FYI.

This story is over 5 years old.

Rael s'attaque à Independence Day 2, trop méchant avec les extraterrestres

Pour la sortie d’Independence Day 2, la secte raélienne s’est fendue d’un coup de gueule pour rappeler que les extraterrestres sont nos amis, et qu’Hollywood nuit à la diplomatie interplanétaire.
27.7.16

« Les extraterrestres sont pacifiques ! » À l'heure où sort en salles Independence Day: Resurgence, qui nous montre en deux heures trente pyrotechniques comment une civilisation venue d'ailleurs et technologiquement supérieure à la nôtre peut échouer à coller une branlée à l'espèce humaine, les raéliens en ont ras le chignon de ces représentations stéréotypées et ont décidé de nous le faire savoir via un communiqué, publié le 18 juillet. Dans ce court texte, la porte-parole européenne de la secte nous rappelle qu' « il existe dans l'univers une infinité de civilisations extraterrestres », et que parmi elles, celles qui ont atteint un stade d'évolution infiniment supérieur ont su « éradiquer totalement toute forme de violence en mettant la sagesse au pouvoir et l'épanouissement des êtres au centre des préoccupations. » Ce qui en fait des sortes de Bisounours de l'espace bien trop intelligents pour se livrer à une activité aussi triviale qu'une campagne d'invasion militaire planétaire.

Publicité

Selon la porte-parole, « toute forme de vie sur Terre, y compris l'être humain, a été créée (sic) scientifiquement grâce à la maîtrise de l'ingénierie génétique » par nos bienfaiteurs cosmiques. Détruire par plaisir des créatures aussi complexes serait donc, pour une civilisation étrangère à nos vils penchants destructeurs, un acte tout à fait improbable. Il n'y a vraiment que nous, misérables humains producteurs de divertissement de masse, pour imaginer une seule seconde qu'une forme de vie extraterrestre supérieure pourrait se la jouer à la Independence Day.

Alors une bonne fois pour toutes, laissez les extraterrestres tranquilles, okay ? Voilà, en substance, le message posté par le mouvement, qui serait magnifique de tolérance et d'ouverture d'esprit s'il n'émanait pas d'une organisation inscrite depuis 1995 sur la liste des sectes dangereuses par la Commission parlementaire sur les sectes en France et dont la porte-parole se fait appeler Princess Loona.

Éloge de la masturbation, clonage et panspermie

En France, les raéliens font un peu partie des meubles – de vieux meubles complètement kitsch qu'on aurait un jour récupéré sans trop savoir pourquoi, qu'on a foutu dans un coin et dont on n'arrive pas à se débarrasser. Au centre de l'organisation, le gourou Raël, Claude Vorilhon à la ville, est un ancien journaliste sportif reconverti dans le port de la robe blanche et le lavage de cerveau. Cette transformation radicale a suivi sa rencontre, en 1973, avec les extraterrestres Elohim qui lui auraient révélé la vérité sur l'origine de la vie sur Terre et l'auraient chargé de transmettre cette information aux masses ignorantes. Pour une civilisation infiniment avancée, c'est une stratégie de com' un peu naïve, quand on y réfléchit. Mais depuis 40 ans, Vorilhon s'y emploie avec un zèle de VRP de province, à 17, 25 euros le bouquin sur Amazon. Une activité lucrative et tout à fait inoffensive au premier abord. Sauf qu'en quarante ans, la petite communauté de raéliens a bien grandi : l'organisation possède aujourd'hui un siège à Genève, des antennes dans le monde entier, et réunit entre 20 000 et 80 000 membres dont 2 500 en France, selon le site (catholique) info-sectes. Raël, lui, vit désormais exilé au Québec, et se fait généralement plutôt discret sur ses activités.

Côté doctrine, le raélisme pioche un peu partout, de la biologie aux droits de l'homme en passant par une exégèse religieuse radicale, pour réécrire l'histoire de l'évolution et pronostiquer ses prochains chapitres. Créationniste, ufologue et antireligieux, Raël troque Dieu contre une espèce extraterrestre et la Genèse contre la panspermie, la théorie (pas si dingue que ça) selon laquelle la vie aurait été amenée sur Terre par un matériau venu de l'espace. Mais là où Raël voit la trace du peuple Elohim, certains scientifiques font l'hypothèse d'un heureux événement cosmique qui aurait amorcé la rencontre entre notre jeune planète et un astéroïde chargé de matières organiques.

Raël et ses fidèles sont des scientistes convaincus, adeptes d'une forme de transhumanisme, défenseurs des OGM et, surtout, persuadés que le clonage est la solution au fâcheux problème de la mortalité humaine. En décembre 2002, vous vous en souvenez peut-être, la secte avait annoncé avoir cloné le premier enfant humain, Eve, avec la « société » Clonaid, dirigée par la « chimiste » et amie de Vorilhon Brigitte Boissellier. Panique dans les médias et la communauté scientifique, alors que les débats éthiques sur l'utilisation d'embryons humains faisaient rage depuis le clonage de la brebis Dolly en 1996. C'était évidemment une fausse alerte –quinze ans plus tard, toujours pas de preuve de l'existence d'Eve et des autres enfants, à moins qu'Orphan Black ne soit une série documentaire.

De l'esbroufe pseudo-scientifique, donc, un certain sens de la mise en scène, une fascination pour la « méditation sensuelle » (qui a valu à la secte des soupçons de pédophilie) et la masturbation et, de temps en temps, quelques annonces fracassantes pour garder en visibilité. Comme celle de 2015, proclamant la construction d'une « ambassade » des Elohims au Portugal afin de préparer sereinement le pot d'accueil de nos créateurs, prévu pour 2035. Et, d'ici là, leur réserver une société d'humains clonés, devenus oisifs après leur remplacement par une armée de robots (le « paradisme »), et gérée par « géniocratie », un système pas du tout oligarchique dans lequel le pouvoir accordé à l'individu est proportionnel à son QI. Tout cela serait possible si Hollywood voulait bien arrêter deux minutes de nous pousser à redouter l'arrivée de nos sages et doux créateurs venus d'ailleurs. C'est vrai, quoi, ça commence à bien faire.