Cet article a été publié il y a plus de 5 ans
Photo

Fessées, gangs de motardes et stripteaseurs: quelques photos de la Black Bike Week

La communauté des bikers afro-américains se réunit tous les ans à Myrtle Beach.

par VICE Staff
17 Octobre 2013, 1:30pm

Photos : Rhys James et Will Fairman

Depuis 1980, la petite ville balnéaire de Myrtle Beach en Caroline du Sud se fait envahir tous les ans par des hordes de stripteaseurs, de prostituées et de motards pendant la Black Bike Week. Les festivités impliquent des milliers de motards afro-américains venant des quatre coins de l'Amérique pour exhiber leurs bécanes et faire la fête pendant des jours entiers.

Étrangement, leurs relations sont un peu tendues avec les autorités locales et l’office du tourisme – les gens du coin semblent plus habitués à voir des touristes du Midwest prendre des photos de leur bouffe que des jeunes Afro-américains qui se fessent mutuellement et se désapent sur la voie publique.    

Mais cette petite tradition annuelle n’est pas prête de s’arrêter, et on y est allé cette année pour en faire un reportage. J’ai discuté avec la journaliste Charlet Duboc pour qu’elle me parle de ses impressions sur la Black Bike Week, et je lui ai demandé pourquoi les résidents de Myrtle Beach étaient fermement opposés à cet événement.

VICE : Salut Charlet. C’est quoi ce truc au juste – une version afro-américaine des Hell’s Angels ?
Charlet Duboc : Non, c’est vraiment différent. Quand on pense aux motards, on pense souvent à des Blancs barbus, racistes et colériques, mais ces types-là sont généralement assez jeunes. Ils ont des motos sportives, type Kawaski ou Yamaha, qu’ils customisent avec des néons, des dessins etc.

C’est des gosses qui tracent en moto, en fait.
Voilà. Ah, et on y voit aussi des jolies filles en string qui font claquer leurs fesses à l’arrière des motos. La structure d’une moto sportive est différente d’une Harley Davidson. Le siège arrière est monté de manière à ce que les filles soient littéralement sur un piédestal pour claquer tranquillement leurs fesses. C’est vraiment incroyable.

Pourquoi ça se passe à Myrtle Beach?
Tout a commencé à Atlantic Beach, la première plage où les Noirs pouvaient se retrouver pendant la ségrégation. C’était une ville entièrement peuplée de Noirs, elle a une histoire très riche.

Qu’est-ce qu’en disent les habitants ?
Ça leur plaît pas vraiment. Hors caméra, une personne m’a dit : « Je sais que tous les Noirs se sont pas méchants, mais ils ont un comportement de merde comparés aux Blancs. Les filles sont très dévêtues et elles baisent dans la rue. Les gens ne savent plus se tenir ». C’est assez évident que le racisme est un gros problème là-bas. En 2010, la NAACP (littéralement l’Association nationale pour l’avancement des gens de couleur) a traîné la ville de Myrtle Beach en justice parce que selon les motards, les restaurants et les hôtels sont fermés pendant l’événement, et les gens de la ville leur sont très hostiles.

Mais ils choisissent de rester pour perpétuer cette tradition.
Oui. Aussi, le port du casque n’est pas obligatoire là-bas, parce que j’imagine que les gens ne veulent pas abîmer leurs cheveux.

Il y a beaucoup d’accidents ?
Ouais, beaucoup. Rien que cette année,  il y a eu 12 morts liées à un accident de la route.

Merde. Tu peux me parler de trucs plus joyeux ?
Il y a beaucoup de gangs de filles maintenant. C’est assez cool, parce que c’était un milieu dominé par les hommes et les filles restaient cantonnées au siège arrière. Ces filles ont un certain sex-appeal – la majorité d’entre elles porte des talons, mais elles ont pas du tout l’air de déconner.

Il se passe quoi, en dehors des courses de moto ?
Il y a beaucoup de fêtes, et à la fin de la semaine les motards se réunissent dans un strip-clup, avec des stripteaseurs qui se déshabillent et se masturbent sur scène.

Pourquoi des stripteaseurs plutôt que des stripteaseuses ?
Les femmes sont vraiment traitées comme des objets pendant la Black Bike Week. Du coup, une promotrice a décidé d’inverser la tendance. En gros, l’événement ressemble à une fête géante qui s’étend sur la semaine. Beaucoup de promoteurs comptent là-dessus, et on y croise beaucoup d’assistants de célébrités. 

J’imagine que la ville voisine s’est aussi dit qu’elle pourrait organiser un grand événement pour attirer les touristes ?
Non, pas du tout en fait. D’ailleurs, j’ai discuté avec les porte-paroles officiels de la ville de Myrtle Beach, et ils m’ont dit qu’ils n’accepteraient pas de participer aux interviews ou de m’aider à faire le reportage parce qu’ils ne voulaient pas reconnaître l’événement de façon officielle. Ils ne veulent pas s’en mêler.

Comment ils réagissent, alors ?
Un des habitants m’a dit qu’il gardait toujours une arme avec lui.

C’est vraiment nécessaire ?
Pas du tout, je crois que c’était juste un gros raciste. Il y a pas mal de prostituées par contre – elles se font un paquet de blé pendant le week-end.

Et toi, t’es montée sur une moto ?
Oui, mais je me suis démarquée en portant un casque.

Ouf. Merci Charlet !

Notre reportage sur la Black Bike Week sera diffusé sur VICE dès cette semaine