Food by VICE

Une introduction à la cuisine de sorcière

« Quand les gens associent sorcellerie et cuisine, ils pensent surtout à l'herboristerie, mais il y a tellement plus que cela. »

par Melissa Madara; propos rapportés par Alex Swerdloff
30 Octobre 2018, 5:14pm

Toutes les photos sont d'Alex Swerdloff

La sorcellerie est un ensemble d'outils pratiques avec des objectifs spirituels, OK ? Ou un ensemble d’outils spirituels avec des objectifs pratiques – tout dépend du point de vue. Moi, j'aborde la sorcellerie de manière très pratique. Je pense que, quand les gens associent « sorcellerie » et « cuisine », leur premier réflexe, c’est l'herboristerie. Mais il y a tellement plus que ça.

J'ai abandonné mes études – en robotique – parce que je voulais être chef. Ma mère me disait qu'aller dans une école de cuisine, c’était un peu comme suivre un cursus pour devenir clown. Je pense qu'elle s’est rendu compte au final que ce que je voulais faire, c'est des gâteaux, un point c'est tout.

Je suis donc retournée à New York. Je suis allée dans une école de cuisine et j’ai chopé mon premier job d’assistante-pâtissière pour un grand chef de Manhattan. Ensuite, j’ai un peu bourlingué avant d’atterrir chez Dominique Ansel, où je travaillais environ 110 heures par semaine. En cuisine, on était entouré de baies vitrées et je voyais les gens promener leurs chiens en buvant des cappuccinos. Je me disais j’ai le nez dans la crème pâtissière et je n’ai pas vu le soleil depuis perpet’. Un jour, je leur ai dit : « Je vais chercher du sucre ». Je suis descendue, je me suis changée et je ne suis plus jamais revenue.

melissa-baking-witch-as-told-to-2

Photo avec l'aimable autorisation de Melissa Madara.

À l'époque, je n’étais pas trop branchée sorcellerie. J’étais juste une voisine lambda qui s'intéressait de manière assez ostensible au yoga, au tarot et à tout ce qui entoure cet univers. Je travaillais trop pour avoir une vraie pratique spirituelle.

Et puis j’ai commencé à me lier d'amitié avec les anciens propriétaires de Catland, une librairie dédiée à l’occulte. Quand j’ai lâché la pâtisserie, ils m'ont laissé m'installer chez eux huit heures par jour à tricoter, lire des bouquins et apprendre. J'avais un appétit grandissant pour la sorcellerie et l'histoire religieuse. Je rencontrais des gens et assistais à des rituels incroyables. Cela correspondait parfaitement à ma compréhension de la spiritualité et au fonctionnement de l'univers.

Quand ils m'ont fait signer un papier pour devenir à mon tour proprio du magasin, j’étais là « Mais grave ouais ! ». Mes heures d’étude et de pratique se sont multipliées. Pour vivre de la sorcellerie, il faut être la sorcellerie 24 heures sur 24, 7 jours sur 7. Lorsque j'ai commencé à incorporer de la bouffe et du vin, c’était comme un prolongement naturel des choses.

witchs-store

À l'intérieur de Catland. Toutes les photos sont d'Alex Swerdloff.

Dans le cours « Cuisine et sorcellerie » [dispensé au magasin], j’explique comment préparer un gâteau avec des herbes qui ont une signification traditionnelle, comment utiliser dans les pâtisseries des ingrédients inhabituels comme l'eau de lune ou le sang, comment et quand les donner aux gens sans que leur vie soit menacée. Et comment construire une recette à partir d'un sceau.

Un sceau signifie que vous utilisez une phrase dotée d’une intention, genre « Je veux sortir avec Fred », que vous prenez les lettres qui forment cette phrase pour en faire un symbole qui ne ressemble pas à la phrase d’origine. Ce symbole représente votre intention. Il le déplace aussi de votre esprit conscient à votre subconscient, où, théoriquement, vous pouvez le travailler davantage et puiser dans le subconscient universel.

J'encourage les gens à créer un sceau. Si vous avez une pâte à gâteau que vous êtes sur le point de mettre au four, vous pouvez prendre un couteau à gâteau et dessiner le sceau dessus. Vous pouvez le mettre sur un morceau de papier et faire cuire le gâteau au four par-dessus. Vous pouvez l’inscrire sur le glaçage puis le lisser. Plein de possibilités.

witchs-bay-leaf

Le cours « Vins et sorcellerie » s’articule lui autour des enthéogènes à base d’alcool et leur histoire. Les enthéogènes sont des substances qui élèvent et/ou modifient votre conscience dans le cadre de rituels. Par exemple, certaines personnes utilisent l'ayahuasca – un enthéogène – ou du vin de messe. À la fin, il y a une dégustation de vin, la partie laïque de l’événement, sauf qu’on n'en boit pas vraiment.

witchs-tea

Je suis Gémeaux ascendant Gémeaux, donc j'adore parler et j'adore enseigner. J'ai grandi dans ce que je considère être un environnement très sorcier, ce qui n’était pas du tout l’avis de mes parents. Ils allaient à l’église, rentraient à la maison, tiraient les cartes et ne voyaient aucune contradiction entre ces deux activités. On ne parlait jamais de sorcellerie. La bouffe a eu une place importante dans mon éducation – je suis croate ! Il y avait toujours des « petits repas » chez ma grand-mère qui se transformaient en banquet de quatre tables.

witchs-allspice

Je n'utilise pas beaucoup d'ingrédients ésotériques dans ma cuisine de sorcière. Quand vous vous intéressez à la fonction même de la sorcellerie, il apparaît assez vite que c’est un moyen pour les pauvres d’obtenir un pouvoir qu’ils n’ont pas. Beaucoup de la magie folklorique, aux États-Unis et en Europe, est donc constituée d’objets que vous trouverez dans n’importe quelle maison. L'eau de Cologne ? De la sorcellerie. La cannelle ? De la sorcellerie. Il n’y aura que très rarement un ingrédient auquel vous n'aurez pas accès.

witchs-florida-waterwitchs-catland-employees

Des employés de Catland

Il y a beaucoup d'idées fausses autour de la sorcellerie et de l'occultisme. Une mauvaise réputation qui les associe au mal et à l’idée de faire mal – que ce soit par vos actions ou en vous montant contre le monothéisme. Il y a tellement de traditions différentes en sorcellerie qu’il est assez risible de se contenter d’un « Vous travaillez avec le diable ! ». OK mais quel diable ?

witchs-basil

Autre incompréhension, les gens qui viennent me demander un objet capable d’améliorer leur vie. « Quelle bougie pourrait m'aider à trouver un taf ? » Généralement quand je réponds que le taf de la bougie c’est de prendre feu et que le leur est de se sortir de cette situation, ils sont choqués. Ces préjugés font que pas mal de personnes considèrent les sorcières comme des charlatans qui tentent de vous soutirer de l’argent.

En fait, je ne mets pas tellement de sorcellerie dans ma cuisine au quotidien. Lorsque les sorcières rentrent chez elles, elles ne jettent pas des sorts toute la nuit. Pareil pour les pâtissiers qui ne font pas que des muffins après le boulot. Généralement, je rentre chez moi et je bouffe ma pizza de chez Totino’s comme tout le monde. Rien de magique.

Il y a un sort qui réunit plusieurs pratiques de sorcellerie en cuisine. Il est basé sur une recette perse appelée « gâteau de l'amour ». Ces sorts ne sont pas juste pour attirer. Ils peuvent être utilisés comme une sorte de relais, une manière de renforcer le lien d'une relation existante ou au préalable d’une nuit de séduction.

Cette interview a été modifiée pour plus de clarté.

Melissa Madara est la propriétaire de Catland, ancienne chef pâtissière, et une sorcière pratiquante qui s’inspire des traditions chrétienne, hoodoo, indigène (Shawnee) et des Appalaches.


Cet article a préalablement été publié sur MUNCHIES US en octobre 2016

MUNCHIES est aussi sur Instagram, Facebook, Twitter et Flipboard