Santé

Attention : communiquer seulement par SMS peut vous rendre asocial

Heureusement, une chercheuse américaine peut vous aider à revenir dans le monde réel des gens qui se parlent les yeux dans les yeux.
13.6.18
Aila Images / Stocksy

Le scénario
Votre petite amie utilise tellement les applications et les SMS qu’elle en a fait un job à plein temps. Vous ne la voyez presque jamais, pas seulement parce qu’elle travaille depuis chez elle, mais aussi parce qu’elle a horreur de téléphoner, facetimer et skyper – en gros, tout ce qui pourrait faire en sorte qu’on entende sa voix. Parfois, vous vous demandez à quoi peut bien ressembler sa vie (surtout depuis que Delhaize livre à la maison). La seule manière d’obtenir un contact avec elle, c’est via WhatsApp et Messenger. Peut-être que vous la re-croiserez un jour, et ce sera sans doute le fruit d’une coïncidence.

Publicité

Cette pratique peut-elle affecter ses aptitudes sociales ? Peut-elle mener à des difficultés pour se faire de nouveaux amis, ou même pour entretenir ses amitiés réelles ?

Les faits
Étant donné que votre amie communique surtout par blocs de texte, elle ne voit pas l’expression faciale de la personne à qui elle s’adresse, c’est à dire les marqueurs psychologiques dont elle a besoin pour comprendre les expressions personnelles de son interlocuteur, du début à la fin. La communication sans signaux physiques peut causer un dysfonctionnement psychologique, appelé cyber-désinhibition. Par conséquent, elle se sent moins à l’aise avec les conventions sociales, et la manière dont les gens vont réagir à ce qu’elle pourrait dire. C’est en tout cas ce qu’affirme Elizabeth Reyes-Fournier, psychothérapeute et chercheuse à l’université Keiser de Floride.

Si vous vous retrouvez en situation réelle, « vous n’êtes plus aussi direct et honnête que quand quelqu’un discute avec vous via texto », dit-elle. « Si j’annonce de mauvaises nouvelles à quelqu’un, je vais voir comment cette personne réagit – ses yeux s’élargissent, par exemple – et je vais m’en préoccuper et anticiper la suite. » En d’autres termes : les brouillages textuels vous rendent moins sensible à la communication non-verbale, et donc moins attentif aux signaux physiques qu’on remarque habituellement.

Le pire qui puisse arriver
Sa capacité à entretenir des amitiés dans la vie réelle peut être affectée. Dans le pire des cas, elle pourrait s’isoler complètement. Le lobe frontal de son cerveau – la partie associée au comportement, à l’apprentissage, au mouvement volontaire et à la personnalité – n’agit alors que très peu.

Publicité

Ce qui va probablement arriver
« La cyber-désinhibition peut aussi affecter votre vie sociale de manière plus subtile », ajoute Reyes-Fournier. Elle peut engourdir les sens dont vous avez besoin pour éprouver de l’empathie, par exemple lorsque vous écoutez un ami qui a besoin de parler de la dure journée qu’il a eue au travail. « Si vous n’entraînez pas vos sens, cette partie du cerveau va finir par se fermer. »

Ce que vous pouvez dire à votre amie
C’est le moment de changer. Elle peut commencer en douceur avec des logiciels comme FaceTime ou Skype, qui lui permettront de conserver sa capacité à interpréter les expressions faciales. C’est d’ailleurs une des recommandations de Reyes-Fournier : « C’est parfait, on peut voir les visages et entendre les voix des autres. » Si vous essayez de baisser la voix mais que vous criez, elle comprendra vite que vous êtes un peu bourré par exemple. Et si vous parlez plus vite, de façon hachée, elle pourra l’interpréter comme un signe d’excitation.

Cet article a été initialement publié sur TONIC NL

Pour plus de Vice, c’est par ici.