La Mecque vue de l'intérieur
Photo

La Mecque vue de l'intérieur

J'ai documenté mon pèlerinage et celui de milliers de musulmans autour de moi.
08 mars 2016, 6:00am

Les pèlerins attendent le début de la prière du soir.

Je suis parti à La Mecque, en Arabie saoudite, à l'automne dernier avec ma mère, à l'occasion de l'hajj, le grand pèlerinage musulman. L'hajj est l'un des plus grands rassemblements de la planète – chaque année, deux millions de personnes font le voyage. Il s'agit de l'un des piliers de l'islam et chaque musulman est censé réaliser ce pèlerinage une fois durant sa vie si ses moyens financiers le lui permettent. Je ne voulais pas que mes photos interfèrent avec mon voyage spirituel ; j'ai donc sorti mon appareil seulement après avoir effectué les rites religieux. Mais prendre des photos représente aussi la façon dont je vois le monde. Une partie de moi voulait donc photographier tout ce que je voyais, tout le temps.

J'ai surtout été impressionné par l'amour entre les pèlerins, peu importe leur couleur de peau ou leur origine. J'ai rencontré des musulmans du Burkina Faso, des Philippines, de Chine, d'Italie et d'Espagne. Ils avaient tous une histoire différente. Ceux qui m'ont le plus marqué s'appelaient Ahmed et Fatima, un couple de septentenaires originaires d'Inde. Ils m'ont expliqué qu'ils avaient économisé toute leur vie pour ce pèlerinage et que, maintenant qu'ils l'avaient réalisé, ils pouvaient mourir en paix.

J'ai prié toute ma vie en direction de La Mecque, mais j'avais seulement vu la Kaaba en photos et vidéos. La voir pour de vrai, face à moi, était inexplicable. Je ne me souviens pas de la dernière fois que j'ai pleuré avant celle-ci, mais quand j'ai posé mes yeux sur la Kaaba, je ne pouvais plus m'arrêter.

Suivez Yasin sur Instagram.

Les pèlerins face aux portes de la Kaaba.

Le tunnel qui mène à l’endroit où se déroule la cérémonie de Ramy al-Jamarat, la lapidation de Satan, réalisée lors du troisième jour de pèlerinage.

La sortie de la cérémonie de Ramy al-Jamarat.

Une femme voilée qui demande la charité.

Un pèlerin qui s’apprête à jeter une pierre lors de la cérémonie de Ramy al-Jamarat.

Les pèlerins repartent à Mina, où ils logent pendant le pèlerinage.

Un pèlerin se fait raser la tête – pour que le hajj soit complet, il faut que les pèlerins se coupent ou se rasent les cheveux.

Bien que la pratique soit illégale, les pèlerins se coupent souvent les cheveux entre eux, laissant les rues recouvertes.

Un vieil homme qui porte un enfant sur ses épaules, durant la circumambulation (le tawaf) autour de la Kaaba.

Un garde s’assure que les pèlerins ne se battent pas tandis qu’ils essayent de toucher la « pierre noire » de la Kaaba.

Les pèlerins effectuent la Dua (supplication) le jour d’Arafat.

Un pèlerin sur l’une des montagnes.

Un pèlerin effectue la Dua au coucher du soleil avant que le jour d’Arafat se termine. Dans l’islam, la nouvelle journée débute après le coucher du soleil.

Les pèlerins dorment à Muzdalifah. L’une des exigences du hajj est de dormir à Muzdalifah pour une nuit.

Alors que les gens attendent le bus pour Djeddah ou Médine, les oiseaux viennent les entourer.

Des enfants qui attendent dans une voiture.

Selon ces pèlerins originaires d’Afrique, ces pistolets en plastique sont le cadeau idéal pour leurs enfants.

Un Saoudien qui compte son argent.

Cet homme m’a demandé de le prendre en photo quand il m’a vu avec un appareil photo.

Les mosquées sont tellement pleines durant l’hajj que de nombreuses personnes doivent prier dehors.

Les chats du marché.

Aziziyah, un quartier proche de la Kaaba, où de nombreux pèlerins séjournent avant et après le pèlerinage.

Une femme indienne lit le Coran durant le tawaf. La plupart des groupes de femmes qui font le pèlerinage ensemble s’habillent de la même couleur de sorte à ne pas se perdre. Les femmes d’Asie, dont ce groupe est originaire, sont connues pour revêtir des voiles de couleurs vives comme le mauve et le rose.

La Kaaba.