FYI.

This story is over 5 years old.

Crime

Des attaques suicides simultanées tuent plusieurs dizaines de personnes dans le nord du Cameroun

Ce lourd bilan fait de cette attaque l’incident le plus meurtrier de la récente série de violences qui ont émaillé la région et sont liés au groupe Boko Haram.
25.1.16
Un soldat tchadien qui participe à la force régionale contre Boko Haram. (Photo de Jerome Delay/AP)

Quatre kamikazes ont tué environ 25 personnes dans un village de la région de l'Extrême-Nord du Cameroun ce lundi, d'après un officiel local. Ce lourd bilan fait de cette attaque l'incident le plus meurtrier de la récente série de violences qui ont émaillé la région et qui sont liés au groupe Boko Haram.

Deux kamikazes ont frappé le marché central de Bodo, alors que les autres ont touché l'entrée et la sortie principales de la ville, toujours d'après le même officiel.

Publicité

« Il y a eu un quadruple attentat suicide dans le village de Bodo ce matin. Il y a environ 25 morts et plusieurs blessés, » dit-il. L'attaque n'a pas encore été revendiquée.

Les troupes camerounaises font partie de la force régionale de 8 700 hommes créée pour combattre Boko Haram, qui mène une campagne depuis 6 ans afin de créer un État séparé dans le nord-est du Nigeria.

Au cours de l'année dernière, Boko Haram a multiplié les attaques au-delà des frontières nigérianes, notamment au Cameroun, au Tchad et au Niger — menace de fait la sécurité au niveau régional.

Ce n'est pas la première fois que le village de Bodo est visé. À la fin décembre, deux femmes kamikazes s'étaient fait exploser à l'entrée du village.

Des officiels avaient déclaré à l'époque que les kamikazes essayaient d'accéder au marché, mais avaient été stoppées par des locaux. Personne n'avait été blessé lors de cette précédente attaque.

Le 13 janvier, un kamikaze a tué 12 personnes et blessé au moins une autre dans une attaque contre une mosquée à Kouyape dans le nord du Cameroun.

Le Tchad, le Cameroun, le Niger, et le Nigeria contribuent à l'envoi de soldats pour former une offensive vouée à combattre Boko Haram. Les États-Unis ont contribué à l'envoi de matériels militaires et de soldats pour aider.