Publicité
Crime

Une explosion de feux d’artifice tue plus de 100 personnes en Inde

L’incendie a démarré lorsqu’un feu d’artifice est tombé sur un cabanon dans lequel d’autres fusées étaient stockées, provoquant une série de puissantes explosions qui a blessé plus de 380 personnes.

par Reuters et VICE News
11 Avril 2016, 11:00am

Un proche de victime le 10 avril 2016. (Photo via EPA)

Une fête organisée en l'honneur du nouvel an hindou dans l'État du Kerala (sud de l'Inde) ce dimanche a été le théâtre d'une tragédie, lorsque des feux d'artifice ont provoqué une série d'explosions et un incendie dans un temple bondé, faisant au moins 100 morts et plus de 380 blessés.

Des milliers de personnes s'étaient massées dans le temple de Puttingal Devi, situé à environ 70 kilomètres de Thiruvananthapuram, la capitale de cet État, pour assister à un spectacle pyrotechnique débutant à minuit et qui était censé durer plusieurs heures.

D'après des habitants, l'incendie a démarré lorsqu'un feu d'artifice est tombé sur un cabanon dans lequel d'autres fusées étaient stockées, provoquant une série de puissantes explosions qui ont arraché le toit du temple et fait s'effondrer un autre édifice.

« Il y avait des membres humains sur le sol et il y avait un bras sur le toit », a raconté Anita Prakash, une riveraine. « Par le passé, il y a eu des feux d'artifice mais pas de cette ampleur. »

Des images de télévision du temple dévasté ont montré des gens transportés vers l'hôpital, certains portant des enfants atteints de brûlures. D'autres transportaient des corps de victimes carbonisés.

Le ministre de l'Intérieur du Kerala, Ramesh Chennithala, a indiqué à Reuters que 60 des 100 personnes tuées dans l'accident avaient été identifiées, alors que le nombre de personnes admises dans les hôpitaux de Kollam et de la capitale de l'État était monté à 383 personnes.

Le Kerala compte plein de temples gérés par des sociétés riches et puissantes qui font souvent fi des normes locales. Chaque année, ces temples organisent des spectacles pyrotechniques, entrant souvent en compétition pour organiser les shows les plus spectaculaires, avec des juges qui départagent les gagnants.

Le magistrat du district de Kollam, A. Shainamol, a indiqué que les gens vivant dans les environs de ce temple s'étaient plaints à propos des dangers de ces feux d'artifice par le passé.

Le Premier ministre indien Narendra Modi s'est envolé pour Kollam avec une équipe de docteurs pour aider les autorités du Kerala à faire face au grand nombre de blessés — une décision rapide qui vise à limiter les critiques portant sur les carences en matière de sécurité publique.

« L'incendie du temple à Kollam est un crève-coeur qui choque au-delà des mots », a déclaré Modi dans un message publié sur Twitter. « Mes pensées vont vers les familles des morts et mes prières vers les blessés. »

Des gens se rassemblent sur le lieu de l'accident où un incendie provoqué par des feux d'artifice a causé des dommages dans un temple à Kollam, en Inde, le 10 avril 2016. (Photos via EPA)

Le Premier ministre Modi a essuyé des critiques publiques par le passé pour n'avoir pas su répondre rapidement aux catastrophes, comme les inondations de Chennai l'année dernière. Une grande partie de cette métropole s'était retrouvée sous les eaux pendant plusieurs jours avant que l'aide gouvernementale n'arrive.

Plus tôt ce mois-ci, une bretelle d'autoroute en construction depuis des années dans la ville de Calcutta (est du pays) s'est effondrée, tuant 27 personnes et créant la polémique à propos de l'usage supposé de matériaux de mauvaise qualité ainsi que de parties métalliques qui avaient rouillé au fil des années.

Alors que le Kerala est en pleine période d'élections pour désigner une nouvelle assemblée d'État, cet incendie est rapidement devenu un sujet politique. Des responsables locaux ont notamment demandé une enquête.

Dans le Kerala, le parti Bharatiya Janata (BJP) auquel appartient le Premier ministre est devancé par le parti du Congrès national indien (INC) et des rivaux communistes. Le BJP a mis la priorité sur la création d'une base de partisans dans cet État depuis des décennies.

Le ministre en chef du Kerala, Oommen Chandy, a déclaré que l'administration du district de Kollam avait refusé aux responsables du temple la permission d'organiser les feux d'artifice, tout en précisant que le gouvernement allait examiner pourquoi les gérants l'avaient tout de même organisé.

« Il n'y avait pas d'autorisation pour ne serait-ce que stocker ces feux d'artifice », a-t-il indiqué.

Des témoins ont raconté avoir plusieurs fois alerté l'administration locale à propos des dangers liés aux feux d'artifice dans cette zone peuplée. Le ministre de l'Intérieur du Kerala a révélé qu'une plainte pour possession illégale d'explosifs avait été émise contre le temple.

Les gestionnaires de ce temple n'ont pas été en mesure de faire des commentaires. Le temple de Puttingal est l'un des plus vieux du Kerala. Il a été construit sur une fourmilière où, d'après des croyances locales, une déesse serait apparue il y a plusieurs siècles.

Suivez VICE News sur Twitter : @vicenewsFR

Likez VICE News sur Facebook : VICE News