Publicité
Cet article a été publié il y a plus de 5 ans
La question du jour

À quel point la victoire du Front National vous déprime-t-elle ?

On a interrogé des passants pour savoir ce qu’ils pensaient du résultat de ces dernières élections.

par VICE Interns
27 Mai 2014, 10:53am


Marine Le Pen lors du meeting du Front National organisé le 1er mai. Photo via

Même si François Hollande affirmait le contraire dans un malheureux lapsus préenregistré, les partis anti-européens ont connu une soirée électorale plutôt faste dimanche dernier. L'UKIP est le premier parti anglais, un néo-nazi allemand entre au Parlement européen, et les fous furieux du Jobbik devront se maîtriser pour ne pas lever le bras droit à Strasbourg.

Du côté français, alors que les médias – avec leur sens de la mesure habituel – évoquent un tremblement de terre voire un chaos politique, la victoire du Front National est peu surprenante. Le parti de Marine Le Pen est arrivé en tête avec 24,95 % des voix, face à un PS laminé et une UMP toujours aussi peu crédible dans son rôle d'opposante – même si la démission de Copé est sans doute la meilleure nouvelle pour la droite depuis deux ans. Si certains évoquent comme toujours l'importance de l'abstention et la dimension protestataire du vote pour justifier ces scores, il ne faut pas oublier que le 25 mai marque une nouvelle étape dans notre histoire politique : c’est la première fois qu'un parti d'extrême-droite arrive en tête d'une élection.

On a collecté des témoignages de passants qui insistent sur le dégoût généralisé envers la classe politique, de droite comme de gauche. Et même si aucune de ces personnes ne semble avoir voté FN – Paris est loin d’être représentatif de l'ensemble du territoire – tous disent plus ou moins comprendre les raisons du triste triomphe de l'extrême-droite.


Gwendal, étudiant

VICE : Salut Gwendal, qu’est-ce que ça te fait de vivre dans un pays qui a voté à 25 % pour l'extrême droite ?
Gwendal :
J'ai honte, mais je pense que c'est un mal nécessaire pour qu'un électrochoc puisse se produire parmi la classe politique, qui doit se renouveler et proposer de nouvelles idées en faveur d'une Europe plus sociale et démocratique. Il faut plus d'empathie envers la population, et pas de simples prises de décision assez élitistes.

Penses-tu que la réponse à ce score du FN puisse être un gouvernement d'union nationale en France – c'est l'idée de cet omniprésent BHL, d'ailleurs ?
Non, pas du tout. C'est aux partis politiques de se renouveler. Un gouvernement d'union nationale ne tiendrait pas deux mois vu le ressentiment de la population envers la classe politique. Il faut un renouveau des idéaux, et des idées en général.


Gladys, salariée

VICE : Comment as-tu vécu ces élections européennes ?
Personnellement, je trouve qu'il n'y a pas eu assez d'information et c'est pour cela que je n'ai pas voté. Je pense que le problème vient du manque d'intérêt des Français.

Tu penses que c'est un désintérêt pour les élections européennes ou pour la politique en général ?
Pour la politique en général. Je suis de la jeune génération, j’avoue ne pas avoir confiance envers les hommes politiques – et je ne pense pas que ça arrive un jour. La politique manque de sérieux, elle est trop « populaire », et les cas de corruption sont trop nombreux.


Nicolas, barman

VICE : Quel est ton ressenti après la victoire du FN ?
Nicolas :
En fait, ça ne m'a pas surpris. Je me dis que c'est une conséquence naturelle de la surdité de la classe politique par rapport à la situation des gens modestes, qui se posent des questions et n'ont jamais de réponse. Les hommes politiques éludent les questions centrales sous prétexte que les gens ne peuvent pas comprendre, qu'elles sont trop techniques.

Penses-tu que le FN puisse accomplir des choses plus positives que les autres partis au plan européen ?
Non, je pense qu'ils vont se planter. C'est très bien comme ça. Ils vont être « à l'épreuve du pouvoir » et sûrement montrer leur incapacité à résoudre les problèmes actuels, qui sont extrêmement complexes.


Édouard, fleuriste belge

VICE : Toi qui es belge, que penses-tu de la victoire du FN ?
Édouard 
: Je trouve ça tout à fait normal que le FN ait gagné, vu les problèmes que connaît Copé par rapport à sa gestion des comptes de l'UMP, notamment des surfacturations. Les gens n'ont plus confiance. Du côté du PS, rien ne va, l'imposition est extrêmement élevée. Ils détruisent les petits commerces. Je regrette de m'être installé à Paris. Je comprends tout à fait que Mme Le Pen ait gagné, même si je ne supporte pas son comportement.


Alizée, étudiante

VICE : Pourquoi les jeunes sont-ils si nombreux à voter FN, d’après toi ?
Alizée :
Il faut interpréter cela comme un signal d'alarme. On en a marre que la politique soit essentiellement une question économique.

Penses-tu que les gens votent FN pour des considérations sécuritaires – voire racistes – ou pour d'autres raisons ?
La situation économique a forcément un impact sur le vote des gens. Mais il ne faut pas oublier qu'en temps de crise, on trouve toujours des boucs émissaires, et c'est ce qui se passe actuellement.


Olivier, travaille dans la finance

VICE : Que penses-tu de ce taux d'abstention, toi qui a voté ?
Olivier :
C'est regrettable, mais quand on voit que les médias n'ont pas parlé de ces élections et que les grands partis ont fait une mauvaise campagne, c'est logique. Je trouve que c'est le FN qui avait le discours le plus cohérent et le plus compréhensible. En plus de ça, vous avez la crise économique, un gouvernement qui n'est pas apprécié, une droite divisée – il y a de quoi dégoûter plein de gens. Je suis issu d'une famille où l'on parle de politique et je ne veux pas m'abstenir par principe, mais j'ai de quoi être désabusé. Je comprends les gens qui se sont abstenus, les hommes politiques ne donnent pas envie d'Europe.

Quelles sont les raisons qui expliquent le vote FN selon toi ?
C'est encore un vote de protestation, mais très légèrement. Aujourd'hui le vote d'adhésion est massif pour le FN. Le discours est différent d'il y a 20 ans, l'image du FN s'est adoucie. Je pense que les électeurs adhèrent concrètement aux idées du Front National.


Eoghan, architecte américain

VICE : En tant qu'Américain, comment vis-tu la victoire du FN dans ton pays d'accueil ?
Eoghan :
Je dois t'avouer que je suis très surpris. Quoiqu'on en dise, les États-Unis voient la France comme un pays très libéral, notamment au niveau des mœurs. Mais depuis que je suis arrivé en France, j'ai vécu les manifestations contre le mariage homosexuel, et maintenant la victoire du FN.

Et Marine Le Pen, elle ne te fait pas peur ?
Si, carrément. Je la trouve détestable. Elle me fait un peu penser à Michelle Bachmann, cette ultra-conservatrice américaine qui croit fermement que la théorie de l'évolution est une connerie inventée par les scientifiques.