Publicité
Culture

Des œuvres nord-coréennes exposées aux États-Unis

Finalement, c’est moins compliqué qu’il n’y paraît d’exposer des artistes hors de la République populaire démocratique de Corée.

par Andrew Nunes
03 Août 2016, 5:40am

Farewell, Park Ryong Sam, 1977. All images courtesy of the American University Museum, B.G. Muhn, and the artists.

La production artistique nord-coréenne dépasse rarement les frontières de la République populaire démocratique de Corée. Pourtant, c’est bien une exposition de peintres nord-coréens qui vient d’ouvrir aux États-Unis, grâce aux efforts de l’artiste et commissaire américain B.G. Muhn. « Contemporary North Korean Art: The Evolution of Socialist Realism », au Katzen Arts Center de l’American University Museum, à Washington, met en lumière 50 ans de chosonhwa, un genre pictural mêlant lavis à l’encre de Chine et papier de riz pour représenter des scènes monumentales de l’histoire de la République populaire démocratique de Corée.

Kuhn, né en Corée du sud mais citoyen américain, n’a pas eu trop de difficultés à se rendre en Corée du nord et organiser cette exposition : « J’ai fait part de mes intentions pour faire des recherches et présenter cette forme de chosonhwa au reste du monde, et j’ai reçu une réponse positive. Après plusieurs voyages à Pyongyang, j’ai établi des relations avec des musées nord-coréens, des studios d’État et leurs artistes », explique Muhn à The Creators Project.

Kim Song Kun, Kim Chol, Cha Yong Ho et Ri Ki Song, Sauvetage en mer dans les ténèbres, 1997

« Grâce à ma double nationalité coréen-américain, j’ai eu une énorme avantage pour conduire les recherches et réaliser cette exposition car je comprenais la culture et l’histoire, et surtout, je pouvais communiquer librement en coréen. » Pourtant, Muhn a bien rencontré quelques réticences : « Les représentants de la République populaire démocratique de Corée à Pyongyang étaient quelque peu septiques quant à une exposition nord-coréenne à Washington. »

Malgré ce qu’on pourrait croire, il n’y a pas de honte à être artiste dans la dictature de Kim Jong-Un. Les nombreux voyages de Muhn en Corée du nord lors de ces cinq dernières années lui ont incroyablement ouvert les yeux sur l’importante culture artistique nord-coréenne : « J’ai été complètement impressionné quand j’ai découvert comment l’art s’imbrique dans la société et combien les artistes sont respectés. Il y a une énorme compétition et des années de formation pour devenir un artiste du Masundae Art Studio, l’un des plus gros ateliers d’artistes. » Il précise : « Leur fierté d’être un artiste vient du fait qu’ils croient que leurs compétentes et leur créativité servent le pays et le peuple. »

Kim Chol, Tigre courant en hiver, 2014

Si les artistes nord-coréens sont finalement peut-être des artistes comme les autres, quelques différences contextuelles sont pourtant à souligner : « S’il est vrai que leurs sujets ne sont pas très variés comparés au reste du monde, j’ai vu leur passion créative, individuelle, d’exceller en tant qu’artistes. Dans ce sens, les artistes de la République populaire démocratique de Corée ne sont pas si différents des autres artistes. Néanmoins, ils sont salariés et leur travail est récompensé par des prix officiels comme des titres honorifiques et une reconnaissance des autres artistes, pas une notoriété étendue ou de la richesse. »

Choe Chang Ho, Un ouvrier, 2014

« Contemporary North Korean Art: The Evolution of Socialist Realism » est à voir au Katzen Arts Center de l’American University Museum, à Washington D.C., jusqu’au 14 août 2016.