Food by VICE

Le genre de coktail bien chargé que tout le monde vient vous gratter en soirée

On commence par faire une purée de fraise, on ajoute du concombre écrasé et du romarin. Ensuite on ajoute du gin et de la liqueur dans le bordel et on se met en pilote-automatique.

par Munchies Staff
07 Octobre 2016, 9:00am

C'est bien connu : le seul truc capable de bourrer encore plus la gueule qu'un verre de Gin Tonic bien chargé, c'est un autre verre de Gin Tonic bien chargé.

Un sondage approximatif réalisé en début de soirée auprès d'un panel de jeunes actifs relativement irresponsables (nos collègues de bureau) semble venir corroborer nos propos : à la question « Qu'est-ce qui vous ferait plus plaisir, là tout de suite, que les 5 verres de Gin Tonic que vous venez de vous enfiler ? », les sondés répondent à l'unanimité : « Un sixième verre de Gin Tonic. »

Considérations alcooliques mises à part, si le Gin Tonic est entré au Panthéon des cocktails de soirées appart', c'est parce que le mélange d'un gin et d'un bon tonique est ce qui se rapproche le plus la combinaison idéale. Maintenant, imaginez qu'on s'amuse à améliorer la recette originale en la pimpant avec tout un tas de trucs qui déchirent tout autant ?

Si certains disent que le gin est meilleur avec des fourmis dedans ou même, carrément sans alcool, du côté de la Nouvelle Orléans – là où l'on trouve les meilleurs bars à cocktails des États-Unis –, on prend la question très au sérieux. Le chef Isaac Toups et Amanda, sa femme, – que l'on avait tous les deux rencontré lors d'un épisode de Fuck That's Delicious – ont mis au point un cocktail qui vous défoncera aussi fort qu'un apéro de première année en médecine.

FAITES-LE : La recette du cocktail Poppy's I.V.

On commence par faire une purée de fraise, à laquelle on ajoute du concombre écrasé et du romarin. Ensuite on ajoute du gin et de la liqueur St. Germain dans le bordel. On finit ce chef-d'œuvre avec une touche de jus de citron vert et une pointe d'eau gazeuse pour rappeler le petit coup de fouet du tonique sans s'embarrasser des effets indésirables de la quinine.

Au rayon des effets désirables, en revanche : un mélange de sucre et d'alcool qui procure une ivresse un peu plus volubile, plus désinhibée, plus passionnée.

Alors oui, OK, c'est un peu sucré, mais ça pas le seul truc dont vous devriez vous soucier. Non, le vrai danger, ce serait d'abuser de cette mixture suralcoolisée – alors pour une fois, sérieux, essayez de boire avec modération. Sinon, quoi ? Sinon vous avez toutes les chances de finir à l'horizontale à picoler la solution saline de l'hosto en goutte à goutte, capisce ?