Publicité
Crime

Des athlètes tombent malades en s'entraînant dans les eaux usées qui accueilleront les épreuves nautiques des JO de Rio

Certains athlètes ont commencé leur préparation aux Jeux qui se déroule sur les mêmes sites qui seront utilisés l'année prochaine pour les Olympiades. Nombre d'entre eux ont commencé à sentir les effets de la mauvaise qualité de l'eau.

par VICE News
31 Juillet 2015, 9:15am

Photo de Liz Fields pour VICE News

Des athlètes qui se préparent pour les Jeux olympiques d'été, qui se dérouleront à Rio de Janeiro l'été prochain, sont tombés malades alors qu'ils s'entraînaient sur les sites qui accueilleront les épreuves nautiques. L'eau de la baie de Guanabara à Rio — où doivent se dérouler notamment les épreuves de voile, canoë-kayak ou la nage pour le triathlon — présenterait un niveau anormalement élevé de virus et bactéries. Les taux relevés sont comparables à ce que l'on peut trouver dans les égouts. 

Une analyse indépendante menée par l'Associated Press (AP) sur les sites olympiques montre qu'aucune épreuve nautique ne serait épargnée.

L'enquête d'AP explique que cette pollution des eaux est due au fait que les eaux usées des 6 millions d'habitants de la ville se déversent dans rivières et autres courants d'eaux, qui finissent dans la baie de Rio. Les tests menés confirment que certains virus présents dans l'eau peuvent provoquer diverses maladies. Les niveaux de bactéries et virus constatés dans la baie de Rio sont 1,7 million de fois plus élevés que ce qui serait considéré comme dangereux sur une plage de Californie du Sud.

« Ce que vous avez là, ce sont des eaux usées que l'on trouverait dans les égouts, » indique John Griffith, un biologiste de la vie marine au Southern California Coastal Water Research Project, qui a analysé les tests effectués par AP.

« Ce sont les eaux des toilettes, des douches et de tout ce que les gens mettent dans leurs éviers, le tout mélangé, qui se glissent jusque sur les rives des plages. Si on trouvait de telles choses [aux États-Unis] on fermerait tout ça immédiatement. »

Certains athlètes ont commencé leur préparation aux Jeux en participant à des compétitions qualificatives, qui se déroulent sur les mêmes sites qui seront utilisés l'année prochaine pour les Olympiades. Nombre d'entre eux ont commencé à sentir les effets de la mauvaise qualité de l'eau — certains ont été frappés de vomissements, diarrhées et fièvres.

« Tout le monde risque de se faire infecter, » explique le docteur Carlos Terra, un hépatologue (un médecin spécialiste du fonctionnement des maladies du foie et des voies biliaires) qui dirige une association médicale basée à Rio qui se spécialise dans la recherche sur les maladies du foie.

À lire : Des drones pour éradiquer le travail forcé au Brésil

Des officiels chargés de la problématique environnementale au Brésil déclarent qu'ils suivent tous les protocoles nécessaires pour assurer la qualité de l'eau — et assurent que l'eau sera sûre, d'un point de vue sanitaire, pour la compétition à venir. La directrice du secrétariat chargé de l'environnement de la mairie de Rio, Vera Oliveira, a indiqué que la ville ne testait pas le niveau de virus dans l'eau du lac olympique, Rodrigo de Freitas. Le coordinateur des contrôles de l'eau au niveau de l'État de Rio, explique que tous les tests relèvent le niveau de bactéries — ce qui est le standard dans la grande majorité des pays.

Après avoir vu les résultats d'AP, le directeur médical du Comité international olympique (CIO), le docteur, Richard Budgett, soutient tout de même le Brésil. Il encourage les autorités du pays à continuer à ne tester que le niveau de bactéries dans les eaux — et non pas le taux pour les virus.

« Nous avons été rassurés par l'Organisation mondiale de la santé et d'autres institutions. Il n'y a pas de risques significatifs encourus par les athlètes, » a déclaré Budgett à la sortie d'une réunion du CIO en Malaisie. « Des gens vont essayer de pousser pour faire toute sorte de tests, mais nous suivons les conseils des d'experts et des officiels sur les manières de contrôler la qualité de l'eau de manière efficace. »

Le docteur Alberto Chebabo, qui dirige l'Infectious Diseases Society de Rio note que les habitants de Rio ont été exposés aux virus endémiques des eaux de la ville et ont développé des anticorps pour les combattre. Ce qui n'est pas le cas des athlètes et des touristes.

« Quelqu'un qui n'a jamais été exposé à ce manque d'assainissement et qui se rend sur une plage pollué, a forcément un risque bien plus élevé d'être infecté, » explique Chebabo.

Griffith, le biologiste californien, a une suggestion pour les athlètes qui concourront les épreuves nautiques.. « Si j'allais aux Jeux olympiques, je ferais en sorte d'y être tôt, de m'exposer aux virus pour laisser le temps à mon système immunitaire de se développer pour me protéger. Parce que je ne vois pas comment ils pourraient régler ce problème d'eaux usées [avant les JO]."

À lire : En photos : Le Brésil est assoiffé

Cet article a été rédigé grâce à une enquête de l'Associated Press.