Transphobie à l’hôpital : « Un médecin a refusé de me toucher »

Durant leur transition, les personnes trans sont confrontées au corps médical. Souvent pour le pire. Enquête.

|
mai 31 2018, 10:27am

Photo : Vincent Palmier / AFP

« Réflexions blessantes, mauvais usage du pronom, outing forcé face à tout un service hospitalier… » Dans son rapport sur l’homophobie 2018, paru ce mois de mai, l’association SOS homophobie dresse un constat sans appel sur la façon dont les personnes trans sont traitées quand elles se rendent, aujourd’hui, dans un hôpital français.

C’est le cas de Niléane Dorffer. Cette femme trans, étudiante de 22 ans, garde un très mauvais souvenir de l’hôpital : « J’étais en salle d’attente, quand la secrétaire a hurlé : "Monsieur Dorffer, c’est à vous." J’ai été obligée de me lever devant tout le monde. On a beau préciser qu’on est une femme, les psychiatres et les infirmiers nous mégenrent. » Pour elle, le problème ne s’arrête pas là : « Quand on est trans, on a beaucoup de mal à trouver des professionnels de santé en qui avoir confiance. La majorité d’entre eux traite la transidentité comme une pathologie, et nous font suivre des parcours psychiatrisants. »

« Classer la transidentité parmi les troubles mentaux, c’est dire que nous sommes des malades psychiatriques » – Delphine Ravisé-Giard, présidente de l’Association nationale transgenre.

Certes, le terme de « transsexualisme » a disparu du DSM (le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux) et a été remplacé par l’expression « dysphorie de genre ». Mais qu’importe l’appellation : cette classification est, pour Delphine Ravisé-Giard, femme transgenre de 48 ans, adjudante-chef dans l’armée de l’air et présidente de l’Association nationale transgenre, « la première des maltraitances ». Elle explique : « Classer la transidentité au sein du DSM, c’est dire que nous sommes des malades psychiatriques. Ce qui n’est évidemment pas le cas. »

La Société française d’études et de prise en charge de la transidentité (SoFECT), principale bête noire des personnes trans, n’est pas étrangère à cette psychiatrisation. Fondée en juillet 2010, elle dit rassembler des professionnels (psychiatres, endocrinologues, chirurgiens…) « expérimentés dans la prise en charge de la transidentité » et proposer un « programme des soins » allant de l’« évaluation diagnostique et pronostique » au « suivi postopératoire ». Les associations lui reprochent notamment de ne pas avoir collaboré avec les principaux concernés, et d’imposer un parcours de transition rigide.

Jules G., 30 ans, coprésident de l’association OUTrans, explique : « La transition ne se fait pas forcément dans leur sens : hormonothérapie, acte chirurgical, modification de l’état civil… Nous sommes des individus différents, avec des envies différentes. Nous critiquons leur manque d’écoute concernant les parcours fluides. » Comme Niléane Dorffer, nombreuses sont les personnes trans méfiantes à leur égard : « C’est une équipe autoproclamée officielle. J’ai appris à éviter les professionnels qui ont des rapports de près ou de loin avec eux, car ils psychiatrisent beaucoup. » Jules ajoute : « Ils ont un monopole. Alors que nous avons des dizaines de retours sur leurs positionnements, abjects et transphobes à l’égard des personnes trans ».

Pourtant, Nicolas Morel-Journel, chirurgien urologue et membre de la SoFECT, l’assure : « Ce n’est pas une maladie psychiatrique. Mais le parcours de transition est extrêmement lourd. La psychiatrie a un intérêt : aider ces personnes, qui sont souvent en souffrance ou rejetées. » Mais il reconnaît néanmoins : « Nous avons connu des psys qui n’étaient pas assez empathiques, qui faisaient leur travail à reculons. Mais il faut savoir qu’ils sont là pour aider, coacher pendant la transition. »

Avec OUTrans, Jules lutte pour la dépsychiatrisation de la transition. « Il n’y a pas de loi à ce sujet ! Mais, même en dehors de la SoFECT, les endocrinologues et les chirurgiens demandent souvent l’aval d’un psychiatre. » Selon un rapport de l'association Homosexualité et socialisme et du Mouvement d’affirmation des jeunes Gais, Lesbiennes, Bi et Trans, 74 % « des parcours se font hors équipe hospitalières autoproclamées officielles ». Il n’empêche : avec 1/10 000 à 1/50 000 personnes trans en France selon la Haute autorité de santé, Nicolas Morel-Journal a « des délais de quatre ans d’attente, tellement il y a de demandes ! »

« J’ai essuyé quinze refus de la part de médecins » – Niléane Dorffer, femme trans, 22 ans.

Et pour cause, le parcours de transition est engagé ou achevé par 10 000 à 15 000 personnes en France depuis une vingtaine d’années, selon l’Assemblée nationale. Mais l’opération génitale est le seul acte médical pour lequel l’Assurance maladie indique « une période d’observation du patient pendant plusieurs années, au minimum deux ans à ce jour ». « C’est "réglementaire". Ces deux ans sont censés prouver la volonté de la personne. Deux ans de vie perdus. L’utilité se résume souvent à savoir si la personne a joué avec des poupées ou un camion de pompier durant son enfance… », explique amèrement Delphine Ravisé-Giard.

Pour elle, il s’agit d’une volonté politique de « réprimer une population ». La militante rappelle par exemple qu’un traitement hormonal peut être prescrit par un médecin généraliste. Problème : « Personne n’est au courant. On nous matraque qu’il faut aller voir des psychiatres, ce qui est discriminatoire. » Niléane Dorffer appuie : « Beaucoup de médecins nous disent qu’aller voir un psychiatre est obligatoire. » Elle explique avoir dû chercher durant deux ans un docteur qui accepte de lui prescrire un traitement hormonal. « J’ai essuyé une quinzaine de refus. Je me suis sentie extrêmement "malade", alors que je n’avais déjà pas beaucoup de confiance en moi. La société nous pathologise. »

Joshua Zimmermann, homme trans de 33 ans, ancien enseignant contractuel, a connu un rejet similaire du corps médical, allant jusqu’au refus de soins. Ému, il raconte : « L’année dernière, je suis tombé malade. Personne ne trouvait ce que j’avais. Plusieurs médecins traitants ont refusé de me suivre. L’un d’entre eux a même refusé de me toucher, en me disant que c’était dans ma tête. » D’avril 2017 à janvier 2018, on lui dit qu’il n’a rien. Ce n’est qu’après deux visites à l’hôpital qu’on décèle enfin sa maladie de Lyme. « Le plus dur à vivre, c’est de passer un an à s’entendre dire qu’on a des problèmes psy "au vu de notre passif". Tout a beau aller bien dans votre vie, vous avez une étiquette qui reste collée. »

« Si vous avez une carie, votre dentiste vous parlera de votre transidentité » – Adrian De La Vega, militant trans, 23 ans.

Un constat partagé par Adrian De La Vega. À 23 ans, ce vidéaste, militant trans et conférencier ne mâche pas ses mots : « Si vous avez une carie, votre dentiste vous parlera de votre transidentité ! » Pour lui, « la transphobie médicale est une maltraitance ». Il se souvient : « Après une opération, une aide-soignante transphobe m’a forcé à me lever, ce qui a fait péter mes points de suture. » Alors forcément, « il y a une crainte du corps médical, qui peut avoir de graves conséquences : automédication, surdosage, pathologies qui s’aggravent faute de soins… »

Niléane Dorffer approuve : « J’ai beaucoup de mal à me résoudre à aller aux urgences. » Même avis de Joshua Zimmermann, qui déclare être « dégoûté de la médecine traditionnelle ». Jules, de l’association OUTrans, appuie : « Il y a beaucoup d’exclusion ou d’auto-exclusion du milieu médical. Parmi les membres de notre association, nous avons eu beaucoup de questions déplacées sur ce qu’on avait entre les jambes, comment ça se passe avec notre famille… Il y a une vraie transphobie médicale. »

Bruno est sur Twitter

Plus de VICE
Chaînes de VICE