FYI.

This story is over 5 years old.

Cela fait désormais sept ans que ce type se nourrit exclusivement de viande crue

Un entretien avec Derek Nance, l'homme qui soigne ses problèmes digestifs avec de la graisse animale et des têtes de mouton.
4.1.16

Derek montre le contenu du frigo de sa cave. Toutes les photos sont de l'auteur

Il y a quelques années, alors que je voyageais à travers les États-Unis, j'ai rencontré Derek Nance, un type du Kentucky qui disait se nourrir exclusivement de viande crue. Derek a grandi avec une mystérieuse maladie de l'estomac qui a empiré jusqu'à ce qu'il soit contraint de se tourner vers une version hardcore du régime paléolithique. Ses problèmes ont disparu dès qu'il a commencé à se nourrir de viande crue, engloutissant parfois des organes internes pour la vitamine C et des restes de viande rance pour renforcer son système immunitaire. Il va même jusqu'à se brosser les dents avec de la graisse animale. J'ai passé une nuit avec lui et sa copine végétarienne, écrit un article à son sujet, puis nos chemins se sont séparés. Deux ans plus tard, je me suis demandé ce que devenait Derek. Quand je lui ai passé un coup de fil pour prendre de ses nouvelles, il venait tout juste de rentrer d'un voyage à travers l'Europe, où il avait goûté toutes sortes de viande. Il m'a confié qu'il détestait la viande européenne – du coup, on a discuté de bonne viande, de sa micro-célébrité sur Internet et des conséquences désastreuses de mon article sur sa vie professionnelle. VICE : Salut Derek, tu bouffes toujours de la viande crue ?
Derek Nance : Oui, j'ai trouvé des gens qui peuvent garder des animaux pour moi. Je troque, je fais des échanges. Parfois, je passe même par Craigslist.

Publicité

Lors de notre dernière discussion, tu travaillais comme boucher.
Oui, j'étais boucher pour des fermiers. Après la publication de ton article, une émission allemande a voulu me filmer lors d'une journée de travail. Mais les fermiers craignaient qu'on leur fasse de la publicité négative. Je suis arrivé au boulot avec une équipe de tournage allemande et mon patron m'a dit : « Voilà ta dernière paie, on va en rester là. » Je ne gagnais que le salaire minimum de toute façon. J'étais uniquement là-bas pour apprendre.

La tête de mouton lui fait parfois office de dessert.

Je suis vraiment désolé.
Non, je suis content que les choses se soient déroulées ainsi.Ça a commencé sur Facebook. Je ne savais pas que l'article avait été publié, mais d'un coup, des gens venant du monde entier se sont mis à m'ajouter en ami. Ensuite, j'ai reçu des coups de téléphone et des offres. J'ai même fait une apparition dans plusieurs documentaires ; c'était taré. J'ai participé à la série A Million Ways to Live, pour présenter mon régime constitué de viande crue. La BBC m'a également contacté. J'ai été sollicité par Galileo, une émission allemande uniquement diffusée sur Internet. Ils sont venus me voir et m'ont acheté un bélier, mais il s'est enfui. Je pense que ni toi, ni moi ne nous attendions à ce genre de réactions. Sinon, ça va ? Tu reviens d'Europe, comment est la viande là-bas ?
Je vis dans le Kentucky, la région des pâtures. Il y fait bon vivre et le goût de la viande y surpasse tout ce que j'ai eu l'occasion de goûter en Europe. J'avais l'impression qu'ils étaient plus exigeants par rapport à la qualité de la nourriture en général, mais en fait on dirait des États policiers. En Angleterre, il est impossible de mettre la main sur des poumons, même si le haggis est fait à base de poumons. On ne vous laisse simplement pas en avoir. J'essayais de trouver des graisses animales, parce que mon régime en comprend beaucoup, mais tout est allégé là-bas. J'ai marché un peu partout dans Londres, où j'ai fini par trouver une boucherie halal, et ils se débarrassaient de toute la graisse. J'ai voulu l'acheter, mais le mec m'a répondu, On ne vend pas la graisse, c'est un déchet. J'ai insisté pour qu'il m'en donne un peu, mais le goût n'était vraiment pas terrible.

Tu peux m'expliquer en quoi c'était différent ?
La viande de basse qualité a un élément aigre difficile à décrire. Le bétail choisit naturellement les types de plantes dont il a besoin pour son équilibre. Ceci dit, la plupart des animaux n'ont pas plus de deux types d'herbe à brouter. Cela nuit à leurs organes. J'ai goûté aux bœufs d'origine européenne et ils ne sont pas bons du tout. Je suis vraiment très pointilleux : je ne mange que des animaux qui se nourrissent sainement et ont des choix alimentaires variés. J'ai cru comprendre que tu étais allé en France pour rencontrer l'une de tes héroïnes.
Oui, j'étais principalement venu pour rencontrer Ingre. Cette femme vient de Norvège, elle a 38 ans et cela fait à peu près neuf ans qu'elle suit ce régime. Elle est carnivore à 90 %. Parfois, elle va récolter des huîtres – elle en ramène une centaine en l'espace d'une heure et elle engloutit tout aussitôt. Elle est vraiment magnifique, forte et pleine de vie. Ce sont des qualités que je trouve exceptionnelles. Quel genre de vie mène-t-elle ?
Elle vit dans une ferme en plein air, avec des chevaux. Elle n'aime pas tout ce qui est artificiel, alors elle dort avec la fenêtre ouverte. Elle se lève tôt le matin pour aller nager, même quand il fait froid. Elle mange aussi beaucoup de poissons, et même des smoothies faits à partir de têtes de poisson. Tu as déjà essayé ?
Non, mais on a mangé des têtes de poisson ensemble. C'était croquant. Pourquoi tu tenais autant à la rencontrer ?
Je n'ai jamais eu la chance de rencontrer des gens comme moi. Il y a un truc chez elle, une sorte d'énergie universelle qu'on ne peut absolument pas retrouver sur un forum en ligne. Il faut simplement vivre l'expérience.

Derek en train de montrer sa vitalité. À droite, sa partenaire, Joanne. Tu penses avoir cette énergie, cet esprit ?
J'espère. Je me sens bien. Bien sûr, il y a des hauts et des bas. J'ai quatre enfants, et je passe beaucoup de temps à m'occuper d'eux. En plus de ça, je dois m'occuper des animaux à la ferme, ce qui demande énormément d'énergie. Ceci dit, je récupère facilement depuis que j'ai commencé ce régime. C'est quoi ton programme pour l'année prochaine ?
On a pas mal de boulot pour le jardin. On a prévu de construire un sauna. Sinon, j'irais bien en Nouvelle-Zélande ou ailleurs. Peut-être en Australie pour courir après les wallabies. Ils ont l'air un peu plus de gras que les kangourous.

Julian est sur Twitter.