FYI.

This story is over 5 years old.

L'ancienne baraque de Mike Tyson va devenir une église

Johnny Joo a pris cette immense villa abandonnée en photo avant qu'elle soit transformée en lieu de culte.
All images via Johnny Joo

Mike Tyson a un jour dit "Je veux juste conquérir les gens et leurs âmes". Si à coups de poings ou de sang, il s'est définitivement fait un nom chez "les gens", les âmes ont toujours, quant à elles, semblé lui tourner le dos. Chose qui devrait enfin changer maintenant que son immense villa est transformée peu à peu en église par le Living Word Sanctuary.

La baraque, située à Southington, en Ohio, a été la propriété de Tyson au sommet de sa gloire, du milieu des années 80 à ce triste jour de 1999 où il du se résoudre à vendre ses 58 hectares de marbre et d'or. La maison a depuis connu deux propriétaires qui n’ont, en fait, jamais habité les lieux, ce qui lui a donné des airs de friche à l’abandon. Le nouveau propriétaire, Rob Hemelgarn, dirigeant d’une chaine de fitness, a acquis le bien immobilier pour seulement 600 000 dollars. Seulement voila, Hemelgarn a fait don du palace au Living Word Sanctuary pour qu’il le transforme en église gigantesque.

Publicité

On peut se demander ce qu’une église va bien pouvoir faire d’une piscine de 50 mètres avec des plots en forme de gants de boxe. Johnny Joo, un jeune photographe de 25 ans, a pu se balader dans un des lieux qui définie le mieux l’effondrement des 80s. Voici quelques uns de ses clichés.

“C’était assez étrange de savoir qu’il avait vécu là. À chaque fois que je rentrais dans une salle, je me demandais à quoi elle avait bien pu servir.”Explique-t-il au Huffington Post. Mais Joo n’était pas là par pur voyeurisme. Ce qu’il tente de mettre en avant c’est la futilité du lieu. “Pourquoi tout cela est il laissé à l’abandon ? Pourquoi tout le monde s’en fout ? Pourquoi personne ne savait que tout ce luxe était là à pourrir devant nos yeux ?”

Depuis ces photos, le Living Word Sanctuary s’est déjà mis au travail et l’endroit reprend vie – sans le bling bling outrancier. La piscine a été remplie et devrait devenir un lieu de baptême – parait-il. Le jardin sera dédié à de grands pique-niques et autres événements mêlant foi chrétienne et plein air.

The photographer told The Huffington Post, "It was just kind of weird knowing that he lived there […] of course it gets you thinking about every room: What was this room used for, what was that room used for, what did he do here, you know?" But Joo’s interest wasn’t just sheer voyeurism, he hoped to also convey a sense of futility and uncanniness through his work, inspiring people to ask themselves, “Why are we leaving all of this abandoned? Why is nobody caring? How do we not know that this is just sitting right here, right in front of our eyes?”

Publicité

Since Joo captured these images, the Living Word Sanctuary have already begun fixing up the space, filling in the pool which will one day serve as the central worship room, with plans to use the house’s existing features such as the basketball court for picnics and vacation bible school events.

Pas sûr que ce hasard fortuit n’aide en quoi que ce soit à racheter l’âme de celui qui ne rentrait jamais sur un ring sans vraiment vouloir tuer son adversaire. Priez pour lui, pauvre boxeur.

Tout ce qu’il faut savoir sur Johnny Joo, ici et pour vous procurer son livre Empty Spaces, c’est là.