Société

Les malades imaginaires du coronavirus

Ruptures de stock de masques de protection, inquiétudes autour des colis en provenance de Chine, rumeurs en ligne et racisme envers la communauté asiatique : la psychose gagne la France.
28 janvier 2020, 8:32am
coronavirus france virus infection
Alain JOCARD / AF

« Nous avons vendu plus de 6 000 masques de protection en 48 heures seulement, c'est de la folie », raconte une des pharmaciennes du Terminal 1 de l'aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle, par lequel transitent de nombreux voyageurs en direction et en provenance de la Chine. Alors qu'elle nous raconte cette rupture de stock exceptionnelle, cette pharmacienne est interrompue par un énième client inquiet par le coronavirus : « Non, je suis désolée Madame, nous n'avons plus de masques, on devrait en recevoir de nouveau d'ici demain ou après-demain ».

« J'ai acheté une cinquantaine de masques au cas où le virus se propagerait vraiment en France » – Guy

Masques, gants et gels hydroalcooliques sont pris d'assaut par les voyageurs terrifiés à l'idée de contracter le nouveau SRAS qui a déjà fait 106 morts en Chine. Mais la psychose ne s'arrête pas aux aéroports. Dans la capitale, de nombreuses pharmacies sont elles aussi en rupture de stock. Il en est de même dans d'autres villes comme Lille, Lyon ou encore Bordeaux, là où le premier cas Français a été déclaré. Guy, 35 ans, se déclare très inquiet : « J'aimerais que le gouvernement nous dise dans quels endroits le malade a été pour que l'on puisse les éviter et ne pas prendre de risques », déclare-t-il. Des inquiétudes infondées puisqu'un virus ne peut transiter dans l'air que s'il y a un malade dans ce même périmètre.

Guy fait partie de ces nombreux Français qui se sont précipités en pharmacie pour acheter l'attirail du parfait malade imaginaire. « J'ai acheté une cinquantaine de masques au cas où le virus se propagerait vraiment en France, comme ça j'aurais du stock pour plusieurs jours. Dès que je sors j'en ai une dizaine dans mon sac et j'en mets un lorsque je me retrouve dans une foule et j'utilise aussi tout au long de la journée du gel hydroalcoolique. » Sauf que, comme pour la grande majorité des Français qui se sont jetés sur les masques de protection, Guy a acheté des protections basiques qui servent à protéger les autres de soi et non l'inverse. Pour se protéger il faut se procurer des masques bec de canard. Avoir peur de quelque chose ne veut pas pour autant dire bien renseigner.

« J'ai lu sur Internet qu'avec le nouvel an chinois c'était encore plus dangereux »

Les hôpitaux ont eux aussi affaire à la psychose ambiante qui règne en France. Aux urgences des établissements hospitaliers, de nombreux appels concernent le coronavirus. Une procédure de prise en charge du virus en France a été déclenchée afin que le plus grand nombre de CHU soient habilités à prendre en charge les cas possibles dans l'hexagone.

Une mère a justement amené le week-end dernier, ses deux filles à l'hôpital, par peur du corona : « Mes deux filles étaient grippées depuis plusieurs jours, elles avaient de la fièvre alors je les ai emmenées aux urgences, heureusement elles n'ont rien. En tant que parents, nous tenons à être très prudents. Mon mari qui a besoin de se rendre régulièrement chez les grossistes chinois a arrêté d'y aller pour éviter toute contamination. J'ai lu sur Internet qu'avec le nouvel an chinois c'était encore plus dangereux », raconte-t-elle. Un témoignage typique qui stigmatise toute une communauté et qui ne se base que sur des messages lus sur Internet. C'est justement en ligne que les pires rumeurs et commentaires racistes circulent.

« J'ai vu sur Insta des gens qui conseillaient de ne pas ouvrir les colis d'Aliexpress tout de suite » – Manon

Sur Google, il suffit de taper « colis aliexpress » ou encore « wish » sur la barre de recherche pour voir apparaître en suggestion à la suite le maintenant célèbre coronavirus. Avec l'avènement des sites de shopping chinois et leurs livraisons gratuites, des centaines de milliers de colis transitent chaque jour de la Chine vers le monde entier. Ceux qui ont commandé il y a quelques semaines sur ce genre de site sont à présent terrifiés par le contenu de leurs colis. Peut-être que cette superbe cagoule d'oreilles que vous avez commandé renferme le coronavirus en guise de code promo pour votre première commande. Même si la communauté scientifique connaît encore peu de choses sur ce nouveau virus, tout porte à croire qu'il est quasiment impossible que le coronavirus puisse se transmettre sans hôte.

D'ordinaire un virus se transmet via des êtres vivants, entre animaux et êtres humains. Mais certains n'hésitent pas à employer les grands moyens pour ouvrir leurs colis et éviter le moindre risque. « J'ai vu sur Insta des gens qui conseillaient de ne pas ouvrir les colis d'Aliexpress tout de suite, qu'il fallait plusieurs jours d'incubation pour que le virus se développe et disparaisse et qu'ensuite il ne fallait pas l'ouvrir dans son logement », raconte Manon, 21 ans. Une fois son colis réceptionné Manon l'a donc caché dans sa cave durant une semaine avant de l'ouvrir dans son jardin, équipée d'un masque et de gants. Il y a de quoi être curieux. Tout ce protocole pour quoi finalement ? Des bottines à talons en cuir verni...

À Lyon, la fake news selon laquelle une Chinoise porteuse du coronavirus aurait réussi à passer les douanes et se rendre dans la ville des Lumières à créé la panique chez certains habitants. Théo, 29 ans, arrive difficilement à cacher son stress : « Je ne suis pas du genre alarmiste d'ordinaire, mais depuis cette fausse histoire de contamination à Lyon, je suis assez flippé. Je me suis rendu compte que c'était tout à fait possible que ça arrive jusqu'ici, même si ce n'est pas encore le cas. Depuis l'épisode de la grippe aviaire, j'ai pris l'habitude d'avoir toujours dans mon sac du gel pour me laver les mains fréquemment, je porte aussi des gants dans les transports en commun. Mais ce n'est pas suffisant. Ça ne m'a pas empêché de chopper une méga gastro il y a quelques jours. »

« Ils m'ont insulté et m'ont dit de retourner dans mon pays avec mon virus de merde alors que je n'ai jamais mis les pieds en Chine de ma vie »

Et qui dit virus venant de Chine dit racisme anti-asiatiques. Poussée par la psychose ambiante certains n'hésitent pas à afficher leur racisme. Alice, 19 ans, a été victimes d'injures raciales dans le métro parisien : « J'écoutais de la musique et je sentais qu'un groupe de jeunes mecs me regardait, je me suis tout de suite doutée que c'était à cause du virus. Et ça n'a pas loupé, lorsque j'ai soutenu leur regard ils m'ont insulté et m'ont dit de retourner dans mon pays avec mon virus de merde alors que je n'ai jamais mis les pieds en Chine de ma vie». Un triste témoignage qui nous pousse à rappeler la faible taux de mortalité que représente pour l'instant le coronavirus. Jusqu'à maintenant, toutes les personnes décédées, suite à la contraction de ce nouveau SRAS, avaient déjà une pathologie pré-existante. Leur système immunitaire n'a donc pas tenu face à ce virus contrairement à d'autres personnes contaminées en bonne santé. En ce qui concerne les colis chinois, aucune mesure n'a été prise en France pour limiter les importations venant de Chine car le risque de transmission par cette voie est quasi impossible selon les épidémiologistes. Il est temps de prendre une grande inspiration. La fin du monde n'est pas pour demain et même si c'était le cas ce n'est pas un masque qui vous sauvera.

Justine est sur Twitter.

VICE France est aussi sur Twitter, Instagram, Facebook et sur Flipboard.