LA CULTURE DU FOOTBALL

Jabar, 280 livres, footballeur professionnel et mangeur d’insectes

Pour maintenir sa masse musculaire, il mange des insectes tous les jours.
18 octobre 2018, 7:46pm
Jabar, 280 livres, footballeur professionnel et mangeur d’insectes
Jabar, à droite, fait goûter sa recette de boulettes aux chenilles. Photo tirée de la vidéo.

Les Alouettes de Montréal ont invité VICE à passer la saison 2018 au sein de l’équipe. Notre dossier spécial sur la culture du football est disponible ici.

Les joueurs de football sont de plus en plus nombreux à adopter un régime végétalien ou végane. Tom Brady et Colin Kaepernick sont les figures les plus connues de ce mouvement au sein de la NFL. Mais Jabar Westerman, ailier défensif pour les Alouettes de Montréal, pousse ce régime un peu plus loin.

Il y a deux ans, après avoir passé des années à réduire sa consommation de viande, Jabar est devenu végétalien. Mais pour augmenter son apport en protéines, il s’est mis à manger des insectes. Alors que le Canadien moyen a besoin de 2200 à 2900 calories par jour, Jabar a besoin de 6000 calories par jour pour maintenir son poids et sa forme. Pour lui, manger des insectes était le résultat d’un calcul évident : 100 g de chenilles, c’est plus de deux fois l’apport en protéines d’un steak.

Valeurs nutritives

Photo tirée de la vidéo.

« Au début, je ne disais pas trop aux gens que j’étais végétalien et que je mangeais des insectes. » Jabar n’en a pas parlé à ses coéquipiers, il n’en a pas non plus parlé à l’équipe médicale des Alouettes. « J’avais peur des clichés négatifs. »

Jabar

Photo tirée de la vidéo.

Il a fini par s’ouvrir sur son régime, petit à petit, et nous raconte la fois où il a couru après ses coéquipiers dans le vestiaire avec une boîte de criquets séchés dans la main. « C’est très drôle de voir un joueur de football très grand et musclé courir en criant parce qu’il a peur de criquets! » Ça a pris du temps, mais les gens respectent son régime. « Je suis content de leur apprendre des choses sur mon régime, maintenant, je prends toujours le temps d’expliquer en détail. »

Depuis qu’il a commencé ce régime végétal accompagné d’insectes, Jabar n’est pas tombé malade une seule fois. « Je touche du bois », dit-il en souriant.

« Il ne ronfle plus, non plus », ajoute sa mère.

Chenilles

Photo tirée de la vidéo.

Pour acheter ses chenilles, Jabar doit se rendre dans une boutique africaine spécialisée de Montréal. En Amérique du Nord, les insectes prêts pour la consommation sont encore difficiles à trouver. Ce n’est pas encore très populaire d’avoir des vers dans nos assiettes, mais, selon l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), 2,5 milliards de personnes consomment déjà des insectes dans le monde. Ça représente un tiers de la planète. Après tout, ils sont riches en calcium, en zinc, en fer et en protéines, et la plupart des insectes sont comestibles à 100 %, alors qu’en comparaison, seuls 40 % d’une vache sont comestibles. Mais, surtout, ils ont un impact minime sur la planète. Les insectes produisent 100 fois moins de gaz à effet de serre que les bovins à portion équivalente.

Sans compter qu’en 2050, la population mondiale devrait atteindre plus de neuf milliards de personnes. Les ressources s’amenuisent et certains experts estiment que les insectes sont l’avenir de l’alimentation humaine.

Pour vous préparer à ce futur plein de gens qui vous marchent sur les pieds et d’insectes dans vos assiettes, voici la recette de boulettes aux chenilles de Jabar. Il tient à préciser que c’est une recette au feeling et qu’il vous fait confiance pour ajouter épices et autres assaisonnements selon votre goût.

Nous, on a goûté ses boulettes. Au début, un peu par politesse, il faut l’admettre. On s’est retenus de grimacer à la vue des chenilles qui flottaient toutes gonflées dans l’eau avant de passer au broyeur. Mais finalement, c’était délicieux. Le goût d’un excellent plat de spaghetti aux boulettes classique. Les chenilles n’avaient aucune saveur particulière, et si on nous avait dit que c’était du tofu, on y aurait sûrement cru. La seule différence, c’était le petit effet croquant sous la dent. Mais en tous cas, ça y est, on n’a plus peur du futur.

La recette de boulettes aux chenilles de Jabar

Ingrédients

  • 15 g de chenilles
  • 1 cube de bouillon de légumes en poudre ou 1 cuillère à thé de sauce Aunt May’s
  • ⅓ de tasse de graines d'égousi broyées
  • 1 c. à soupe d'échalotte française hachée finement
  • 1 oignon
  • ½ casseau de tomates cerises
  • 1 casseau de champignons blancs
  • Huile végétale
  • 1 boîte de conserve de tomates en dés (498 ml)
  • Sel et poivre

Préparation

  • Laisser tremper les chenilles dans l'eau pendant une heure.
  • Broyer les chenilles.
  • Mélanger avec l'égousi, l'échalotte française et le bouillon de légumes ou la sauce Aunt May’s.
  • Ajouter quelques cuillères à thé d’eau, une à la fois, jusqu’à l’obtention de la consistance désirée.
  • Laisser la pâte reposer au réfrigérateur pendant 15 minutes.
  • Couper l’oignon, les tomates cerises et les champignons en dés.
  • Dans une casserole, chauffer de l’huile végétale et faire sauter les légumes à feu vif.
  • Ajouter la boîte de tomates en dés. Réserver.
  • Former des boulettes avec le mélange de chenilles.
  • Dans une poêle, faire chauffer de l’huile végétale.
  • Cuire les boulettes jusqu’à ce qu’elles soient dorées de tous les côtés.
  • Déposer les boulettes dans la sauce tomate. Laisser cuire à feu moyen pendant 30 minutes. Assaisonner au goût.
  • Servir sur des pâtes.

Bon appétit!