Publicité
Drogue

Des dealers nous parlent des pires produits avec lesquels ils ont coupé leur came

Verre, silicone, speed ou fer : quand la loi du marché et l'avidité des dealers foutent votre santé (un peu plus) en l'air.

par Mahmood Fazal
17 Octobre 2017, 5:00am

Cet article a été initialement publié sur VICE Australie.

Il y a quelques années, alors que je traînais dans le quartier chinois de Melbourne, je suis tombé sur un type en pleine overdose, sur un trottoir. Il s'agissait d'un étudiant coréen en échange universitaire, qui avait ingéré de la MDMA – du moins, c'est ce qu'il croyait. Une ambulance était sur les lieux du drame, et les médecins ont rapidement compris qu'il s'agissait en fait d'un produit lourdement coupé, extrêmement toxique.

J'ai connu tout un tas de dealers au fil des années. Tous ne se soumettent qu'à une seule loi : celle du marché. Maximiser les recettes, diminuer les coûts, tel est le mantra du dealer, généralement peu affable envers ses clients. Lorsqu'un dealer a l'occasion de gagner un peu plus d'argent, il le fait. C'est pour cela qu'ils sont nombreux à couper leurs produits avec de la merde – et peu importe si les clients finissent à l'hôpital, tant la demande est nombreuse. Si les produits évoluent, les dealers restent peu ou prou les mêmes.

C'est en ayant ça en tête que j'ai choisi d'interviewer plusieurs dealers de rue, soumis à la concurrence d'Internet et des distributeurs fonctionnant uniquement via SMS. Pour ces dealers de bas étage, la problématique est on ne peut plus simple : baisser les prix pour survivre économique. Mais qu'en est-il des produits qu'ils ajoutent, et des conséquences sur les clients ?

Yianni, 29 ans, dealer de cocaïne

VICE : Peux-tu me dire quel est le pire produit que tu as utilisé pour couper ta coke ?
Yianni :
Au début de ma carrière, j'ajoutais un peu de speed dans de la coke de bonne qualité. Le jour où j'ai arrêté de le faire, des gens se sont plaints. Du coup, j'ai ajouté de la caféine, et ça a plu à mes clients. Dès que vous vous mettez à ajouter des produits pour couper votre drogue, vous ne pouvez plus vous arrêter : vous gagnez de plus en plus d'argent et vos clients s'en foutent, ou en redemandent.

T'arrive-t-il de regretter ?
Une fois, des Roumains m'ont dit qu'ils voulaient acheter des cailloux, afin d'avoir la preuve que la coke était la plus pure possible. Du coup, j'ai pris de la coke en poudre, et je l'ai aspergée de laque, pour la solidifier. J'étais prêt à tout pour me faire de l'argent.

Et pourquoi as-tu arrêté ?
J'ai arrêté de couper ma coke avec de la merde parce que j'ai compris que c'était à cause de ça que les jeunes générations devenaient accros au GHB, ou à la meth.

Selon toi, Internet a-t-il mis à mal ton business ?
Oui, clairement. Les gens se fournissent à des prix incroyablement bas grâce à Internet. J'ai perdu pas mal de clients occasionnels. Aujourd'hui, je me contente de fournir des clients réguliers, des types qui acceptent de payer un peu plus cher pour avoir un produit de qualité. De toute façon, je gagne assez d'argent avec mon boulot.

Mark, 37 ans, dealer de meth

1508159118184-1507854795593-shutterstock_387058525
Image via Shutterstock

VICE : Salut Mark. En tant que dealer, quel a été ton pire plan ?
Mark : Il y a des années, on m'avait complètement arnaqué dans le cadre d'un gros deal, et je me suis retrouvé sans rien alors que j'étais censé fournir pas mal de clients. Du coup, je me suis précipité dans un magasin pour choper du sulfate de magnésium, et j'ai fait passer ça pour de la méthamphétamine. J'ai reçu des dizaines d'appels dans la nuit : tous les types qui tentaient de fumer mon produit voyaient leur pipe devenir noire. J'avais peur que l'un d'entre eux crève, ce qui était complètement con, vu qu'il s'agissait d'une substance complètement bénigne. Mes clients étaient évidemment hyper en colère, et j'ai déménagé chez ma tante le temps de calmer la situation.

Utilises-tu toujours des produits pour couper ?
Quand tu vends de la meth ou du speed, tu utilises forcément des trucs pour couper ta came. En Australie, on utilise pas mal de méthylsulfonylméthane cristallisé pour couper la meth. Ça permet d'augmenter nos profits.

Tran, 24 ans, dealer de weed

1508159132618-1507854831154-shutterstock_147896
Image via Shutterstock

VICE : Salut Tran. Comment fais-tu pour « couper » de la weed ?
Tran : Quand j'avais 17 ans, les types qui m'avaient appris à faire pousser de la weed m'ont expliqué comment « alourdir » les sachets. Du coup, j'ai utilisé du silicone, tandis que certains dealers insèrent du fer ou du verre dans les têtes. Personne ne s'est jamais plaint de mon côté.

Pourquoi as-tu arrêté ?
Disons que des années après avoir commencé ma carrière de dealer, et alors que je me faisais pas mal d'argent, j'ai appris que fumer du silicone pouvait être hyper dangereux. J'étais plus âgé, plus mature, et j'ai mis un terme à ce que je faisais.

Dylan, 27 ans, dealer de MDMA

VICE : Salut Dylan. Peux-tu m'expliquer pourquoi tu as commencé à couper ta MDMA ?
Dylan :
Tout a commencé le jour où j'ai eu du mal à trouver de la MDMA, il y a plus de cinq ans. Dealer était ma principale source de revenus, et je ne pouvais me permettre de perdre des clients. J'ai donc choisi de couper ma came avec de la méthamphétamine. Mes clients étaient satisfaits du produit, même si les descentes étaient hyper hard-core. Peu de temps après, un ami à moi, accro à la méthamphétamine, a mis fin à ses jours. J'ai arrêté après ça.

Mahmood est sur Instagram.

VICE France est aussi sur Twitter , Instagram , Facebook et sur Flipboard.