Sida : On a reçu l'autotest VIH, voilà comment ça marche

Les autotests VIH sont en vente à partir de ce mardi dans les pharmacies françaises et peuvent être achetés sans ordonnance. La France est le troisième pays à autoriser type de tests, après les États-Unis et le Royaume-Uni.

|
15 Septembre 2015, 3:50pm

L'autotest VIH et son support. Photo par VICE News / Etienne Rouillon

Les autotests du VIH sont en vente à partir de ce mardi dans les pharmacies françaises et peuvent être délivrés sans prescription médicale. N'importe qui peut désormais réaliser soi-même ce test rapide qui mesure, à partir d'une goutte de sang prélevée sur le doigt, les anticorps spécifiques que produit une personne infectée par le VIH.

La France est le troisième pays à adopter de tels auto-tests, après les États-Unis en 2012 (là-bas, le dispositif est un test buccal), et le Royaume-Uni en avril dernier. Ces tests rapides d'orientation diagnostiques (TROD), comme on les appelle, existaient déjà en France mais ne pouvaient jusqu'alors être pratiqués que dans des centres agréés. Ceux qui sont commercialisés en France à partir de ce mardi ont été conçus par la société française AAZ-LMB.

Ce mardi matin, nous avons appelé une dizaine de pharmacies parisiennes, qui n'avaient pas encore, pour la plupart, l'autotest en vente dans leur magasin. Pour 28,90 euros, nous avons finalement réussi à nous en procurer un, auprès d'une pharmacie du nord de Paris qui venait d'être livrée en début d'après-midi. Son prix devrait se trouver entre 25 et 30 euros.

À l'ouverture de la boîte, une notice très claire explique la marche à suivre pas à pas. Aucun autre matériel que celui contenu dans la boîte n'est nécessaire. Il faut simplement pouvoir se laver les mains. Après s'être piqué le doigt, nettoyé et désinfecté, à l'aide d'un « autopiqueur » (un petit cube rouge qui pique le doigt lorsque l'on exerce une pression dessus), il suffit de mettre l'autotest (une sorte de seringue sans aiguille) en contact avec une goutte de sang, avant de l'introduire dans un support contenant une dosette de diluant. 

Après 15 minutes, le résultat apparaît, il faut ensuite se reporter au mode d'emploi pour en connaître la signification. En cas de test positif, un test de confirmation en laboratoire est nécessaire, le mode d'emploi donne les contacts nécessaires et décrit la marche à suivre. Un test négatif n'empêche pas non plus d'aller chercher une confirmation auprès de son médecin par exemple. 

L'autotest VIH que nous avons acheté ce mardi à 28,90 €, le jour de sa mise en disponibilité sans ordonnance dans les pharmacies de France. (VICE News / Etienne Rouillon)

Dans la boîte, en plus de l'autotest, on trouve tout ce qui est nécessaire au test : mode d'emploi, auto-piqueur, pansement, lingette désinfectante, compresse... (VICE News / Etienne Rouillon) 

Attention, ces tests ne donnent un résultat fiable qu'à partir de trois mois après une exposition redoutée au virus. Pour le professeur Christian Chidiac, chef du service des maladies infectieuses et tropicales de l'hôpital de la Croix-Rousse de Lyon, c'est l'une des limites : « Les utilisateurs vont certainement chercher à sécuriser leurs relations sexuelles grâce à ce test. Cela peut poser problème lorsque quelqu'un est à un stade précoce de l'infection ou en phase de séroconversion. On peut alors avoir un test faussement rassurant, » explique-t-il à VICE News ce mardi matin.

En cas de risque de contamination très récent — moins de 48 heures — des traitements post-exposition (TPE) peuvent être pris aux urgences.

 À lire : la vie sexuelle des jeunes Vénézuéliens perturbée par une pénurie de préservatifs

L'autopiqueur s'applique sur le bout du doigt, jusqu'à sentir l'aiguille. (VICE News / Etienne Rouillon)

L'autotest est mis en contact avec la goutte de sang. Sur cette image d'illustration, le doigt n'a pas été piqué. (VICE News / Etienne Rouillon)

Sur la notice de l'autotest, le numéro de Sida info service est clairement mis en évidence. Il est disponible 7 jours sur 7 et 24 heures sur 24, et permet à ceux qui le souhaitent d'obtenir un soutien moral, des informations complémentaires sur le test ou la maladie et surtout, d'être redirigé vers les soins adaptés à chaque situation.

« Quand on pose un tel diagnostic, dans nos services, on encadre beaucoup le moment de l'annonce. Toute cette partie-là va manquer, et cela peut-être difficile à supporter pour certaines personnes, » explique Christian Chidiac.

Malgré tout, le professeur se félicite de la mise en place de ce test, alors qu'on estime à 30 000 le nombre de personnes porteuses du VIH sans le savoir en France: « Tout ce qui peut contribuer à un diagnostic précoce est forcément très positif, » explique-t-il. « L'infection au VIH peut-être traitée et très bien maîtrisée lorsqu'elle est dépistée de façon précoce. »

Tous les acteurs du système de soin mettent l'accent sur l'idée qu'il ne s'agit que d'un outil complémentaire, qui ne remplace pas les tests classiques. Avec cet autotest, le ministère de la Santé espère toucher de nouvelles populations, qui ne se retrouvent pas dans l'offre de dépistage existante. 

L'autotest est ensuite enfoncé dans la base et une dosette de diluant. Le résultat apparaît 15 minutes plus tard, on se reporte ensuite au mode d'emploi pour lire les résultats et entamer les démarches nécessaire. (VICE News / Etienne Rouillon)

Le Conseil national du sida et des hépatites virales (CNS) avait émis en 2012 un avis favorable à la mise à disposition de ces autotests. Contacté par VICE News ce mardi midi, le CNS confirme que l'objectif principal de ce test est de s'attaquer à l'épidémie cachée.

Le CNS souhaite également que des autotests soient à l'avenir distribués gratuitement par des associations auprès de certaines populations ciblées, comme les personnes que ces associations testent régulièrement et qui sont habituées à l'idée de dépistage.

Selon les chiffres d'ONUSida, en 2014, 36,9 millions de personnes vivaient avec le VIH dans le monde, dont 25,8 millions en Afrique subsaharienne. Deux millions d'entre elles ont été nouvellement infectées en 2014, soit 5 600 nouvelles infections par jour.

1,2 million de personnes sont décédées à cause du sida en 2014.

Suivez Lucie Aubourg sur Twitter @LucieAbrg 

L'autotest VIH et son support. Photo par VICE News / Etienne Rouillon