Publicité
LE NUMÉRO PRISONS

Réparer le système carcéral

Notre entretien avec Barack Obama sur l'enfermement généralisé des Noirs et des Latinos aux États-Unis.

par Shane Smith
04 Décembre 2015, 6:00am


Barack Obama discute avec des détenus arrêtés pour trafic de drogue, à la prison de El Reno. Photo : Matthew Leifheit

Cet article est extrait du numéro « Prisons »

En juillet dernier, VICE a accompagné Barack Obama lors de sa visite d'une prison d'El Reno, dans l'Oklahoma, afin de tourner un épisode spécial pour HBO sur le système judiciaire et carcéral américain. Pour la première fois dans l'histoire du pays, un Président en exercice s'est rendu dans une prison fédérale. On vous file quelques extraits de cet entretien, diffusé à la fin du mois de septembre sur la chaîne américaine.

VICE : Pourquoi avez-vous choisi de vous rendre dans une prison fédérale ? Barack Obama : Au cours des vingt dernières années, le nombre de détenus américains a doublé. C'est une évolution sans précédent, qui traduit une répression de plus en plus forte des délits liés à la possession, l'usage et la vente de drogue.

Aujourd'hui, il y a 21 fois plus de détenus incarcérés dans les prisons fédérales pour un délit lié à la drogue que dans les années 1980. En comparaison, si l'on additionne le nombre de personnes emprisonnées pour homicide, violence aggravée, kidnapping, vol, port d'arme illégal, incendie volontaire, abus sexuel et extorsion, on obtient un chiffre inférieur aux incarcérations liées à la drogue*. Comment cela est-il possible ?
Je pense que la peur est l'une des raisons clés. La « guerre contre la drogue » et l'épidémie de crack ont incité les responsables politiques à agir avec sévérité.

L'incarcération systématique est devenue la solution miracle aux yeux de pas mal de monde. Je ne me souviens pas avoir déjà vu quelqu'un perdre une élection à cause de sa fermeté envers les criminels.

Plus personne ne prend de recul et se demande s'il est normal d'emprisonner une personne pour un délit lié à la drogue pendant plus de temps qu'un violeur.

Les statistiques parlent d'elles-mêmes : un homme blanc sur 17 ira en prison au cours de sa vie. Chez les Noirs, cette proportion est d'une personne sur trois. Le système judiciaire américain est-il raciste ?
Je suis convaincu que notre système judiciaire est intimement lié aux tendances qui traversent l'ensemble de la société et aboutissent à une injustice généralisée.Le système est vicié à la racine. Prenons un exemple. Des études ont démontré qu'un jeune Afro-Américain était plus susceptible de se faire renvoyer de son établissement scolaire qu'un Blanc pour un même comportement irrespectueux. Ce même jeune a plus de « chances » d'être arrêté, poursuivi et emprisonné.

Le système est injuste, c'est une réalité. Il suffit d'évoquer le cas de ces détenus emprisonnés alors qu'ils n'ont commis aucune violence. Les statistiques sont tellement absurdes que l'on est en droit de se demander si notre société se fiche des conséquences d'une telle inégalité sur les différentes communautés – si nous pensons qu'il est normal que de jeunes Noirs et de jeunes Latinos soient traités de cette manière par notre système judiciaire. Je ne le pense pas, et n'aurai de cesse de le répéter.

Vous avez admis avoir pris de la drogue au cours de votre jeunesse. Aujourd'hui, vous déclarez que c'était une erreur, que vous avez eu de la chance d'être élevé à Hawaï par vos grands-parents blancs, et donc d'être moins susceptible de finir en prison. Vous pensez que ça explique pourquoi vous faites preuve d'empathie envers les citoyens américains qui n'ont pas eu cette chance ?
Je peux juste dire que je n'ai jamais cessé de faire preuve d'empathie. Après avoir déménagé à Chicago, j'ai travaillé dans des quartiers noirs défavorisés. Je n'ai jamais cessé de me dire que les gamins que je voyais aux coins des rues n'étaient pas si différents de moi. Ils avaient presque mon âge, mais leurs erreurs les conduiraient sûrement en prison, contrairement à moi. L'idée selon laquelle vous ou moi aurions pu résister à la « tentation » de la rue me paraît stupide et surtout erronée.

Vous avez déclaré que la « guerre contre la drogue » s'était soldée par un échec. Que comptez-vous faire pour remédier à ses dysfonctionnements?
De nombreux investissements peuvent être réalisés au plus vite. Il faut intervenir auprès des plus jeunes, par l'intermédiaire des écoles – par exemple s'assurer que les jeunes Noirs et Latinos ne soient pas exclus plus souvent que leurs homologues blancs.

En investissant dans l'éducation, nous aiderons ces jeunes à ne pas tomber dans le système carcéral. En investissant dans des programmes de remise à niveau au sein des prisons, nous permettrons aux condamnés de sortir du système par le haut.

Des programmes de réinsertion, donc.
C'est tout à fait ça. Il ne faut jamais oublier que les condamnés finissent par sortir de prison.

La tâche s'annonce difficile. Des millions de gens ne connaîtront jamais l'envers du décor de notre système carcéral. Notre travail est de mettre le doigt sur ce problème. Je suis sûr que les membres de la classe politique américaine feront preuve d'assez d'empathie pour mettre un terme à cette aberration.



*Au niveau fédéral, la majorité des incarcérations sont liées à la drogue. Au niveau étatique, la majorité des incarcérations sont liées à des comportements violents.