DotPigeon nft
« Killing your ego » de DotPigeon. Toutes les pho

Ma vie a changé depuis que je vends mes œuvres en NFT

Quelques conseils pour se lancer, que ce soit pour choisir le bon marketplace ou pour susciter l’intérêt de la communauté.
19.4.21

On peut dire que je suis assez obsédé par l'argent. Je passe mon temps à chercher des conseils en investissement sur Google et YouTube me propose presque exclusivement des publicités mettant en scène des hommes d'âge moyen ayant atteint l'indépendance financière grâce à divers systèmes de Ponzi. Pourtant, je n'avais jamais entendu parler des NFT, ou non-fungible tokens, une technologie basée sur la blockchain qui permet d’authentifier et de suivre l'historique d'un objet numérique. Il m'a fallu un certain temps pour comprendre le concept, mais en gros, chaque jeton est une unité de données enregistrée dans un registre numérique, la blockchain. Contrairement au bitcoin ou à l'argent, les NFT sont « non fongibles », ce qui signifie qu'ils ne sont pas interchangeables.

Publicité

Ces derniers temps, les NFT sont de plus en plus utilisés pour échanger des œuvres d'art sur des marketplaces comme Nifty Gateway et SuperRare. Jusque-là, les artistes étaient souvent confrontés à d'importants problèmes de droits d'auteur : contrairement à une peinture ou une sculpture, leur œuvre peut être reproduite à l'infini et sans autorisation, ce qui en diminue la valeur. Mais désormais, les artistes peuvent associer leur œuvre digitale à un NFT, ce qui permet de l'authentifier grâce au code unique du jeton. Comme la technologie blockchain enregistre chaque transaction, le propriétaire de l'œuvre peut également prouver qu'elle lui appartient et la protéger des arnaqueurs. Un vol peut toujours se produire si le compte du propriétaire est piraté, mais c'est plus difficile.

Comme vous l'avez peut-être entendu, une collection d'œuvres d'art NFT de l'artiste Beeple a récemment été vendue aux enchères pour 58 millions d'euros. Comme pour tout autre actif spéculatif, les acheteurs espèrent que le marché de l'art NFT va exploser, augmentant ainsi la valeur de leur achat initial. Mais certaines personnes craignent que le marché de l'art NFT ne devienne rapidement une bulle insoutenable et ne s'effondre, laissant les investisseurs sur le carreau.

Publicité

Il s’avère que je connais un artiste dont la dernière collection NFT a tellement bien marché qu'il a pu quitter son emploi. Après s'être démené pendant des années pour vendre des produits dérivés, des tirages et quelques copies physiques de ses œuvres, mon ami (et ancien collègue) DotPigeon semble avoir franchi un cap. À la fois jaloux et curieux, je lui ai demandé comment il avait fait.

DotPigeon – illustration of a man wearing a balaclava inside a luxury home, reaching out to a parrot that's flying inside.

« Ok, but the real jungle is outside » de DotPigeon

VICE : Salut, DotPigeon. Comment as-tu débuté dans l'art digital ?
DotPigeon :
 J'ai commencé sur Deviantart quand j'avais 16 ans. Puis j'ai arrêté pendant des années et je ne m’y suis remis qu'en 2017, lorsque j'ai créé mon profil Instagram. En septembre dernier, j’ai entendu parler des NFT pour la première fois grâce à @slimesunday, un artiste populaire sur Instagram qui vend ses œuvres sur Nifty Gateway. J'étais curieux, alors j'ai jeté un coup d'œil. Très honnêtement, je n'ai rien compris du tout. J'ai écrit directement aux administrateurs de Nifty Gateway, en leur disant : « Les gars, c’est très cool, tout ça, mais que vendez-vous exactement ? » Ils m'ont expliqué les principes de base et m'ont autorisé à vendre une collection chez eux.

Comment ça s'est passé la première fois ?
La première date disponible pour un drop [un lancement de collection] était le 6 janvier. Même à l'époque, la liste d'attente était de deux mois. J'ai travaillé sur ma première collection pendant deux mois, mais elle n'a pas très bien marché. J'étais totalement nouveau dans ce monde : les collectionneurs ne me connaissaient pas et ne voulaient donc pas acheter mes œuvres. La collection n'était pas non plus dans mon style habituel. D’ailleurs, je n'ai même pas fait de promotion ; je n'avais encore aucune idée de l'énorme potentiel de la communauté. Pour le deuxième drop, j'ai essayé de rester fidèle à mon propre style plutôt que de faire un clin d'œil à une tendance.

Connais-tu les personnes qui ont acheté tes NFT ? Que peuvent-ils en faire exactement ?
Il y en a quelques-uns que je connais personnellement, mais comme j'ai vendu 1 300 pièces, ils ne représentent qu'un faible pourcentage des acheteurs. J'en connais quelques autres virtuellement. La plupart des acheteurs venaient de l'étranger. Il n'y a pas grand-chose à faire avec les œuvres d'art digitales ; vous pouvez les afficher sur des écrans, et il existe tout un marché pour les appareils qui vous permettent d'accrocher vos NFT à un mur ou de les mettre sur une étagère. Il existe également des galeries et des musées virtuels.

Y a-t-il une différence entre Nifty Gateway et les autres marketplaces ?
Ces sites peuvent tous sembler identiques, mais ils ne le sont pas. Il y a les plates-formes protégéés et les plates-formes ouvertes. Sur une plateforme protégée, une équipe décide des candidats qui peuvent créer des NFT sur leurs espaces. Sur les plateformes ouvertes, tout le monde peut créer de nouvelles œuvres. Rarible et Open Sea sont des exemples de plateformes ouvertes, tandis que SuperRare et Nifty Gateway sont des plateformes protégées. Les plateformes protégées n'ont pas l'exclusivité sur l'artiste, mais sur des œuvres spécifiques, ce qui signifie qu'une œuvre ne peut pas être vendue sur d'autres plateformes. La deuxième différence réside dans la manière dont les objets sont vendus. Par exemple, SuperRare repose sur un système d'enchères : vous mettez en vente votre œuvre, les gens font des offres pendant une période donnée et l'offre la plus élevée l'emporte. Sur des plateformes comme Nifty Gateway, vous pouvez mettre en vente autant de pièces que vous le souhaitez, organiser des ventes aux enchères ou lancer des éditions limitées.

DotPigeon – illustration of a man wearing a balaclava inside a luxury home, leaning against a wall and looking sorrowful.

« Hey Alexa, tell everyone to go fuck themselves » de DotPigeon

Que se passe-t-il si un acheteur revend l’une de tes œuvres ?
Le marché secondaire est l'un des aspects les plus révolutionnaires des NFT, car les artistes peuvent toucher des royalties sur leurs œuvres. Dans le cas de Nifty, lorsque vous remplissez le contrat, il vous est demandé de décider du pourcentage que vous souhaitez obtenir d'une vente secondaire. C'est assez simple. Par exemple, si un collectionneur n'a pas pu acheter vos œuvres le jour de la vente, il peut contacter quelqu'un qui les a déjà achetées. C'est le vendeur, et non l'artiste, qui fixe ce prix de revente [le pourcentage de la vente fixé dans le contrat initial revient alors à l'artiste].

Je sais que Nifty Gateway est très présent sur Discord. À quoi ressemble la communauté ?
Il y a un peu de tout : des gens qui viennent de nous rejoindre, des collectionneurs, des artistes, etc. L'ambiance est très amicale et positive. Je vais régulièrement sur le serveur, pas seulement pour parler de mon prochain drop ou pour promouvoir mon travail, mais aussi pour échanger. Si mon deuxième drop a mieux marché que le premier, c’est parce que j’ai pu nouer une relation avec la communauté.

Comment le marché va-t-il évoluer, selon toi ?
L’art doit être rare pour avoir de la valeur. Mais de nouveaux acteurs ont rejoint le marché des NFT et l'ont rendu plus grand public. Les galeries comme les artistes vont devoir s'adapter.

VICE France est aussi sur Twitter, Instagram, Facebook et sur Flipboard.
VICE Belgique est sur Instagram et Facebook.