Publicité
Skate

GIZMO, la toute première vidéo de skate pro avec uniquement des skateuses

C'est tout simplement une preuve de plus que les femmes déchirent.

par Stijn Ernes
25 Juin 2019, 7:22am

Toutes les photos via Nike SB 

Cette vidéo de 18 minutes intitulée GIZMO est une ode à Elissa Steamer, une légende dans le monde du skate, aujourd’hui âgée de 43 ans. C’est d’ailleurs la première fois qu’une vidéo de skate produite par une grande marque ne représente que des skateuses. La preuve que le skate ne parle pas qu’aux mecs et que les femmes aussi déchirent sur la planche. Gizmo c’est le surnom que lui avait donné son père. Elissa est l'une des skateuses les plus emblématiques de tous les temps. Avec son style fluide, elle a été la première femme à devenir pro et à briser les barrières du genre en skate. Les geeks la connaissent d’ailleurs aussi, puisqu’elle a incarné le premier personnage féminin de jeux vidéo skate avec la série Tony Hawk. Bien sûr, il y avait des « she-boarders » (terme inventé par Elissa pour désigner les skateuses) avant elle, mais aucune n'était allé assez loin pour devenir le modèle de toutes les filles qui voulaient se lancer dans le skate à l'époque. C’est donc en grande partie grâce à elle qu’autant de talents féminins sont présents dans la vidéo GIZMO.

GIZMO se divise en 8 parties. C’est Elissa qui ferme le bal, mais ne zappez surtout pas l’ouverture impressionnante de la Suédoise Sarah Meurle ni les transitions de Nicole Hause et la technique de Lacey Baker. Il y a de quoi faire rougir de nombreux skateurs. Les connaisseurs reconnaîtront aussi quelques visages familiers tels que Leticia Bufoni, Hayley Wilson, Josie Millard et Aori Nishimura. On découvre aussi Rayssa Leal (11 ans), la future Nyjah féminine qui vous donne un avant-goût de la prochaine génération. Nike SB a ainsi réuni les plus grands talents féminins du monde pour présenter au mieux la scène skate féminine, même si d’autres « she-boarders » y méritaient sans doute leur place.

nicole-hause-skater-handplant
Handplant de Nicole Hause.

Pendant un an, le réalisateur Jason Hernandez, également connu pour les séries « A Time to Shine » de Transworld ou « Nike Chronicles », a filmé le girl gang en Amérique du Nord, en Europe, en Chine et en Australie avec Tyler Smolinski. Hernandez avait déjà collaboré avec Elissa dans « Don't Fear the Sweeper », la vidéo de la tournée 2010 de toute l'équipe Nike SB. Cette vidéo illustre à quel point les femmes ont fait leur place dans le monde du skate. Au passage, pour la première fois dans l’histoire du skate, skateurs et skateuses participeront aux Jeux Olympiques de Tokyo en 2020.

Elissa a été initiée au skate dès son plus jeune âge, dans les années 1980 à Fort Myers en Floride. À l'époque, elle n'avait pas de modèle féminin. Elle a donc grandi en regardant des skateurs comme Ray Barbee et Steve Caballero. Grâce au soutien de ses parents et de ses amis, elle n’a jamais lâché la planche, malgré le regard perplexe de certains. Quand elle est apparue sur la rampe 1996 dans l’une des vidéos de skate les plus influentes de tous les temps, « Welcome to Hell » de Toy Machine, personne n’a relevé son genre. C’était une skateuse avant tout, et elle a obtenu un vrai rôle au même titre que les autres hommes de cette vidéo. C’était peut-être un détail pour elle, mais c’était un pas important vers l’acceptation des femmes dans les vidéos de skate professionnel..

Hayley-Wilson-Josie-Millard-Nike-SB-Gizmo
Skaters Hayley Wilson et Josie Millard

Un « skate rat », c’est quelqu'un qui vit pour le skate. Elissa Steamer incarne parfaitement cette définition. Les « skate rats » se fichent pas mal du matériel ou de leur santé. Le skate, c’est tout ce qui compte, le reste est secondaire. Tu te lèves, tu montes dans un bus avec plein d’autres skateurs et tu vas de spot en spot toute la journée. Elissa n'était pas la première «skate rat » non plus, mais l’impact qu’elle a eu sur le street skate moderne est sans pareil. Sa grande carrière le prouve sans effort.

VICE France est aussi sur Twitter, Instagram, Facebook et sur Flipboard.

Tagged:
skateboard
feminisme
identité
Sport