FYI.

This story is over 5 years old.

Le guide VICE de l'Europe 2014

Le guide VICE de Prague 2014

La capitale tchèque est une ville fantastique où la bière coule à flots – voici quelques conseils pour éviter les touristes en Segway et les dealers de bicarbonate de soude.
01 août 2014, 8:00am

Revenir au sommaire des guides VICE de l'Europe

(Photo : Rodrigo Cannedo Cattegno)

La capitale tchèque est une ville magnifique et très ouverte, à l'histoire riche et complexe. C'est la ville parfaite – ou du moins, ça le serait si elle n'était pas envahie de hordes de touristes chiants. Voilà un guide pour que vous ne fassiez pas comme eux.

Pour passer directement à la section qui vous intéresse, cliquez sur les liens ci-dessous :

OÙ FAIRE LA FÊTE
DROGUES ET LOIS LOCALES
POLITIQUE LOCALE, RACISME ET MANIFESTATIONS
OÙ MANGER
CE QUE LES GENS MANGENT ICI
OÙ BOIRE
OÙ DORMIR
LE PRAGUE LGBT
OÙ TRAÎNER EN ÉTAT DE SOBRIÉTÉ
COMMENT ÉVITER LES ARNAQUES
COMMENT NE PAS SE COMPORTER COMME UN TOURISTE INFERNAL
QUELQUES PERSONNES ET ENDROITS À ÉVITER
QUELQUES TRUCS À SAVOIR
UN PEU DE MUSIQUE LOCALE
NOTRE CARTE DE LA VILLE

(Photo : Yo Void)

OÙ FAIRE LA FÊTE

Faire la fête à Prague est presque trop facile. Il y a des bars partout et la bière ne coûte rien ; par contre, n'espérez pas tripper jusqu'à 6 heures du matin sur de la musique techno. Peu de drogues stimulantes circulent dans les soirées, et les gens sont très rarement snobs. Ah, et ici, on danse avec les gens pour s'amuser, pas uniquement parce qu'on veut coucher avec eux.

Cross Club
Plynární 23
Le jeune propriétaire semble ne pas avoir su exactement quoi faire des lieux quand il en a hérité. Du coup, il a fait ce qu'il avait de mieux à faire : il a pris un calepin, des champignons hallucinogènes, et il a dessiné ce qui lui passait par la tête. Quand il a repris ses esprits, il a fait adapter ses dessins dans son club, d'où la déco qui fait penser à l'équivalent en design de ces toiles d'araignées sous drogues.

On y passe de la jungle, du ska, du punk, du rockabilly, et si rien de tout ça ne vous convient, il y a aussi des soirées ciné-club. Pour ceux qui pensent que la culture est pour les snobs pompeux et préfèrent tenter de battre le record du plus haut taux de cholestérol, leurs sandwiches à la dinde frits sont à essayer.
LIEN

Chapeau Rouge
Jakubská 2
Ouvert en 1919 au sein d'un bâtiment au design moderne, le Chapeau Rouge est le genre d'endroit où on trouve de tout : à l'étage, un pub irlandais rempli de Tchèques ; en dessous, plein de touristes qui se pintent et un bar qui tourne à plein régime ; et au sous-sol, des groupes indie locaux et des pièces de théâtre amateur. La direction est plutôt cool à l'égard des fumeurs de weed, ce qui est une bonne chose, mais implique également que le dancefloor est occupé d'autant de stoners comateux que de gens qui veulent danser.
LIEN

U bukanýra
Nábřeží Ludvíka Svobody
Sans doute le meilleur endroit de la ville. Déjà, c'est une péniche où ils passent de la house. L'été, tout le monde s'y entasse pour y voir des groupes jouer devant une vue superbe de Prague, et des films sont projetés au bar. Non, franchement : l'entrée est gratuite, l'alcool est pas cher, et puis c'est sur un bateau.
LIEN

Revenir en haut

(Photo : Yo Void)

DROGUES ET LOIS LOCALES

Les Tchèques trustent souvent les premières places des classements européens de la consommation de cannabis. Du coup, pas étonnant qu'il soit relativement facile de trouver de la weed. Les dealers traînent souvent dans des bars dans les quartiers de Žižkov ou Holešovice. Dans les clubs, d'autres substances prévalent.

La weed est assez généralement tolérée, et dans certains bars des effluves vous parviendront dès que vous entrerez. Certaines personnes fument aussi dans la rue, même si elles évitent quand même d'aller souffler leur fumée directement au visage d'un agent de police. Pour autant, le cannabis reste illégal, et il n'y a aucune garantie sur le fait qu'un flic vous laissera tranquille, pour peu qu'il soit de mauvaise humeur. Pour les autres drogues, elles sont en revanche beaucoup moins tolérées.

Quant à l'alcool, vous pouvez faire à peu près ce que vous voulez. L'alcool fait partie de la culture tchèque, et personne ne vous reprochera de boire dans la rue – sauf si vous vous mettez à jeter des pierres sur des cygnes en hurlant des chansons paillardes, mais bon, quel genre de détraqué fait ça ?

Revenir en haut

(Photo : Rodrigo Cannedo Cattegno)

POLITIQUE LOCALE, RACISME ET MANIFESTATIONS

LES MANIFESTATIONS

Les Tchèques sont assez passifs sur le plan politique – même si les gens s'engagent un peu plus depuis quelques années. On a aussi quelques manifs bizarres, mais rien qui ne puisse faire penser à des émeutes.

La dernière fois qu'une manifestation a dégénéré, c'était en 1989, quand le gouvernement communiste a été renversé et qu'une politique beaucoup plus libérale a été mise en place. 15 000 personnes s'étaient réunies – la plus grosse manifestation depuis le Printemps de Prague. La police avait chargé la foule, blessant sérieusement de nombreux manifestants. On a laissé tomber les émeutes depuis.

Aujourd'hui, les manifestations ne sont pas vraiment cools – anti-mariage gay, anti-avortement... Mais toutes ne sont pas aussi réactionnaires et affligeantes. En revanche, elles suivent toutes le même schéma : on gueule un slogan pourri, on agite mollement un drapeau, et on rentre chez soi, complètement ignoré par le gouvernement.

Beaucoup des Tchèques ayant vécu sous le communisme ont perdu leur sens de l'engagement politique, et il leur faut du temps pour retrouver de la voix. En raison du lobbying et de la corruption qui régissent le système politique actuel, il serait temps pour nous, les Tchèques, de faire un peu plus que de grommeler que les politiciens sont « tous pourris » entre deux pintes.

Revenir en haut

(Photo : Yvette de Babraque)

POLITIQUE LOCALE, RACISME ET MANIFESTATIONS

À la rencontre des immigrés

Les gens sont assez odieux à l'égard des Ukrainiens, sous prétexte qu'ils « nous volent notre travail ». Ils oublient le fait que les Ukrainiens qualifiés qui se retrouvent à travailler pour des jobs sous-payés sont sûrement aussi en colère qu'eux.

Il y a également une importante communauté vietnamienne, venue s'installer à l'âge d'or du communisme. La diaspora est en fait si importante qu'elle occupe tout un quartier de la banlieue de Prague qui a été surnommé « Little Hanoi » depuis. Les gens ne semblent pas les détester autant que les Ukrainiens, même s'ils occupent les mêmes emplois disqualifiés dont aucun Tchèque ne veut. La différence résiderait dans le fait que ce sont des « bosseurs », des travailleurs « dévoués ». Les racistes sont parfois des gens vraiment étonnants.

Il y a aussi un certain nombre d'immigrés anglophones qui se qualifient « d'expats » - personne ne les appelle comme ça à part eux-mêmes. La plupart sont venus s'installer dans les années 1990, quand les fans de Milan Kundera et Věra Linhartová ont commencé à qualifier Prague de « Nouveau Paris ». Cette communauté n'est plus aussi branchée que par le passé – sans doute parce que maintenant, ils sont vieux – mais ils peuvent encore être plutôt marrants.

Revenir en haut

(Photo : Rodrigo Cannedo Cattegno)

OÙ MANGER

Lokál
Dlouhá 33
Ce restaurant tout en longueur compile tout ce que les gens détestaient dans la République Tchèque des années 1970 et 1980 – serveuses hystériques, tables communes, aucune ambiance. Mais on y sert de la cuisine traditionnelle tchèque de grande qualité, et, paraît-il, la meilleure Pils du monde. Les lieux valent le détour, ne serait-ce que pour se plonger un moment dans l'histoire du pays.
LIEN

Atmosphere Café-Pub
Karolíny Světlé 33
Généralement rempli d'étudiants en journalisme ou en cinéma, parce qu'il est juste à côté de leur université, mais aussi parce que l'ambiance y est bonne et les prix bas. Les steaks et les tortillas sont délicieux, et ils font leurs frites eux-mêmes.

U Zlatého Tygra
Husova 17
À Prague, la norme est de toujours commander une bière avec votre plat. Du coup, les meilleurs restaurants sont à regarder du côté de ceux qui servent les meilleures bières. Celui-ci est connu par tous les buveurs de la ville et a été fréquenté par les plus grands artistes du pays. Les serveurs sont parfaits : dès que vous avez fini votre verre, il se remplit immédiatement. Ça a aussi ses inconvénients puisqu'on finit rapidement ivre à ce rythme, mais on ne va pas se plaindre. Et leur escalope à la viennoise est délicieuse, et c'est le plat idéal pour éponger toute la bière que vous aurez ingurgitée.
LIEN

Les restaurants vietnamiens
Un des plus grands mystères pour les non-tchèques ici, c'est de savoir ce qui est vraiment arrivé à la Tchécoslovaquie. Pour les Tchèques, le plus grand mystère serait plutôt de comprendre le concept de légume. Du coup, si vous êtes végétarien, vous aurez plutôt intérêt à vous rendre dans un restaurant vietnamien, où les chefs savent un peu mieux quoi faire de tout ce qui est vert – à savoir le faire mariner dans une sauce épicée.

Revenir en haut

(Photo : Cannelle Wane)

CE QUE LES GENS MANGENT ICI

Svíčková
Un plat tchèque aussi authentique qu'incompréhensible. Du rôti de bœuf et des quenelles sont servies avec une sauce à base de crème et de carotte, ainsi qu'un peu de confiture d'airelles et de crème fraîche.

Du goulash
Cette soupe est d'origine hongroise, mais les Tchèques en sont dingues, et il est difficile de trouver un bistrot qui n'a pas un peu de ragoût au menu.

Knedlo-vepřo-zelo
Littéralement : porc-quenelle-chou.  Ce plat se compose de porc, de quenelle – et sans surprise, de chou. Nous sommes des gens simples.

Petits pains & sauce à la vanille
Enfants, nous avons regardé le communisme s'effondrer les joues pleines de ce dessert. Les adultes en mangent aussi, généralement quand ils sont déprimés. Ou quand ils sont heureux. Tout le temps, en fait.

Revenir en haut

(Photo : Yo Void)

OÙ BOIRE

Dlouhá Street
Le centre-ville est plein de rues à l'atmosphère « art nouveau », et parmi elles, c'est cette rue qui a les meilleurs bars et clubs – 2. Patro, Roxy, Harley's et le Nod. Ce dernier est un lieu « expérimental », où des vidéos artistiques sont diffusées dans le but de faire changer notre vision de tel ou tel sujet, mais en vrai, ce sont les quantités industrielles d'alcool qui y sont servies qui rendent les choses marrantes.

Les cafés autour de Národní třída
Ces cafés sont destinés aux voyageurs sophistiqués qui préfèrent parler de philosophie contemporaine plutôt que d'enlever leur chemise après deux pintes. Pour une raison obscure, la plupart d'entre eux ont un nom en rapport avec la mer : Velryba (la Baleine), Malá Ryba (Le petit poisson) et Rybka (un autre mot pour petit poisson). S'il commence à se faire tard, suivez le tram vers Vzorkovna, les bars ferment plus tard et l'ambiance y est moins intellectuelle.

Rue Krymská
Plus loin du centre, mais plus près du quartier populaire de Vinohrady, cette rue tourne autour du Café v Lese. L'endroit est super, et il y a des concerts, même s'ils finissent souvent assez tôt (22h). La journée, le restaurant Plevel, dans la même rue, sert des plats végétariens décents. U Nováka, la plus petite boîte de Prague, n'est pas loin non plus, et le Pilot est également sympa.

Náplavka
L'été, le quartier autour de la Vltava est plein de bars. On peut choisir de prendre une table au Bajk Azyl, ou amener soi-même de quoi boire et s'asseoir au bord de la rivière. Mais attention, si je vous vois jeter vos déchets dedans, comme je l'ai déjà vu faire par un touriste il y a quelques temps, je viendrai vous péter les dents.

Žižkov et Vinohrady
Žižkov et Vinohrady sont les meilleurs quartiers de Prague. Les loyers sont bas, ils ne sont pas assiégés par les touristes, et les boîtes ne sont pas du genre à essayer de proposer une programmation qui plaise à tout le monde quitte à être franchement nulle. Vinohrady est plus ou moins le quartier gay, même si les Tchèques ne sont de toute façon pas particulièrement homophobes. Žižkov avait mauvaise réputation pendant une époque parce qu'il accueillait des bordels et des strip-clubs, mais maintenant, on y trouve des bars et des boutiques vraiment cool. Il y a 300 bars à Žižkov, ce qui en ferait le quartier d'Europe avec la plus grande densité de bars. Prenez ça, les Écossais.

Revenir en haut

(Photo : Yo Void)

OÙ DORMIR

Nous sommes vraiment ouverts, donc à partir du moment où vous avez un sac de couchage, vous pouvez potentiellement dormir partout. La réserve naturelle de Divoká Šárka est par exemple un lieu unique pour passer une nuit à la belle étoile. Bon, personne ne fait ça en vrai, à part les SDF, mais l'idée est romantique. Sinon, prenez une tente, et n'allumez pas de feux de camp – et ne campez jamais seul.

Si vous êtes plutôt un bourgeois qui ne peut se passer du luxe de dormir dans un lit, comme une putain de princesse, alors vous serez heureux d'apprendre qu'il y a plein d'hôtels en centre-ville. Les plus petits sont souvent les mieux, comme ceux à proximité de l'ancienne maison de Kafka. Le personnel parle généralement bien anglais, et n'hésitera pas à vous donner une bonne adresse s'ils n'ont plus de chambres eux-mêmes. Si vraiment vous ne trouvez rien, le A&O près de de la station Støížkov a souvent quelques places de libres en dortoir, pour une dizaine d'euros la nuit.

Sinon, pourquoi ne pas aller à Koleje Strahov, le dortoir officiel de l'Université Charles de Prague ? C'est pas particulièrement propre, ni beau, mais il y a plein de bars étudiants à proximité, et ça ne coûte même pas 5 euros la nuit. Petite anecdote : les chambres y sont plus petites que dans la prison de Pankrác parce que nos étudiants sont littéralement pires que nos criminels.

Le Fusion Hotel (12 euros par nuit en dortoir, 50 pour une chambre) est vraiment bien. C'est un hôtel-auberge de jeunesse conçu par un designer, à quelques minutes de la place Venceslas. Le bar est assez bien, et le bar à soupe – Soup in the City – juste à côté vaut le coup.

Revenir en haut

(Photo : Moroni Flores)

LE PRAGUE LGBT

En 2011, l'ex-président Vaclav Klaus avait clamé son dédain pour « l'homosexualisme », et tout le pays lui a jeté la pierre. Plusieurs personnalités publiques ont fait leur coming-out, et le milieu gay est de plus en plus dynamique. La Gay Pride a lieu tous les ans, et c'est un des meilleurs événements de la ville.

Prague est aussi réputée comme étant la capitale européenne du porno gay et une destination pour de nombreux touristes gays. Personne ne regardera les couples gays de travers en public, mais si vous préférez afficher votre affection mutuelle ailleurs que dans la rue, le Q café et le Termix bar sont les deux meilleurs choix. Cela vaut aussi pour les hétéros qui veulent juste boire un coup.

Revenir en haut

(Photo : Igor Bruso)

OÙ TRAÎNER EN ÉTAT DE SOBRIÉTÉ

Vzorkovna
Bartolomějská 13
Difficile de dire exactement ce qui s'y passe, mais ça vaut toujours le détour. Il s'agit d'un hybride entre un bar gothique, un pub de campagne et une salle de sport. Il est arrivé que des cochons s'y promènent en liberté, mais il semblerait qu'ils aient fini en ragoût. Il y a aussi des concerts régulièrement, souvent du jazz.
LIEN

Meetfactory
Ke sklárně 3213/15
Il faut le vouloir pour y aller, puisque c'est en dehors de la ville : vous ne tomberez pas dessus par hasard. Mais il faut aller y jeter un œil, ne serait-ce que pour admirer les deux voitures accrochées à la façade. C'est à la fois une galerie d'art et un studio, et les lieux sont dirigés par une association qui permet aux artistes de se produire gratuitement. Le résultat : des installations étranges, originales, et aussi quelques trucs franchement merdiques.
LIEN

Zahrádky Park cafe
Letenské sady
Au fond du parc de Letná se trouve un « jardin à bière » depuis lequel la vue sur Prague est magnifique. L'endroit idéal l'été, quand il fait beau.

Louer un pédalo ou une barque
Žofín Island
Il y a plein d'endroits où trouver un bateau sur cette petite île. L'été, il y a beaucoup de monde, et vous pouvez être sûr que parmi tous ces gens, il y en aura en train de fumer ou de picoler.

Jazz Dock
Janáčkovo nábřeží 2
Vous aimez le jazz ? Vous aimez les quais ? Vous allez adorer le Jazz Dock. C'est un endroit posé, éclairé aux néons où vous pourrez regarder les bateaux passer sur la Vltava en vous demandant pourquoi vous avez bien pu vouloir habiter à Évry.
LIEN

Čítárna Unijazz
Jindřišská 5
Quand on arrive devant les lieux, il faut sonner et attendre qu'on nous ouvre. On monte ensuite au cinquième étage, et on se retrouve dans un appartement meublé avec un bar bien fourni et une bibliothèque dans le fond.

Revenir en haut

(Photo : Yo Void)

COMMENT ÉVITER LES ARNAQUES

Quand on arrive à Prague, il faut commencer par échanger ses euros contre des couronnes tchèques. Ne faites jamais, JAMAIS ça avec un mec dans la rue. Des bandes d'escrocs proposent le service à un taux de change très avantageux, mais vous ne verrez jamais vos couronnes. Vous aurez peut-être des forints hongrois ou des hrvynias ukrainiennes, mais ça vaut beaucoup moins. Il faudrait être vraiment stupide pour vouloir faire « affaire » avec ces types, mais au cas où : ils traînent autour de la place Venceslas et de la place de la République.

La rue Celetná, dans le centre historique de Prague, va du Pont Charles à la place de la République. C'est là que vous avez le plus de chances de vous faire faire les poches, en dehors des transports en commun.

N'achetez rien aux dealers de rue : ils ne vendent probablement que du thé, de la farine, de l'aspirine et tout un tas d'autres choses pour lesquelles vous n'avez pas vraiment envie de payer si cher.

Certains chauffeurs de taxis pratiquent des prix différents pour les touristes. Il faut éviter ces enfoirés de voleurs : le meilleur moyen est de chercher les stations de taxi avec un panneau « Fair Place ».

Revenir en haut

(Photo : Tibor Mecoun)

COMMENT NE PAS SE COMPORTER COMME UN TOURISTE INFERNAL

Prague est envahi par les touristes, toute l'année. La plupart se déplacent en meutes, prenant de photos d'absolument tout autour d'eux, même les chiens qui pissent et les voitures qui se garent. Mais le pire, c'est quand un guide a la mauvaise idée de leur fournir des Segway : là, ça devient vraiment ridicule. Ils vous rentreront dedans sans sourciller. Rien à foutre. Certains tenteront de baragouiner une excuse, mais le temps qu'ils aient terminé, ils seront déjà repartis, à la recherche de leur prochaine victime.

En dehors de ces vieux-hollandais-sur-roulettes, les touristes sont globalement appréciés à Prague, et vous ne devriez pas avoir de problème à vous sentir à l'aise. Les gens aiment bien faire la démonstration de leur niveau d'anglais, pas la peine de commencer à avoir des palpitations si quelqu'un vous adresse la parole sans raison apparente. Un conseil, tout de même : évitez de gueuler dans les transports en commun. Ça met les Praguois hors d'eux.

Revenir en haut

(Photo : Yo Void)

QUELQUES PERSONNES ET ENDROITS À ÉVITER

Les fans d'electro-swing
Ils ont toujours un sourire béat aux lèvres, des vêtements à pois et des fedoras. Et ils dansent bien. Mieux que nous en tout cas. Mais leur musique est aussi atroce qu'inexplicablement populaire à Prague.

Les dealers de rue
Ils peuvent vraiment être chiants ; passez votre chemin sans faire attention à eux. Une fois, sous la menace d'un couteau, j'ai été obligé d'acheter un bâtonnet de goudron qu'on essayait de me faire passer pour du shit, mais je m'estimais heureux de n'avoir perdu que quelques centaines de couronnes et ma dignité. Ces escrocs sortent dès la tombée de la nuit et tentent de tirer de l'argent à tous ceux qui passent.

Les chauffeurs de taxi
On vous conseille vivement de passer un coup de fil pour obtenir un taxi. Voici quelques numéros : 222 111 000 ou 257 257 257.

Staroměstské náměstí**,** quand l'horloge va sonner
La place de la Vieille-Ville abrite une tour dont l'horloge astronomique sonne toutes les heures, de 9 heures du matin à 9 heures du soir. Vous savez qui sont les seules personnes qui apprécient ce spectacle insipide ? Les hordes de touristes en Segway.

Le parc en face de la gare
Les Praguois le surnomment Sherwood parce qu'on peut s'y faire détrousser à n'importe quelle heure du jour ou de la nuit. En plus, les voleurs ne portent même pas de collants verts, et je n'ai pas l'impression qu'ils donnent aux pauvres ensuite.

Le petit parc derrière le Musée
Le Musée National est un bâtiment de style Néo-Renaissance sur la place Venceslas. On ne peut pas le rater, même si on préférerait sans doute, surtout la nuit – sauf si vous adorez passer du temps avec plein de junkies.

La Rue Pařížská
On y trouve juste des boutiques Tiffany's, Hermes ou ce genre de magasins qui ne deviennent intéressants qu'après la ménopause.

Le club Karlovy Lázně
Si vous avez l'âge légal de boire, vous risquez d'être le doyen de la soirée.

Le Clan
Si vous ne trouvez personne chez qui faire un after au moment de la fermeture des bars, il ne reste en général que deux endroits où aller : Studio 54, qui n'est pas ouf, et Le Clan, qui est horrible. On a l'impression que la clientèle se compose majoritairement de figurants de Walking Dead qui font une pause entre deux scènes.

Revenir en haut

(Photo : Tibor Mecoun)

QUELQUES TRUCS À SAVOIR

Pourboires
Généralement, on arrondit l'addition jusqu'à ce qu'elle se termine par un zéro. Si vous devez 92 couronnes, vous en payez 100. Si vous devez plus de 100, vous ajoutez 10% et vous arrondissez à la dizaine supérieure.

En revanche, je vous déconseille de donner un pourboire aux chauffeurs de taxi. S'ils ont compris que vous étiez un touriste – ce qui n'est pas bien difficile à deviner – ils ont déjà adapté le tarif de la course en fonction de votre potentielle crédulité. Bien sûr, tout le monde n'est pas malhonnête, mais si vous payez plus de 30 couronnes par kilomètre, inutile de donner de pourboire.

Phrases utiles
Bonjour_– ahoj_ (familier) ou_dobrý den_
Merci – děkuji or díky (familier, abréviation de děkuji)
Au revoir_– Na shledanou ou__ahoj_
S'il vous plaît –prosím
Bière_– pivo_
Une autre bière, s'il vous plaît – Ještě jedno pivo, prosím
Vous êtes très belle aujourd'hui – Dneska vám to moc sluší_or _Wypadáš skvěle (familier)
On va chez toi ou chez moi ? –Půjdeme ke mně nebo k tobě domů?

Revenir en haut

UN PEU DE MUSIQUE LOCALE

Peut-être votre seule occasion d'écouter du hip hop tchèque. Croyez-nous, ça vaut le détour.

Revenir en haut

NOTRE CARTE DE LA VILLE

On se retrouve au Jazz Dock.

À bientôt,

– VICE République tchèque

Revenir en haut

Revenir au sommaire des guides VICE de l'Europe