FYI.

This story is over 5 years old.

Sexe

Swampy T. Fox est un pornographe de sables mouvants spécialisé dans les Furries

Le fétiche bizarro qui a détrôné les seins-bites qui chient.
25 décembre 2013, 9:30am

Barboter dans la boue avec Swampy T. Fox

J'ai découvert pour la première fois le monde sauvage des fétichistes des sables mouvants en écoutant un épisode de Radiolab qui portait sur la célèbre ascension puis décadence des sables mouvants dans la culture pop. Même si le reportage ne s’est pas attardé longtemps sur les fétichistes de l'enlisement, je n'ai pas pu me sortir de la tête l'image de mecs se branlant devant des corps disparaissant lentement dans une mare boueuse. Après avoir passé des heures à regarder des images de femmes aux gros seins s'enfonçant dans des sables mouvants, j'étais prête à passer à des trucs plus hardcore. Les fétichistes de l’enlisement étaient loin de détrôner le fétiche que j’avais découvert un peu plus tôt, les Shitting Dicknipples [littéralement, les seins-bites qui chient], jusqu'à ce que je creuse un peu plus.

En parlant du fétiche des sables mouvants autour de moi, un de mes amis m'a montré un clip réalisé par Jon Rafman, un artiste numérique contemporain. La vidéo de Jon est un étrange mélange de postes de travail collants et de soft porn animé IRL. À un moment, mes yeux se sont fixés sur un énorme renard en fourrure se noyant dans la boue, puis se débattant lentement pour se tirer vers la surface.

Les fétichistes de sables mouvants qui prennent leur pied devant des humains s'enfonçant dans un marécage dégueu ne sont pas si bizarres que ça, à la réflexion : on imagine derrière le jeu de pouvoir en relation avec les demoiselles en détresse, on voit en quoi ça peut être excitant. En revanche, se branler sur des fausses têtes de renard s'enlisant dans la boue, c'est un peu plus complexe et fascinant. La petite communauté qui s'intéresse à l'alliance d'animaux de cartoons anthropomorphiques et de sables mouvants produit, sans surprise, un contenu plutôt merdique : ça va de dessins de renardes sexy en détresse équipées de seins poilus de la taille d’un ballon de foot et flottant dans la boue, aux nouvelles érotiques mal écrites à propos de Furries pris au piège de sables mouvants. J'ai commencé à me demander si les images utilisées par Jon Rafman étaient uniques dans leur genre – une perle, brillante et couverte de poils, bien cachée dans une fosse pleine de boue.

Usant de mon expertise toute neuve dans la navigation en eaux troubles dans le monde du fétiche de l’enlisement, j’ai épluché les sites type quicksandfans.com et réussi à retrouver le génie qui a créé les vidéos originales des furries pris dans les sables mouvants, un certain Swampy T. Fox.

La collection de vidéos de Swampy est plutôt limitée, mais elle offre une satisfaction bien supérieure à celle que m’avaient procuré les vidéos habituelles postées sur les forums de Furries dans les sables mouvants. Swampy s'immerge plusieurs fois, en se raccrochant à quelques branches. Le truc le plus dérangeant reste d'entendre sa respiration lourde à mesure qu’il s'enfonce de plus en plus profondément. Les vidéos sont bizarres et un peu flippantes, mais je n'arrive pas à détacher mes yeux de l'écran.

Je ne vais pas vous mentir. J'ai déjà été physiquement attirée par des personnages de cartoons. Mais même si les rêves sexy dans lesquels je chevauchais le « tapis volant » d'Aladdin me hantent toujours, je suis certaine que je n'ai aucune envie de baiser des faux animaux en fourrure, encore moins s’il se font engloutir par la boue.

Je m'attendais à ce que Swampy soit l'un de ces détraqués errant sur Internet à la recherche du plus beau cul couvert de boue. Après un rapide échange, j'ai réalisé que Swampy était un mec plutôt normal qui aime simplement fabriquer des costumes en fourrure. Exaspéré par l'élitisme et la propension à dramatiser de la communauté Furry, il a voulu montrer à quel point ses costumes étaient résistants, en prenant le risque de faire enrager ceux qui jugent les costumes en fourrure trop précieux pour qu’on les traîne dans la boue. Ses vidéos ont été inspirées par son désir de créer des cartoons dans la vraie vie, « et jouer avec l'humour burlesque des années 1960 et 1970 en y ajoutant une touche nineties », comme il me l'a expliqué.

Bien que sa première vidéo (où l’on peut voir un déversement de boue digne des classiques de Nickelodeon) ait créé le buzz dans la communauté Furry, ses vidéos suivantes ont commencé à énerver les Furries et les fans de l’enlisement. Ce que j'ai compris, c'est que bien que ce gens soient excités par d'énormes animaux en peluche s'enfonçant dans des sables mouvants, ils ont des standards très stricts en termes de qualité, tout comme n'importe quel fan compulsif de porno. « Il semblerait que lorsque l'on n'offre pas aux gens le porno qu'ils attendent, ils en sont extrêmement offusqués », a conclu Swampy.

L'inculte que je suis pensait que les vidéos de Swampy seraient la source ultime d'érections chez les fans de Furries dans les sables mouvants. Mais il semble que les seules personnes à qui il a réussi à plaire se résument à moi et une poignée de malades mentaux. Même si Swampy a arrêté de faire des vidéos il y a quelques années, son héritage marécageux survit au travers de son incroyable chaîne Vimeo. Quand je fermerai les yeux ce soir dans l'espoir de rêver d'Aladdin, je prierai pour que quelqu'un reprenne le flambeau là où il s'est arrêté.

@smvoyer