environnement

Des champignons dans la laveuse pour des vêtements plus propres

On se rapproche du rêve d’avoir des Tide Pods comestibles.

Les champignons sont des végétaux incroyables. Ils ont le pouvoir de nourrir et de détruire, d’accélérer des processus de décomposition, et parfois même de rendre bien high. Alors qu’on croyait avoir trouvé l’essentiel de leurs utilités, il se trouve que les champignons peuvent une fois de plus se montrer utiles. Depuis près d’une décennie, des compagnies comme Novozymes s’affairent à donner une nouvelle tâche au mycètes : faire disparaître nos taches plus efficacement.

Publicité

Il semble que, chaque année, des compagnies de détergent présentent un nouveau produit, encore meilleur que le précédent, qui rendrait le blanc plus blanc que blanc. Si c’est possible, c’est en partie grâce aux enzymes qui leur sont vendues par des compagnies comme Novozymes. La compagnie danoise emploie des scientifiques et des cueilleurs qui chaque jour tentent de découvrir des champignons qui ont les meilleures propriétés nettoyantes. Ils les cataloguent et depuis 2016 les vendent à des compagnies comme Unilever et Tide.

L’idée d’utiliser des champignons dans la conception de détergents est que, de manière naturelle, les fongus peuvent désintégrer certaines matières organiques. Si leurs enzymes parviennent à transformer un tronc d’arbre en terre fertile, il est possible d’isoler ces enzymes afin qu’elles désintègrent une tache de moutarde sur votre pull blanc préféré.

En plus de rendre les vêtements plus propres, augmenter le taux d’enzymes dans un détergent permettrait d’utiliser moins d’eau lors du lavage et rendrait plus efficace le lavage à l’eau froide. Considérant qu’un lavage requiert en moyenne 120 litres d’eau par cycle et qu’environ 75 % de l’énergie consommée lors d’un lavage est utilisée pour chauffer l’eau, les enzymes ne peuvent que faire du bien à l’environnement et à votre compte d’électricité.

Pour plus d'articles comme celui-ci, inscrivez-vous à notre infolettre.

Novozymes essaie présentement d’intéresser de nouveaux marchés comme la Chine, dont la classe moyenne grandissante s’apprête à faire grimper les quantités d’eau potable et d’énergie utilisées pour la lessive. Bien que les Chinois utilisent majoritairement de l’eau froide pour leur lavage, cela pourrait changer avec la prospérité croissante, comme ç’a été le cas aux États-Unis au milieu du siècle dernier, s’inquiète Peder Nielsen, président de Novozymes.

Bien que la compagnie réussisse peu à peu à faire intégrer leurs enzymes dans les détergents, ils continuent d’améliorer les qualités des champignons. Si ça fonctionne, « ce serait un moment marquant de l’histoire du développement durable », a assuré Nielsen en entrevue au New York Times. « Cela sauverait tellement d’eau, tellement d’énergie. »

Billy Eff est sur internet ici et .