ou plisser les yeux. Ces effets d'échelle font le jeu et l'intérêt de cette exposition qui se vit comme une expérience (de l'extrême). Le froid, la pénombre habillent les œuvres d'un manteau particulier. Et soyons clairs, la tentation est grande de se réchauffer en ouvrant les bouteilles qui nous entourent. Mais interdiction formelle d'y toucher, on est là pour toute autre chose. Oui, oui.

D'abord un escalier qui ressemble à celui d'une grotte. Profond, jusqu'aux ténèbres. Pablo Valbunena y a installé des faisceaux lumineux et sonores qui montent et descendent en même temps que le visiteur. Une hallucination visuelle qui englobe et redessine entièrement l'espace. Plus loin, c'est le sèche-cheveux de Sarah Schoenfeld dont l'air vrombit dans une bouteille de champagne qui crée une ambiance underground de boîte de nuit berlinoise. On fait mine de vouloir comprendre l'œuvre de très près pour se réchauffer un peu, et ça marche. À droite, au fond d'un long couloir noir, se baisser pour voir, au fond des puits les perspectives affolantes en néon de Ivan Navarro. On est cuit, il est écrit « Die ». On se prépare au pire. Un peu comme dans Evil Dead de Sam Raimi. Par -2 degrés et dans le noir, sortira-t-on vivants ? Au pire, il y a 25 millions de bouteilles, la fête est assurée.

Iván Navarro. Die, 2009

Il faut bien l'œuvre jubilatoire de Lilian Bourgeat, immense paire de bottes de pluie (deux chaussures gauches, ce qui signe la différence entre un magasin Aigle et une exposition d'art contemporain) installée dans l'une des crayères pour poursuivre gaiement le parcours. Personne ne fait du 72, (perso moi je fais un petit 37) alors on poursuit dans les caves Manchester avec les œuvres de plastique suspendues sur 50 mètres de Choi Jeong Hwa. Happy Happy, magnifique quincaillerie colorée donne l'impression d'un immense rideau fait de passoires roses, théières bleues, gobelets et ustensiles de cuisine en tout genre. Tellement magnifique que quelqu'un shoote dedans et la fait vibrer, effet domino jusqu'au bout du couloir.

Lilian Bourgeat, Invendues - Bottes, 2006

Le groupe est dissipé, il faut se calmer devant la vidéo hypnotique de Chaim Van Luit qui s'est filmé, camouflé, avançant pendant 30 minutes sur le sol d'un sous-bois, façon Varan de Komodo. Cela marche tellement bien que l'on ne voit rien. Il faut donc s'y prendre à plusieurs reprises pour le trouver. C'est un peu « Trouver Charlie » en vidéo. L'effet est bluffant et j'ai trouvé Charlie. Comme tout le monde grelotte, on allonge le pas. Là-haut, à la surface, nous attend du Champagne. Ainsi que l'éléphant suspendu par les pattes de Daniel Firman dans le cellier Carnot. Un vrai éléphant, mort encore poilu, préservé par un taxidermiste. Un peu comme dans la Grande Galerie de l'évolution au Museum d'histoire naturelle, la dimension artistique en plus, puisqu'il se reflète dans un gigantesque miroir. Du coup, on voit deux éléphants. Et ce n'est pas parce qu'une troisième coupe de champagne a rempli mon verre.

Daniel Firman, Würsa, (18,000 km above the Earth), 2006-2008

« Gigantesque ! Expérience Pommery », à Reims, jusqu'au 17 mai 2017. Pour voir les Expériences Pommery, sans boire une goutte d'alcool parce que l'abus la santé le danger et le reste, c'est en suivant ce lien.

Léa est sur Twitter.