Crime

En Australie, des étudiants chinois sont contraints de simuler leur propre enlèvement

La police enquête sur une affaire d'extorsion mondiale qui a vu des familles se faire escroquer de plusieurs millions de dollars.
Sandra  Proutry-Skrzypek
Paris, FR
30.7.20
faux kidnappings
Images publiées avec l'aimable autorisation de la police de Nouvelle-Galles du Sud.

En Australie, des étudiants chinois sont ciblés dans des affaires d’extorsion et contraints de simuler des kidnappings pour escroquer des familles.

La police de Nouvelle-Galles du Sud, en Australie, a déclaré que rien que cette année, au moins huit cas d'« enlèvements virtuels » ont été signalés, et la police fédérale australienne a déclaré en mai qu'elle enquêtait sur au moins 25 cas d'escroquerie d'enlèvement ciblant des étudiants chinois dans tout le pays.

Publicité

Ces escroqueries ont tendance à se dérouler à peu près de la même manière : l’escroc appelle la victime en se faisant passer pour un représentant des autorités chinoises. Il lui explique qu'elle fait face à des poursuites pénales en Chine et qu’elle risque une arrestation ou une expulsion. Il la persuade ensuite de transférer de l'argent sur des comptes bancaires offshore ou même de simuler son propre enlèvement, en envoyant des « preuves » photographiques à sa famille en Chine, qui est ensuite dupée pour payer une rançon, rapporte SBS.

Les victimes sont principalement des étudiants chinois. Ils se voient contraints de couper tout contact avec leurs proches, de cesser leur activité sur les réseaux sociaux, de quitter leur logement et d'envoyer à leur famille des photos d'eux attachés pour demander une rançon.

fake kidnapping.jpg

Depuis le début de l'année, les escrocs ont déjà obtenu 3,2 millions de dollars australiens de rançon, avec une moyenne située entre 20 000 et 500 000 dollars par kidnapping. Une famille a envoyé 2 millions de dollars pour la libération de sa fille. « Les étudiants ciblés sont traumatisés par ce qui s'est passé, car ils se disent qu'ils se sont mis eux-mêmes et leurs proches en danger, a déclaré le commissaire adjoint de la police de Nouvelle-Galles du Sud, Peter Thurtell. Dans ces cas, ce sont souvent les amis et la famille qui encouragent la victime à se manifester et à signaler le crime à la police, car elle a souvent trop honte pour en prendre l’initiative. »

Selon le détective Darren Bennett, commissaire en chef de la Nouvelle-Galles du Sud, les « enlèvements virtuels » de cette nature sont devenus beaucoup plus prolifiques au cours des dix dernières années. « Alors que ces appels téléphoniques semblent être de nature aléatoire, ces escrocs semblent viser les membres vulnérables de la communauté sino-australienne, dit-il. Le consulat général de Chine à Sydney a assuré à la police de Nouvelle-Galles du Sud qu'aucune personne se réclamant d'une autorité chinoise telle que la police, les procureurs ou les tribunaux ne contacterait un étudiant sur son téléphone portable pour lui demander de payer ou de transférer de l'argent. »

Au total, 1 172 cas d'escroquerie aux « autorités chinoises » ont été signalés en Australie l'année dernière, avec une perte de plus de 2 millions de dollars.

Gavin est sur Twitter et Instagram.

VICE France est sur Twitter, Instagram, Facebook et sur Flipboard.