consommation

La police de Québec s’oppose à l’ouverture d’un bar après avoir consulté la page Facebook de sa succursale montréalaise

Le rapport de la SPVQ sur le TRH-Bar répertorie des photos de wet t-shirts, de femmes qui s’embrassent sur la bouche, de brassières accrochées au plafond, de vibrateur.
16.3.17
William Leroux

Nudité, consommation de cannabis, alcool sur la voie publique… Prévue pour janvier dernier, la police de Québec (SPVQ) voit d'un bien mauvais oeil l'ouverture d'une nouvelle succursale du TRH-Bar, rue Saint-Joseph dans le quartier Saint-Roch. Deux mois de procédures plus tard, le débit de boisson principalement fréquenté par la communauté du skateboard va finalement obtenir son permis d'alcool.

Le SPVQ a notamment enquêté sur la page Facebook du TRH-Bar pour monter son dossier d'objection déposé à la Régie des alcools, des courses et des jeux, le 3 mars. Le document répertorie toutes sortes de photos plutôt osées de wet t-shirts, de femmes qui s'embrassent sur la bouche, de brassières accrochées au plafond, de vibrateur… On y voit aussi un comptoir en feu et des clients qui boivent du fort à même la bouteille.

Publicité

« En faisant des vérifications sur le site Facebook du TRH-Bar, plusieurs photos sont mises en consultation, peut-on lire dans le dossier d'objection policière. Plusieurs de ces photos démontrent clairement des gestes d'incivilité à caractère sexuel ou à une consommation d'alcool de manière non responsable. »

Crédit photo: William Leroux

Nous avons demandé au SPVQ si c'est une pratique courante de consulter les pages Facebook des propriétaires de bar avant une nouvelle ouverture. « Ce sont des techniques d'enquêtes qui sont stratégiques, je ne peux pas en dire plus, nous indique l'agent aux communications, David Poitras. On fait ce qu'on a à faire. L'incitation à la consommation abusive d'alcool, c'est illégal. Notre travail est de s'assurer que ce genre de pratique n'ait pas lieu. »

Le copropriétaire du TRH, Fred Vitu affirme qu'aucun policier de la Ville de Québec ne l'a contacté pour interpréter les photos de la page Facebook de son entreprise.

« Ce sont des images qui sont prises hors de leurs contextes, dit-il. Si tu crois tout ce que tu vois sur Facebook, t'as fait la moitié de ton travail. Aux dernières nouvelles, ce n'est pas illégal de mettre mon comptoir en feu. Ce n'est pas conseillé, mais ce n'est pas illégal. Même chose pour les brassières au plafond et les wet t-shirts, je ne pense pas que ce soit interdit. »

Concernant la nudité, il soutient que c'est un fait bien connu que des danseuses nues et des pornstars fréquentent son bar. « Elles préfèrent notre place parce qu'on est ouverts d'esprit. Ça arrive qu'il y ait un sein qui sort. On leur dit de le ranger et c'est ce qui se passe. »

Publicité

Le TRH n'a pas non plus un dossier complètement vierge. En 2013, le bar a reçu quatre constats d'infraction, principalement pour consommation d'alcool sur la voie publique. Toujours selon le dossier d'objection du SPVQ, l'établissement a aussi vu son permis d'alcool révoqué pour une durée de quatre jours en mai 2016, « en lien avec la surcharge d'occupants et d'avoir laissé consommer des boissons alcooliques dans un endroit autre. De plus, lors des opérations policières dans cet établissement, la consommation de cannabis dans les lieux a été constatée sans qu'un responsable des lieux n'intervienne pour faire cesser ses [sic] gestes ».

Crédit photo: Dan Mathieu

La semaine dernière, la Régie des alcools, des courses et des jeux a finalement donné le feu vert à l'octroi du permis d'alcool. Fred Vitu affirme avoir déboursé près de 10 000 $ en frais d'avocats jusqu'à maintenant.

Le TRH-Bar est notamment un lieu de rencontre pour la communauté de skateboarders. Récemment, TJ Rogers et Wes Kremer, deux grosses pointures californiennes de la planche, sont devenus associés dans le projet. À l'adresse montréalaise du boulevard Saint-Laurent, on trouve d'ailleurs un bol et une rampe d'où les clients peuvent s'élancer pendant les heures d'ouverture.

Si tout se passe comme prévu, l'ouverture du TRH Québec devrait avoir lieu le 23 mars, au 100 rue Saint-Joseph Est. Et le SPVQ soutient qu'il n'aura pas le débit de boisson plus à l'oeil qu'un autre. « C'est une nouvelle place, dit l'agent David Poitras. S'il y a plus de plaintes qui rentrent, on va avoir la puce à l'oreille. »

Suivez Simon Coutu sur Twitter .