FYI.

This story is over 5 years old.

Crime

Par erreur, l'Australie fait fuiter des informations personnelles sur les dirigeants du G20

La faille est humaine. L'auteur d'un mail contenant des informations sensibles relatives aux visas des leaders du monde a tout simplement fait trop confiance à l'outil de remplissage automatique de destinataire dans son logiciel mail.
30 mars 2015, 1:25pm
Photo par Roberto Stuckert Filho/Agência Brasil

L'Australie a accidentellement révélé des données privées relatives à quelques personnes parmi les plus puissantes du monde. Le pays a envoyé des détails sur les leaders du G20 de Brisbane, en novembre dernier, à une organisation de tournoi de foot. Lorsqu'ils se sont rendus compte de cette faille de sécurité, les autorités australiennes ont décidé de ne pas dire à des personnes comme Vladimir Poutine ou Barack Obama que des données sensibles les concernant avaient été partagées.

Dans un email publié suite à une demande d'exercer le droit d'informer déposée par le Guardian, les services des autorités de l'immigration d'Australie ont reconnu que les numéros de passeports, les dates de naissances et le détail des visas de 31 chefs d'État et dirigeants du monde avaient été forwardés à une entité locale, en charge d'organiser la coupe de football d'Asie de 2015.

"La faille vient d'une erreur humaine," explique un officier de l'immigration dans un email. Une personne dont l'identité est masquée "n'a pas vérifié que la fonction de remplissage automatique de destinataire du logiciel Microsoft Outlook avait entré les coordonnées de la bonne personne dans le champ prévu à cet effet. Cela a eu pour conséquence que l'email a été envoyé à la mauvaise personne."

"Comme les risques liés à cette erreur sont considérés comme très faibles et que les actions nécessaires ont été engagées pour limiter une diffusion plus large de l'email, je ne pense pas qu'il est nécessaire de mettre les clients au courant de cette faille," conclut-il.

La fuite de ce message et des informations qu'il contenait a eu lieu le 7 novembre 2014. Soit huit jours avant le sommet de Brisbane, qui a eu lieu les 15 et 16 novembre. Parmi les personnes concernées par la fuite : le président américain Obama, le président russe Poutine, le Premier ministre David Cameron, la chancelière allemande Angela Merkel, le président Chinois Xi Jinping, et le Premier ministre indien Narendra Modi.

Le G20 de Brisbane a été le lieu d'une tension diplomatique entre les chefs d'États les plus influents du groupe. La Russie a déployé des navires de guerre au large des côtes australiennes pendant toute la durée du sommet, après que le Premier ministre australien Tony Abott a dit vouloir bomber le torse face à Poutine. Poutine avait quitté le sommet un jour avant la fin.

L'Australie s'était également accrochée avec Obama, qui avait livré un discours sur le changement climatique important, alors que le gouvernement australien avait essayé de garder ce sujet éloigné du programme du G20.

"Tout ce qu'Obama a pu faire pendant ce week-end n'était que distraction. Voilà la réalité des choses, " avait expliqué à l'époque publiquement l'attaché au ministre des infrastructures et du développement des régions, Jamie Briggs, à l'image d'un ressentiment présent dans le gouvernement. "Il n'est que distraction partout où il se trouve."

Le comité d'organisation de la coupe de football d'Asie qui a reçu le mail confidentiel a dit au service d'immigration que rien de ces données sensibles n'avait été communiqué ou archivé.

Et c'est l'Australie qui a fini par remporter l'événement que le pays accueillait, gagnant la finale 2-1, dans les arrêts de jeu, face à la Corée du Sud.

Suivez Scott Mitchell sur Twitter: @s_mitchell

_Image via _Wikimedia Commons