Quelques photos du premier voyage du Wolfpack à Hollywood

FYI.

This story is over 5 years old.

Quelques photos du premier voyage du Wolfpack à Hollywood

Après avoir vécu reclus dans un appartement avec leurs films préférés comme seule fenêtre sur le monde, les frères Angulo se sont rendus à Los Angeles.
13.1.16

Petit-déjeuner avec une famille dont le quotidien a profondément changé au cours de ces derniers mois. Narayana (à gauche) observe le plateau repas tandis que sa mère, Susanne et son frère Mukunda regardent la piscine depuis la fenêtre.

Rendez-vous sur iTunes pour voir le film

En un rien de temps, Bhagavan, Eddie, Glenn, Govinda, Mukunda et Narayana Angulo – les membres du Wolfpack qui ont passé l'essentiel de leur vie reclus dans leur appartement – se sont retrouvés propulsés sur le devant de la scène. J'ai squatté leur chambre d'hôtel durant un mois et observé leurs premiers pas à Hollywood. Les gens se sont très vite pris d'affection pour eux. Werner Herzog, David O. Russel et un roadie de Journey les ont rencontrés et en sont restés bouche bée, les yeux écarquillés comme des donneurs de sperme qui rencontreraient leur progéniture adulte pour la première fois. On aurait pu caser un Big Mac dans la bouche souriante de Demi Moore alors qu'elle se précipitait vers eux. C'était incroyable. Et chaque nouvelle rencontre engendrait une liste interminable de suggestions et de promesses, de contacts et de projets.

Publicité

Mais pourquoi suscitent-ils autant d'attention de la part d'Hollywood ? Élevés par les films, comme l'annonce la promotion du documentaire qui leur est consacré, les frères Angulo seraient-ils l'incarnation des forces mystiques qui poussent les belles personnes à décoller pour la Californie ? Probablement. Mais les gens se demandent surtout s'ils ne sont pas complètement tarés. Je n'ai rien d'un expert en la matière, mais je vais tenter de répondre à cette question.

Est-ce qu'ils sont tarés ? Ils sont adorables, curieux et chaleureux. Est-ce qu'ils sont bizarres ? Bien sûr que oui. Passez une heure avec leur mère – l'incroyable Susanne Reisenbichler – et vos doutes se dissiperont. Désormais âgés de 16 à 24 ans, les garçons dégagent une sensibilité et une sagesse infinie. J'ai demandé à Suzanne comment elle avait réussi à leur faire passer le temps dans leur appartement – et elle m'a expliqué au bord des larmes qu'en réalité, c'était eux qui l'avaient sauvée.

Avec leur mère à leurs côtés, une virée à Los Angelès déclenche d'innombrables « Oh mon dieu, Narayana. Tu as vu ces fleurs ? Elles sont magnifiques ! Eddie, regarde c'est Capitol Records ! Hey Mukunda, y'a John Travolta ! ». Suzanne irradie par sa bonne humeur. Elle leur fait office de catalyseur. C'est grâce à elle qu'ils ont pu avancer. Pour faire court : Maman est là pour eux et ils sont là pour elle. Tout devrait bien se passer.

Publicité

Pour plus d'informations sur the Wolfpack, regardez notre documentaire :

Narayana salue un poisson sur Abbot Kinney Boulevard.

Tandis que le reste du clan répond à des interviews téléphoniques, Eddie et Glenn se reposent au cinéma de l'hôtel London avec la productrice Megan Delaney.

« Et ce putain de bébé ! » Quelques secondes plus tard tout le monde éclate de rire devant le faux pétage de plomb de Dennis Quaid. Avec en haut Bhagavan, à droite Govinda, en bas Mukunda et à droite Narayana.

Difficile de tirer la gueule alors que Los Angeles s'étend à vos pieds à la mi-juin depuis le toit de Capitol Records, mais Glenn y parvient sans problème.

Eddie et Glenn high-fivent Eddie Van Halen.

Bien qu'il soit plus du genre Grammy, Eddie penche ici pour un Oscar.

Eddie et Glenn détournent l'attention tandis que leur grand frère Bhagavan s'installe au volant d'une voiture de stock-car laissée ouverte (du moins, c'est ce qu'ils prétendent.).

. Tous ces patches sont faits-mains à l'aide de tissu, de plastique, de peinture et de Tipp-ex.

Tout ce que la réalisatrice Crystal Moselle a regardé les six dernières années a complètement explosé. La super-maman Susanne Reisenbichler semble ravie, comme à l'accoutumée.

Ça va aller, Milhouse.

Une visite à Capital Records.

Mukunda laisse éclater sa joie après qu'un gang de maquilleurs lui a infligé une cravate colombienne.

Mukunda et Bhagavan rôdent autour d'un Batman d'Hollywood Boulevard à l'occasion d'une fringale nocture chez CVS.