Ces sept artistes qu'il faut aller voir lors du BRDCST

Du 4 au 7 avril, vous pourrez découvrir pas mal de nouveaux groupes lors du festival indoor de Bruxelles. Et nous avons cinq fois deux combi-tickets pour cet événement sans voyelles.
KM
Ghent, BE
25.3.19
brdcst-festival-bruxelles-ab
Photos par Francis Vanhee

Post-punk belge, psyché turc ou hip hop futuriste venu de Londres, le line-up du BRDCST est très chargé et déborde d’innovation musicale. On peut dire que le menu du festival, qui mettra en scène des artistes dans huit lieux différents, est varié. Tellement varié qu’il ferait pâlir d'envie le buffet du Lunch Garden.

Mais comme vous avez déjà suffisamment à faire quotidiennement, nous avons choisi dans ce menu - assez subjectivement et certainement pas avec une main innocente - sept plats remarquables dont vous pourrez faire de mauvaises photos Instagram la semaine prochaine. Avec un peu de chance, vous pourrez même le faire avec un portefeuille (presque) vide, si vous participez à notre concours, qui se trouve en bas de cet article.

1. Charlotte Adigéry (BE)

La musique de la belge et caribéenne Charlotte Adigéry peut être décrite comme une sorte d'électro R&B sombre et accrocheuse. Vous avez d'ailleurs déjà pu entendre l'artiste gantoise dans son ancien projet solo, WWWater.

En tant que Charlotte Adigéry, elle travaille maintenant avec Bolis Pupul, et produisent ensemble une pop synthé légèrement plus rugueuse et dansante. On peut dire que ça fonctionne plutôt bien car Charlotte vient de faire la première partie australienne de Neneh Cherry. Rien que ça.

Publicité

Heureusement Charlotte jouera chez nous le jeudi 4 avril à l’AB Box, 21 heures.

2. (Turkish) Ladies On Records DJ-set (TR)

La Polonaise Kornelia Binicewicz est une collectionneuse de disques passionnée d'artistes féminines turques des années 60 et 70. Si passionnée qu'elle a acheté 30 kg d'assiettes lors d'un voyage à Istanbul (on supposons donc qu'elle n'a pas voyagé avec Ryanair). Dans le monde de la musique turque, les femmes passent très souvent inaperçues et la Polonaise veut faire quelque chose pour que ça change. Grâce à DJ Kornelia, vous allez pouvoir danser du ventre tout le long de BRDCST et surfer sur la dernière tendance indie : le psychédelisme turc.

Jeudi 4, vendredi 5 et samedi 6 avril à 22h au Bonnefooi.

3. Obongjayar (VK)

Steven Umoh a grandi au Nigeria, mais a déménagé à Londres afin de devenir rappeur. Sa musique est politique et les sons rappellent ses racines africaines. Le racisme et la représentation des Noirs dans les médias sont des thèmes que vous entendrez certainement dans son album Bassey. Petite anecdote : Obongjavar a eu l’honneur d’ouvrir la prestigieuse exposition sur Jean-Michel Basquiat à Paris. On ne pense pas se tromper en vous disant que vous allez kiffer.

Retrouvez-le samedi 5 avril à 20 heures à l'AB Box.

4. Aisha Devi (TSJ)

Accrochez-vous, car il y a beaucoup de beaux mots qui vont suivre. La musique d'Aisha est un voyage spirituel, dans lequel elle franchit des frontières musicales en réunissant des rythmes déconstruits, de la transe radicale et du R&B. La musique, combinée avec sa voix divine unique, vous transportera dans son univers hyper personnel. Ses racines multiculturelles - suisse, népalaise et tibétaine - résonnent également dans son travail.

Vous n'avez rien compris ? Découvrez Aisha Devi le vendredi 5 avril à 21h à La Machin

5. Blanck Mass (VK)

Avoir le meilleur nom de l’histoire des noms n'était pas assez pour Benjamin John Power. Il a aussi décidé d’adopter Blanck Mass comme nom de scène. À juste titre, il produit un son quelque part entre électro ambiant et électro expérimental. Ne soyez donc pas surpris, Blanck Mass fait de la musique qui donne envie de bouger. Nous ne doutons pas qu’en direct, avec les éléments visuels qui l’accompagnent, ses performances sont une expérience impressionnante à voir.

En 2017, il était à Dour et sera le samedi 6 avril à 23 heures à l'AB Club.

6. Cocaine Piss (BE)

Energie crue, punk brutal et furie liégeoise. Si vous pensez que le punk ne peut plus être innovant, c’est que vous n'avez pas encore écouté Cocaine Piss. Leur musique est sale, provocante et méchante, mais leur message est à l'opposé. Par exemple, l’égalité des sexes est un thème important de leur travail. Leurs concerts sont intenses et très courts - si vous allez chercher une pinte, vous allez tout rater - pour qu’ils ne perdent pas en spontanéité et vous laissent donc euphoriques et un peu désorientés. A bon entendeur…

Liège Is Burning

Cocaine Piss jouera au Café Central le samedi 6 avril à 21 heures.

7. Whispering Sons (BE)

C’est LE groupe post-punk belge du moment, reconnaissable grâce aux mélodies sombres qui composent leur musique. Ils ont été remarqués par Raf Simons, ce qui leur a permis de se produire lors de la Fashion Week parisienne. Le groupe Limbourgeois est la note parfaite sur laquelle finir BRDCST.

Laissez Whispering Sons vous emmener dans l'obscurité des années 80 le dimanche 7 avril à 21h30 depuis l'AB BOX.

Gagnez 5 x 2 combi-tickets pour le BRDCST via ce formulaire.