FYI.

This story is over 5 years old.

Vice Blog

DRUGS - J'AI ÉTÉ UNE MULE À COCAÏNE EN AFRIQUE DU SUD

1.3.10

Quand les gens disent que Le Cap a le taux de mortalité criminelle le plus élevé du monde, en fait ils pensent à Cape Flats (la partie sud de la ville), et quand ils disent Cape Flats, en général ils imaginent Manenberg. Là bas, les rues sont à peine pavées. Les gens existent à peine. Le dernier jour de la décennie, une habitante de Manenberg nommée Jacqueline Jansen nous a donné une photocopie du "missing poster" de sa fille.

« Les enfants de ma fille vivent avec moi. Normalement, elle revient à Noël pour les voir, mais je ne l'ai pas vue depuis le 19 décembre. ». La fille de Jacqueline a été vue pour la dernière fois dans un shebeen de Nyanga. Jacqueline pense que c'est son copain qui l'a peut-être assassinée. « Ils l'ont arrêté, mais la police ne peut pas le garder détenu trop longtemps. Et lui, ne va rien leur dire. Les gens disent qu'elle est morte. Mais vous savez comment c'est - c'est difficile d'obtenir des noirs qu'ils vous donnent des infos. ».

Publicité

En 2005, sa petite-fille de cinq ans a disparu. On ne l'a jamais revue. À cette époque, il y a eu beaucoup de déclarations qui soupçonnaient la famille d'avoir vendu la petite pour 500R (environ 100 €). Mais Jacqueline, elle, était alors en prison après s'être fait attraper au cours de sa première mission comme passeuse de drogue intercontinentale.

Elle soulève son haut pour révéler la longue cicatrice rose qui traverse verticalement son ventre et nous raconte, hésitante, comment en 2002 elle a cru avoir trouvé la solution à tous ses soucis d'argent.

Vice: Pour quel type de drogue avez-vous été une mule?
Jacqueline Jansen: C'était de la cocaïne. J'ai été arrêtée à l'aéroport de Johannesburg alors que je tentais de rentrer sur le territoire, en provenance du Brésil. La police m'attendait. Ils m'ont emmené à l'hôpital pour prendre des radios et c'est comme ça qu'ils l'ont trouvée. Ils ont vu que l'un des sacs s'était logé de telle manière qu'aucun des autres ne pouvaient sortir et donc, ils ont été obligé de tout ouvrir.

C'était la première fois que vous faisiez ça?
Oui c'était la première fois que je le faisais avec de la drogue. J'avais transporté un paquet d'argent appartenant aux Nige-ees (les Nigérians d'Afrique du Sud) jusqu'à l'île Maurice, quelques mois auparavant. Cette fois là je n'avais pas été attrapée. Les Nige-ees ont des réseaux dans le monde entier, vous savez.

Ça faisait combien d'argent en tout? Vous avez jeté un coup d'oeil?
J'ai juste vu l'extérieur, une pile de billets de cent dollars, épaisse comme un annuaire téléphonique.

Publicité

Combien d'argent vous ont-ils proposé pour faire ça?
Pour passer la drogue, 20,000 Rand (environ 4,000€). Pour livrer l'argent, j'ai juste eu 10,000R.

Vous n'étiez pas inquiète à l'idée d'ingérer toutes ces drogues?
Non, le mec qui m'a préparée savait ce qu'il faisait. C'était sans danger.

Combien aviez-vous à avaler?
Un kilo.

Quelle était la taille des sacs?
À peu près la moitié d'un doigt.

Comment comptaient-ils récupérer la cocaïne après ça?
Il suffit d'attendre que ça arrive de l'autre côté.

Vous étiez déjà sortie du pays avant ça, mis à part l'île Maurice?
Non.

Combien de temps deviez vous rester au Brésil avant de pouvoir revenir?
J'y suis resté un mois.

Qu'avez-vous fait de tout ce temps?
Ils m'ont donné une chambre d'hôtel et puis j'ai pu voyagé en train, c'était quand même assez agréable.

C'était un bon hôtel?
Oui, c'était très bien.

Qu'avez-vous pensé du Brésil?
Ca ressemble beaucoup au Cap. Il y a énormément de gens différents qui se côtoient.

Vous vous sentiez mal à l'aise en arrivant à l'aéroport?
Non, ils vous donnent tout ce qu'il faut pour que vous ayez l'air bien. Ils m'ont emmené au Home Affairs, m'ont donné un nouveau passeport, et puis ils vous achètent des habits, des cosmétiques, des bagages… ils vous donnent même de l'argent de poche pour quand vous êtes sur place. Ils font en sorte que vous ayez l'air normal, vous voyez?

Comment en êtes-vous arrivée à devenir une mule?
C'est par le biais d'une amie à moi. Elle était aussi originaire de Manenberg et m'a introduit auprès des Nige-ees. Mais elle, elle n'avait pas d'enfants à nourrir. Elle avait juste besoin d'argent parce qu'elle consommait des drogues. Elle a aussi été arrêtée mais au Brésil, avant d'embarquer pour le vol retour. Du coup, elle a vendu la mèche à la police.

Publicité

Pourquoi?
La jalousie. Elle était jalouse de moi, et de ma vie, alors elle m'a balancée. Mais maintenant elle est morte. Elle est morte en prison au Brésil.

De quoi est-elle morte?
Ils disent qu'elle a attrapé une sorte de microbe ou quelque chose comme ça. Moi je pense que le Ni-gees l'ont tuée parce qu'elle en savait trop.

Est-ce que les nigérians étaient là au rendez-vous, à l'aéroport, lorsque les policiers vous ont arrêtée?
Les Nige-ees étaient là également - je pouvais les voir de l'autre côté du bâtiment - mais dès qu'ils ont vu la police ils se sont enfuis.

Vous avez eu des nouvelles d'eux depuis?
Non.

Le diriez-vous, si vous en aviez?
Non plus.

Vous avez été condamnée ?
J'ai écopé de 12 ans de prison. Mais quatre ont été suspendus donc je suis sortie après cinq ans, en 2007. Ma conditionelle dure jusqu'en 2011.

TEXTE: GAVIN HAYNES
TRADUCTION: BENJAMIN DAMADE