FYI.

This story is over 5 years old.

Stuff

J'ai appris à survivre en pleine nature grâce à Internet

Du chaman « Aigle bleu » à l'encyclopédie Scoutopedia, comment j'ai vogué de sites en sites pour apprendre l'art ineffable du survivalisme.
15.4.15

Image via

Cette randonnée ne devait être qu'une promenade de santé. Tout en secouant frénétiquement votre boussole-décapsuleur-lampe torche de chez Nature & Découverte, vous entamez un long monologue. Une myriade d'insultes bien senties, destinées à vous seul, face à cette nature fourbe que vous vénériez tant et qui a fini par vous la faire à l'envers. Vous vous sentiez prêt, mais rendez vous à l'évidence : vous êtes perdu comme une buse.

Publicité

S'il y a une chose que vous devriez savoir, c'est allumer un feu. C'est la base – ou plutôt l'une des bases à appliquer assez rapidement si vous ne voulez pas vous geler les orteils et greloter la tête coincée entre les genoux au beau milieu des 16,5 millions d'hectares de forêt française. Bien sûr, si pour vous la nature se résume au camping municipal, aux squares à toboggans et à votre potager bio, vous allez sans doute trouver amusant le fait de frotter des cailloux entre eux dans l'espoir de faire cuire cette truite fraichement pêchée à la mouche dans les Pyrénées. Mais se paumer dans les bois n'est absolument pas drôle. Certaines personnes prennent très au sérieux la notion de survie et sont des adeptes de ce qu'on appelle dans le milieu le bushcraft, pratique qui « ambitionne le réapprentissage d'une vie prospère avec la nature, ainsi que l'acquisition de compétences plus ou moins anciennes pour y parvenir » selon Wikipédia. Pour elles, confectionner un abri, cuisiner des bouillons de fleurs, gober des plantes comestibles ou construire un purificateur d'eau en DIY est aussi évident que réciter l'alphabet.

Le phénomène s'est rapidement amplifié avec l'arrivée d'Internet. Selon un article publié dans les Cahiers de psychologie politique par le sociologue Bertrand Vidal, « Google Blogs recensait [en 2011] plus de 496 000 activités et sujets relatifs au survivalisme et certains sites dénombraient plus de 5 000 visiteurs par jour ».

Publicité

Depuis le très angoissant bug de l'an 2000 et l'apparition de tout un tas de scénarios apocalyptiques à base de crises financières, politiques et démographiques, nombreux ont été ceux à sérieusement flipper. De cette manière, des communautés survivalistes se sont constituées. D'un côté, il y a les « preppers », ceux qui se préparent au pire (guerre thermonucléaire, fin du monde, invasion extraterrestre…) en stockant leur cassoulet en conserve à côté des munitions de 9mm. De l'autre, il y a ceux qui prônent la vie en totale autarcie dans une débrouillardise à toute épreuve. Si vous voulez éviter de vous retrouver comme un con au milieu des bois à sucer de la sève et à manger la mousse des arbres, sachez dorénavant qu'Internet peut vous sauver la vie.

La création d'un feu grâce à un archet ; image via Wikimedia Commons

LE STREAMING SAUVAGE
Internet regorge de vidéos, de documentaires et de films sur la survie – et notamment tous les épisodes de l'émission Man vs Wild et les reportages de l'aventurier Ray Mears, connu pour avoir médiatisé le bushcraft sur la télévision anglaise. Malheureusement, si vous n'êtes pas encore prêt à glisser votre pénis dans un serpent pour y rendre potable votre pisse, c'est que vous n'avez pas encore le niveau. Ces types sont Chamois d'Or question bushcraft. Vous, vous en êtes au stade flocon. C'est normal. Le mental se forgera au fur et à mesure ; ne soyez pas trop gourmand. Il faut commencer en douceur et démarrer par des choses simples.

Publicité

Une fois que vous aurez reçu votre première lettre HADOPI pour avoir saccagé l'industrie de la téléréalité survivaliste, je vous invite fortement à utiliser YouTube. Vous y trouverez un florilège de mises en situation, d'astuces et de tutoriels bushcraft incontournables pour survivre en pleine nature avec des explications détaillées disponibles en VF ou en VO. J'avoue avoir une certaine fascination pour Lonnie et sa femme qui triment au fin fond de l'Alaska à se filmer en plan-séquence interminable pour nous apprendre à couper un arbre au canif le fusil à pompe accroché dans le dos, installer son tipi sans débourser la moindre taxe de séjour, fabriquer de la glace à la pistache avec de la neige ou encore choisir des vêtements chauds avec style et pragmatisme.

Lonnie dans sa tente ; image via

WIKIPÉDIA
Je crois qu'on est tous d'accord pour dire que ce site a littéralement fist-fucké le marché des encyclopédies. Personne n'y a échappé. Au collège, mes professeurs voyaient ce portail Internet comme le diable incarné. Mais nous n'étions pas dupes. Nous, on y voyait un putain de Saint-Graal de la connaissance à portée de clics. Pourtant, nos profs préféraient toujours qu'on source nos travaux par des liens de sites perso douteux hébergés par des FAI aujourd'hui enterrés. Si ce site m'a permis de survivre au brevet, je peux vous garantir qu'il peut aider dans bien des situations, aussi extrêmes soient-elles.

Publicité

Commencer par faire un listing des plantes comestibles peut être un bon début. Hors de question de connaitre le même triste sort que McCandless ! Ainsi, vous saurez que s'envoyer de l'Egopodes podagraire dans le gosier ne posera aucun problème mais qu'il faudra être vigilant à ne pas les confondre avec l'Aethusa cynapium. Cette dernière possède des alcaloïdes extrêmement toxiques pouvant provoquer une paralysie respiratoire. Je ne peux que vous conseiller d'abuser de Wikipédia à toutes les sauces que ce soit pour identifier un champignon, un arbre, une empreinte animale, une racine ou des psychotropes…

Bear Grylls de l'émission Man vs Wild ; image via

SCOUTOPEDIA
J'aurais aimé être scout pour pas mal de raisons. La nature, les amis, les raids de plusieurs jours en forêt, les veillées, les attouchements… Quelque part, j'ai toujours trouvé ça bluffant de savoir se démerder avec deux brindilles et quelques bouts de liane. Et puis, avec mes kilomètres de riffs à la Metallica, je suis certain que le brame du cerf n'est que de la rigolade à côté de ce que je peux envoyer au coin du feu.

Scoutopedia, c'est un portail Wiki avec pas moins de 8 495 articles. Si avec ça vous ne savez toujours pas envoyer des S.O.S avec de la fumée, c'est qu'il y a un problème. Le site partage une montagne d'informations et de techniques très utiles, notamment sur la façon de faire des nœuds, le campement, les cabanes, les outils et la cuisine. On y trouve aussi des jeux adaptés au milieu naturel, si faire cache-cache avec les castors vous parait tout bonnement insupportable. Après, vous aurez droit à une panoplie de chants scouts, de textes spirituels, de fondamentaux à connaître par cœur… À vous de voir ce que vous pouvez en faire au milieu des bois.

Capture d'écran du site Scoutopedia

DES QUESTIONS DE (SUR)VIE OU DE MORT
Les forums bushcraft sont de véritables lieux d'échanges, d'interactions et de partage. Si vous avez une question, c'est là-bas que ça se passe. De nombreux passionnés qui en ont vu des vertes et des pas mûres vous répondront dans la minute. Chasse, pêche, cueillette, pièges, permaculture, biotopes, environnement, secourisme, hygiène, santé, gestion psychologique, artisanat… Chacun y va de sa petite expérience, de son témoignage et de son récit 100 % outdoor.

Publicité

Joël, habitué du forum Vie sauvage et survie, ancien armurier et membre de l'Office National des Forêts vous fera profiter de sa compil mp3 de cris d'animaux. « Quel plaisir que de dialoguer de longues minutes avec un tapir ! », se réjouit-il. Pendant ce temps, sur le forum Olduvaï, on se demande comment réagir « le jour où la terre s'arrêtera ».

MUSIQUE ÉSOTÉRIQUE ET MÉDITATION
Écouter de la musique en forêt peut être un excellent moyen de s'évader. Certains sons peuvent vous soulager la conscience et transporter votre âme à mille années-lumière d'une situation critique et désespérée. Sur Internet, il est facile de tomber sur des heures de streaming zen. En revanche, lorsque votre baladeur aura rendu l'âme, même si par chance vous aurez réussi à le transformer en appeau pour taper la causette avec les tapirs, il faudra trouver un autre moyen de se chauffer les chakras.

Encore une fois, Internet offre une multitude de sites web plutôt convaincants pour mettre en place des solutions adaptées. Toute mon attention a été retenue par la technique de « méditation transcendantale » du site apprendre-a-mediter.com. Le but de la méthode est la relaxation via l'utilisation de « mantras » – des phrases ou mots répétés de nombreuses fois. La méthode est « très efficace » selon le site mais sa maîtrise parfaite requiert une « grande expérience ».

CHAMANISME
Par moment, vous n'y croirez plus. Vous serez devant le fait accompli que rien mais alors rien du tout ne pourra vous sortir de cette merde grandeur nature. Paumé et désœuvré, vous vous contenterez de croire que c'est le sort que vous méritez. Quand ça arrivera, il sera temps pour vous d'ouvrir votre esprit vers de nouveaux horizons.

Le chamanisme est une pratique intrinsèquement liée à la nature, et ce depuis belle lurette. Il existe pas mal de chamans au point que certains se tirent la bourre quant à la maîtrise de leur jeu de tambour, de leur chant harmonique ou de l'efficacité des essences liquides qu'ils vendent à des prix parfois exorbitants. Sur la toile, vous pourrez aisément identifier le ou la chaman qui vous conviendra le mieux. Moi, j'ai tout de suite su que c'était Aigle Bleu. Ce Canadien aux ascendances amérindiennes Algonquins, Pawnees et Abénaquis fait partie du Cercle de Sagesse, association regroupant plus d'une trentaine de chamans et guérisseurs du monde entier dont 9 en France. Aigle Bleu enseigne le chamanisme au même titre que les sciences spirituelles, mais sa spécialité restent les harmoniques de la voix comme Le chant des Esprits : « On permet à la voix de l'esprit de passer à travers le chant. Alors, on peut entendre deux sons. Ça nous permet d'avoir une compréhension plus grande de la multi-dimensionnalité de l'être humain. Aussi, il y a beaucoup de guérisons qui viennent à travers ces sons qui ont été enregistré sur le CD Mystère. ». Comme j'étais trop curieux d'en savoir plus sur ma multi-dimensionnalité, j'ai acheté tous ses albums.

Publicité

Néanmoins, avant de choisir votre chaman, il est essentiel de connaître votre animal totem. C'est un passage obligé. D'abord, ça permettra de faciliter vos recherches pour trouver votre futur guide spirituel, puis ça vous donnera une super idée tatouage. De mon côté, je suis un tigre et je sens déjà que mon torse va y passer.

Le chaman « Aigle bleu », image via YouTube

STAGE DE SURVIE
Si la méditation, le chamanisme, l'ésotérisme, le bushcraft et compagnie ne vous suffisent pas, il ne vous reste plus qu'à embaucher un coach – et autant vous dire qu'on en trouve une ribambelle sur le web.

Sur son site, David Manise, « instructeur de survie », plante le décor : « Nous nous donnons pour mission de vous enseigner à ne pas mourir. Pas à vous servir le café, les croissants et à vous materner […]. Si vous n'êtes pas en mesure de vous débrouiller pour venir au stage, pour trouver le matos nécessaire, ou pour envoyer votre dossier d'inscription dans les temps, […] nous préférons que vous restiez chez vous. » Dave est clair. Après avoir passé son enfance au Québec à « faire du feu, construire des abris, couper du bois et chasser des écureuils », David a voulu transmettre son goût pour la survie et son savoir sur les situations de crise en milieu naturel et urbain : « Mon travail est d'enseigner aux gens à prolonger leur vie en situation extrême… et si je le fais mal, ils vivent moins vieux. […]. La survie, c'est de savoir prévenir et faire face aux situations menaçantes diverses et variées. Les agressions physiques sont aussi des situations menaçantes, au même titre qu'une nuit froide ou un manque d'eau. »

Sur le blog Le Survivaliste, on vous propose une virée aux US, à Yellowstone plus exactement. On vous apprendra à vous défendre, à fabriquer votre propre couteau et à tâter un peu de Glock 19 à l'atelier « Combat à l'arme de Poing ». Mais si jamais votre budget bushcraft est un peu serré, je vous conseille un stage par un formateur adepte du barefoot en Bretagne ou dans les Pyrénées. En revanche, vous devrez vous passer des ateliers flingues et lancer de couteaux. Sinon, il y a le stage « commando » que vous pouvez offrir à votre beau-père à Noël.

Après ça, si vous ne savez toujours pas vous démerder dans la nature, c'est que vous n'êtes vraiment pas fait pour le survivalisme.

Un Marine en entraînement dans la forêt ; image via

Retrouvez Antoine sur Twitter et sur son site.