LE NUMÉRO VOUS NOUS AVEZ MANQUÉ

Le Problème de l'avortement aux États-Unis

La présidente du Planning Familial américain nous a parlé d'avortement et du futur de la contraception gratuite.
06 mai 2016, 5:00am

Portrait : Chuck Grant

Cet article est extrait du numéro « Vous nous avez manqué »

Cecile Richards est la présidente de Planned Parenthood, l'un des principaux regroupements de planning familial aux États-Unis. En conséquence, elle est habituée à combattre la violence, l'intimidation et la législation qui menacent constamment ce mouvement en faveur du droit des femmes. Sa mère, Anne Richards, fut la deuxième femme à occuper la fonction de gouverneur au Texas. Tout comme elle, Cecile Richards est une féministe gracieuse et pleine de fougue – et ses nombreux efforts pour apporter des soins médicaux abordables aux femmes ont aussi bien été encensés que critiqués.

VICE: Avez-vous déjà convaincu une personne pro-vie de devenir « pro-choix » ?
Cecile Richards : J'ai vu des personnes se faire élire après s'être ouvertement prononcé contre l'avortement. Il arrive que ces mêmes personnes changent d'avis une fois qu'elles sont en fonction, simplement parce que des femmes leur font part de leur situation. Quand les gens commencent à faire preuve d'empathie envers les autres, cela nous permet de sortir de cette formulation rigide qui est essentiellement politique.

Lors de votre discours en septembre dernier, des membres du Congrès vont ont coupée à maintes reprises. Une vidéo qui compile toutes ces interruptions est devenue virale, et même vos détracteurs semblaient impressionnés par votre élégance.
Quand j'ai réalisé que je n'étais pas vraiment là pour représenter une organisation, j'ai cherché à parler pour les millions de femmes à qui personne ne laisse jamais la parole. Quand vos adversaires sont ridicules, il est plus sage de ne rien dire et de les laisser s'enfoncer. Je pense que certains membres du Congrès ont ainsi montré à quel point ils se moquaient des femmes.

Pensez-vous que votre travail serait plus facile si vous étiez un homme ?
Je n'y ai jamais vraiment pensé. La majorité de nos employés sont des femmes. Bien sûr, nous travaillons aussi avec des hommes exceptionnels. J'accorde beaucoup de mérite aux hommes qui participent activement à l'avancée de nos droits en matière de reproduction. Ce sont des hommes qui apprécient vraiment les femmes.

Quand les politiciens font passer leur agenda politique avant la santé et le bien-être des femmes, ça ne peut qu'amener des problèmes.

La dernière fois que je me suis rendue à Planned Parenthood, on m'a donné un formulaire à remplir – il était possible de choisir et d'identifier son genre. Je n'avais jamais vu ça.
Cela fait maintenant 100 ans que l'organisation existe, et je peux voir à quel point les choses ont évolué. À mes yeux, c'est très excitant de constater que de plus en plus de gens viennent nous voir – nous sommes actuellement en train de proposer des services aux transsexuels un peu partout aux États-Unis. Nous venons d'ouvrir un nouveau centre à Asheville, et les cliniciens se sont réjouis de cette initiative – des patients sont prêts à se déplacer parce qu'ils savent qu'ils y trouveront un endroit où personne ne les jugera.

Planned Parenthood propose de nombreux programmes d'éducation sexuelle. Pourquoi est-ce une initiative importante ?
Une grande majorité des parents veulent que leurs enfants reçoivent une éducation sexuelle, et ils ne se sentent pas qualifiés pour le faire eux-mêmes. Je viens du Texas, où il n'y a pas d'éducation sexuelle, et j'ai l'impression que la situation ne fait qu'empirer. Il y a une corrélation directe [entre les services proposés par Planned Parenthood] et la réduction du taux de grossesses non désirées et de demandes d'avortement. C'est pour cette raison que nous nous sommes autant battus pour l'Affordable Care Act, qui donne accès à des moyens de contraception gratuits. Aux États-Unis, le taux de grossesse chez les adolescentes est en baisse depuis quarante ans, et ce n'est pas parce que les jeunes ont arrêté d'avoir une vie sexuelle. C'est parce qu'ils bénéficient désormais d'une meilleure éducation sexuelle et qu'ils ont un meilleur accès à différents moyens de contraception.

Quelle est la situation actuelle au Texas ?
C'est terrifiant. Une grosse affaire se joue actuellement à la Cour suprême (Whole Woman's Health v. Hellerstedt). Elle déterminera si les dispositions mises en place pour protéger l'accès légal à l'avortement resteront en place. Au Texas, seules les grandes villes peuvent fournir un accès sécurisé et légal à l'avortement.

Admettons que vous soyez une femme et que vous viviez dans la campagne du Texas – cela signifie que vous n'aurez pas le droit de demander à un médecin local de pratiquer une procédure pourtant légale dans votre pays. Nous nous sommes battus contre ces mêmes lois dans d'autres États, et nous avons gagné – mais si cela passe au Texas, on peut s'attendre à voir des propositions de loi similaires. Il existe déjà plusieurs rapports au Texas sur le nombre de femmes qui essaient de s'avorter toutes seules.

Elles sont plus de 100 000.
Exactement. Quand les politiciens font passer leur agenda politique avant la santé et le bien-être des femmes, ça ne peut qu'amener des problèmes. C'est ce que l'on est en train de voir en ce moment.