environnement

Chaque année, on jette pour 49 milliards d'euros de déchets électroniques

Au lieu de jeter de l’or, l’argent et l’aluminium présents dans les appareils électroniques, il est possible de tirer profit de ces vieilles machines en les recyclant mieux.

par Laura Dattaro
21 Avril 2015, 12:00pm

Photo par Walter Bieri/AP

Même si votre téléphone se bloque dès que vous ouvrez Snapchat, ce n'est pas de la camelote pour autant. Les composants en or, en argent et en plastique qui composent votre appareil représentent une fortune. L'année dernière, dans le monde, l'équivalent de 52 milliards de dollars de ces composants a été jetés à la poubelle.

Ce chiffre est l'une des découvertes tirées d'un nouveau rapport publié par l'Université des Nations Unies (UNU), la branche universitaire de l'ONU, qui a examiné la masse de déchets technologiques produite par chaque pays. En 2014, les États-Unis ont généré 7,8 millions de tonnes de ces déchets, soit plus que n'importe quel autre pays, et représentent 17 pour cent du total mondial.

À l'échelle du globe, les humains génèrent 46 millions de tonnes de déchets technologiques, soit environ six kilos par personne, selon le rapport. Ce chiffre est en augmentation par rapport à 2013, où 43,8 millions de tonnes de déchets ont été produites, soit 5,7 kilos par personne.

Cette année, cette montagne de déchets contient 330 tonnes d'or, plus de deux millions de tonnes de cuivre et de plus petites quantités d'autres matériaux précieux comme de l'argent, de l'aluminium, du plastique. Moins d'un sixième de ces déchets a été recyclé.

« C'est une information quelque peu choquante car nous pourrions faire considérablement mieux, » a réagi Ruediger Kuehr, responsable de l'Institut de l'UNU pour la durabilité et la paix, contacté par VICE News. « C'est également essentiel afin de maintenir nos chaînes de production existantes et pour accéder à des équipements électroniques dans le futur. »

« Les métaux, les plastiques et ce genre de choses pourraient retrouver une utilité, mais ils ne font que pourrir dans des décharges. »

Les déchets contiennent aussi des substances potentiellement toxiques comme du mercure, du cadmium ou du chromium, en plus des 2,4 millions de tonnes de verre au plomb qui se trouve dans les tubes cathodiques des vieilles télévisions et des moniteurs d'ordinateurs.

En plus des téléphones et ordinateurs portables, les déchets technologiques comprennent du matériel de réfrigération, comme des réfrigérateurs et des climatiseurs ; des écrans d'ordinateurs et des télévisions ; et des appareils divers comme des machines à laver, des imprimantes ou des grille-pain.

À lire : Sous-marins et réacteurs : l'union soviétique a balancé un paquet de déchets nucléaires à la mer

L'UNU s'attend à ce que la masse des déchets technologiques atteigne 55 millions de tonnes en 2018. Quant à la production de déchets par tête, la Norvège arrive en tête avec 28 kilos par personne, contre près de 22 kilos par personne aux États-Unis.

Environ quatre des sept milliards d'humains vivent dans des pays qui ont une législation sur les déchets technologiques, mais ces lois ne sont pas toujours appliquées. Aux États-Unis, le problème a été confié aux états : 25 d'entre-eux disposent d'une forme de législation sur le recyclage de l'électronique, selon le Centre national pour le recyclage des équipements électroniques (NCER).

« Nous pouvons faire beaucoup plus pour éviter de voir ces déchets vieillir dans des caves pendant des années et perdre de leur valeur, ou être entassés dans des décharges et de perdre tout accès à ces ressources, » estime Jason Linnel, directeur exécutif du NCER. Joint par VICE News, il ajoute que « Les métaux, les plastiques et ce genre de choses pourraient retrouver une utilité, mais ils ne font que pourrir dans des décharges. »

À lire : Les ours polaires se fracturent le pénis à cause de la pollution industrielle

Aux États-Unis, une législation au niveau fédéral n'est pas près d'arriver, pense Jason Linnel, et aucune loi n'a vu le jour depuis celle de l'Utah en 2011.

Il y a d'autres solutions qui ne requièrent pas du tout de lois. Des revendeurs, comme Best Buy ou Staples aux États-Unis par exemple, ont leurs propres programmes de recyclage de vieux appareils électroniques. Certains collectent également de vieux téléphones toujours utilisables pour les rénover et les envoyer aux personnes plus pauvres, aux États-Unis ou ailleurs, des personnes qui ne pourraient pas se payer un nouveau téléphone autrement.

Best Buy affirme avoir recyclé plus de 500 000 tonnes d'appareils électroniques, Staples parle de 6 350 tonnes.

« Ils reçoivent beaucoup de matériel dans leurs boutiques et, vu qu'ils sont présents partout, ça n'a pas d'importance si vous êtes dans un État qui dispose d'une législation sur le recyclage ou non, » explique Jason Linnel. « Des efforts bénévoles peuvent être la clé. La sensibilisation est une première étape. »

 À voir : Le Coltan de la République Démocratique du Congo

Suivez Laura Dattaro sur Twitter : @ldattaro