Publicité
Culture

Un guide simple pour prononcer les noms peu communs

Ce n'est pas parce que le nom d'une personne n'est pas conforme aux normes de votre culture que vous avez le droit de l’écorcher.

par Jumi Akinfenwa; traduit par Sandra Proutry-Skrzypek
30 Avril 2019, 6:44am

Photo : Travis Wise |CC BY 2.0

L'humiliation commence généralement à l'école primaire et vous suit toute votre vie. Il y a ce professeur remplaçant qui panique en faisant l’appel ; ces camarades de classe qui vous affublent de surnoms absurdes ; ce barista qui massacre votre prénom sur le redoutable mug Starbucks ; ou encore ce collègue maladroit qui demande d'où vous venez vraiment.

Toute personne dont le nom est considéré comme « bizarre » parce que non conforme aux normes de la culture dans laquelle elle vit – surtout si cette culture n'utilise que des variations des huit mêmes noms – vous dira qu'avoir un nom unique vous oblige à gérer une quantité inutile de conneries sur une base quasi quotidienne. Alors oui, certains dérapages sont des erreurs involontaires et peuvent être considérés comme des irritations mineures. Mais ils existent dans un écosystème plus large, peuplé de micro-agressions allant de la plus insignifiante à la plus déterminante. En 2017, une étude de la BBC a révélé qu'un candidat ayant un nom à consonance anglaise recevait trois fois plus d'offres qu'un candidat ayant un nom musulman, et ce, même si leur CV est identique.

Je peux comprendre, à la limite, que les gens aient du mal avec mon prénom, « Olajumoke », mais il n'y a aucune raison pour que mon nom de famille, Akinfenwa – qui se prononce littéralement comme il s’écrit – cause autant de problèmes. Et comme je sais que je ne suis pas la seule dans ce cas, j'ai mis au point un guide tout simple qui vous évitera d'être dénoncé aux RH parce que vous écorchez constamment le nom de votre collègue.

Demandez

Commençons par l’évidence. « En fait, cela ne me dérange absolument pas qu'on me demande comment se prononce mon nom, dit Raenuka, une étudiante de 22 ans originaire de Londres. C'est tellement agréable quand les gens font l'effort d'apprendre à le prononcer, et ça évite d'être embarrassée à l'avenir. »

Ozge, 23 ans, designer, dit qu'elle a de la chance, car la plupart de ses amis ont des noms peu communs, de sorte qu'elle rencontre peu de gens qui se trompent délibérément de nom. « La seule fois où mon nom m'a causé de la frustration, c'est à la remise des diplômes, où il a été complètement massacré, dit-elle. Je trouve qu'on aurait pu lui accorder plus de soin et d'attention, car la remise des diplômes est un jour important dans une vie. »

Pensez phonétique

Comme le suggère Raenuka, vous aurez moins l'air idiot si vous restez simple et que vous essayez de le prononcer phonétiquement, plutôt que d'inventer des difficultés dans votre tête. Cela peut sembler élémentaire et vous donner l'impression d'être un enfant qui apprend à lire pour la première fois – mais ce n’est pas grave, du moment que vous n'insultez pas le nom et la culture de la personne.

Ayez confiance en vous

Il n’y a aucune raison de paniquer devant un nom que vous n'avez jamais vu avant. Il suffit de prendre exemple sur tous les autres noms complexes que vous maîtrisez. « Les gens savent prononcer Trotsky, Beyoncé et Swarovski, alors pourquoi, tout à coup, n’arrivent-ils pas à prononcer le mien ? On m'a appelée "Pavlova", "Pervy", "Parvay", "Pervay", "Peevee", "Piarv"… »

Piarvé pense que c'est une question de priorités. « Je pense que les gens apprennent les noms complexes qui comptent pour eux d'une manière ou d’une autre, dit-elle. Si vous n'êtes pas nécessairement important pour eux, les gens feront moins d'efforts pour le mémoriser. »

Donc, si vous avez du mal à vous rappeler comment prononcer le nom d'une personne, demandez-vous pourquoi, surtout si le nom d'une célébrité s'échappe si facilement de votre bouche. Et après avoir fait ça, retrouvez votre calme et revenez en arrière.

Ne faites pas de blagues

Si un nom que vous entendez pour la première fois vous faire rire, sachez que pour la personne qui le porte, il n’a rien d’une plaisanterie.

« En primaire, les gens m'appelaient "Oz-gay", explique Ozge. Alors quand je suis allée à la journée portes ouvertes du collège, j'étais déterminée à faire prononcer mon nom correctement, mais le garçon avec qui j'étais en binôme a juste abandonné et m’a surnommée "Elizabeth" ! À partir de ce moment, j'ai décidé qu'il était plus simple de me faire appeler "Ozzy", histoire de m’épargner de nouvelles années de plaisanteries. »

Margherita est une étudiante italienne de 21 ans qui en a assez des gens qui se moquent de son nom. « Une caissière s'est moquée de moi après que je lui ai dit mon nom. Elle m’a dit : "Dieu merci, tes parents n'aimaient pas le poulet tikka, sinon ils t'auraient appelée comme ça !", dit-elle. Ça en dit long sur ce genre de personne. Ils vont faire une blague sur mon nom parce qu’il est un peu différent, mais ils ne le feront pas avec un nom anglais. » Les expériences d'Ozge et Margherita ne sont pas la norme, mais la règle. « Une fois, un professeur m’a appelée "Brigina", mais en le prononçant de la même façon que "Vagina", explique Brijiena. Toute la classe s'est mise à rire. Je me suis sentie tellement humiliée. »

N'allez pas croire que nous détestons notre nom

« Au cours des dernières années, j'ai vraiment appris à apprécier non seulement mon nom, mais aussi mes racines », dit Raenuka. « J'adore avoir un nom unique – c'est un excellent moyen d'entamer la conversation, ajoute Piarvé. Je trouve les réactions intéressantes à observer. Le fait d’avoir un nom aussi unique me donne envie de laisser une trace dans ce monde. Je l'aime tellement que ma fille a elle aussi un prénom peu commun. Elle est très protectrice envers son nom, mais trouve ça hilarant quand les gens l'épellent ou le prononcent mal. » Si la façon dont les gens réagissent aux noms témoigne souvent de l'ignorance culturelle, elle endurcit bien souvent ceux qui les portent.

VICE France est aussi sur Twitter, Instagram, Facebook et sur Flipboard.