Publicité
Sports

Le grand n'importe quoi des rumeurs de transferts nées des réseaux sociaux

Faites attention à qui vous suivez sur Twitter, Paul Pogba et LeBron James, car les traqueurs de rumeurs vont venir et l'interpréter de manière totalement débile.

par Adrien Franque
07 Juillet 2016, 8:13am

La rumeur enfle depuis des jours, depuis que José Mourinho a déclaré qu'il souhaitait quatre recrues, depuis, aussi, que L'Equipe a soufflé que cela faisait partie du champ des possibles : Manchester United serait en train de mettre au point une offre astronomique pour faire revenir Paul Pogba.

C'est le genre de rumeur qui prend toute la place dans un mercato, période pendant laquelle circule le tout et le n'importe quoi, où les supporters fantasment à tout va et essaient de rattacher leurs désirs à la réalité. Pogba à MU, c'est le blockbuster de cette période, la rumeur tête de gondole.

Alors, pas étonnant que tout le monde scrute les faits et gestes des deux parties intéressées. Les transferts, dans le football, sont des opérations tellement mystérieuses qu'il faut se rattacher au moindre petit détail pour essayer d'en deviner l'issue. Et depuis quelques temps, une nouvelle arme a été ajoutée à l'arsenal du traqueur de transferts, en plus des pages mercato des journaux sportifs ou des déclarations sibyllines d'agents et de joueurs : les réseaux sociaux.

Si la communication des joueurs sur Twitter, Facebook ou Instagram est la plupart du temps extrêmement verrouillée et/ou lissée - sauf pendant certaines soirées chicha - les traqueurs de transferts (supporters, comptes "viraux" de rumeurs, certains médias spécialisés) ont trouvé un autre moyen d'essayer de deviner les futures destinations des stars du ballon rond. Ils épient les colonnes "following", "followers" et les bios des joueurs en question, pour voir s'il n'y a pas des indices éparpillés ci et là.

Pour Paul Pogba, la rumeur renaît régulièrement, souvent pendant l'été. Depuis le début du mois de juin, plusieurs utilisateurs tentent ainsi de faire croire que le milieu de terrain français est sur le point de quitter la Juve. Pourquoi ? Parce qu'il ne suivrait plus le compte de la Juventus sur Twitter, et qu'il aurait supprimé toute mention du club piémontais dans sa bio.

C'est une rumeur qui a déjà fait surface il y a un an, quand un supporter de Chelsea avait lancé le même hoax.

En réalité, Pogba "followe" toujours le compte de la Juventus Turin et n'a jamais indiqué par le passé qu'il jouait pour la Juve dans sa bio. On peut le vérifier grâce au site Wayback Machine qui permet d'accéder à des archives de pages Internet. Entre mars et avril, il n'a fait qu'ajouter la mention de son sponsor, Adidas. Il suit toujours (à nouveau ?) la Juventus par ailleurs.

Certains sont même allés plus loin dans le délire, en indiquant qu'il avait ajouté pendant quelques instants qu'il était désormais joueur de Manchester United dans sa bio, avant de l'enlever. Un fake grossier, évidemment.

Voilà donc comment fonctionnent les rumeurs de transfert à l'époque des réseaux sociaux. Memphis Depay, qui, lui, est réellement sous contrat avec Manchester United pour le coup, en avait fait les frais début mai également. Certains médias avaient émis l'idée qu'il était sur le point de quitter les Red Devils car il avait eu un "comportement étrange sur les réseaux sociaux" dixit le site deMetro : il avait supprimé toutes les photos où on le voyait sous le maillot de Manchester sur Instagram et "unfollowé" ses coéquipiers sur Twitter.

Difficile d'expliquer cela, mais ça ne veut pas dire pour autant qu'il est sur le départ, vu que par ailleurs, on peut toujours l'admirer sous la tunique de MU sur une multitude de photos Twitter et qu'il suit le compte officiel du club sur les deux réseaux. Mais pour cette caste bien étrange de "journalistes de mercato", c'est bien assez pour en faire un article, et donc une rumeur.

Et le phénomène ne se limite pas au football. En NBA, les comptes des joueurs stars sont scrutés, et tout comportement farfelu appellera de multiples interprétations. LeBron James avait dû subir le même traitement en mars dernier. Un utilisateur avait ainsi relevé que James ne suivait plus les Cleveland Cavaliers sur Twitter. Crime de lèse-majesté pour King James : pourquoi ne se tiendrait-il plus au courant des activités de son employeur ?

Plusieurs sites sportifs s'étaient emparés de la nouvelle, croyant tenir là un nouveau rebondissement dans la saga LeBron : le roi qui était revenu dans son royaume de Cleveland s'apprêtait-il à le quitter de nouveau ? Les médias américains étaient allés jusqu'à poser directement la question au principal intéressé : ainsi, à la fin d'une victoire écrasante face aux Denver Nuggets le 21 mars 2016, un journaliste d'un site d'information locale lui a demandé pourquoi il avait fait cela. Sa réponse ? « Next question ». Pas de quoi calmer les ardeurs médiatiques, bien au contraire.

LeBron James s'adressant aux journalistes. Photo by David Richard/USA TODAY Sports

Les comptes des Cavaliers sur les réseaux sociaux sont de nouveau revenus sous les feux des projecteurs ces derniers jours, mais à cause d'une autre star. Mardi, l'arrière du Miami Heat Dwyane Wade a suivi le compte des Cavs sur Instagram au pire moment, début juillet, alors que les free agents débarquent sur le marché et que les rumeurs de trades les plus folles circulent. Et ça ne s'est pas arrêté là, puisque le community manager du compte des Cleveland Cavaliers a répliqué, en suivant Wade et sa compagne Gabriella Union, sur Twitter. C'en était trop pour tous les observateurs de la NBA, qui voient là un indice irréfutable d'une nouvelle réunion des deux stars de la draft de 2003. (Bon, pour le coup, d'autres sources affirment que la venue de Wade à Cleveland est une réelle possibilité.)

Mais il faut retenir la leçon de l'imbroglio James de mars dernier. Car trois mois plus tard, Cleveland et LeBron remportaient la première bague de l'histoire de la franchise, et toute séparation semble aujourd'hui pour le moins insensée. On avait d'ailleurs eu la réponse derrière cet "unfollow" intempestif du compte des Cavaliers. Tous les ans, pendant la période des play-offs, LeBron James se coupe des réseaux sociaux : il appelle cela, avec une certaine grandiloquence, le mode "Zero Dark Thirty - 23". Le fait qu'il se soit désinscrit du compte de sa franchise n'avait donc rien à voir avec une quelconque envie de partir.

Car cela ne fonctionne pas comme ça : un footballeur ne signe pas un contrat dans un nouveau club comme on s'abonne à un fil Twitter. Et le trade d'un basketteur NBA est plus compliqué qu'un "unfollow" Instagram. La cause, c'est certainement la surinterprétation de détails qui n'ont pas de signification précise, car on ne connaît pas vraiment les usages des réseaux sociaux de ces sportifs. Peut-être que Memphis Depay avait simplement envie de nettoyer son compte Instagram, peut-être que Dwyane Wade a juste envie de s'informer sur l'actualité d'une autre franchise de NBA. Mais en même temps, LeBron n'a jamais "re-followé" le compte des Cavaliers. Est-ce qu'il n'y aurait pas tout de même un peu d'eau dans le gaz ?