Publicité
Tech by VICE

Une étoile a été emportée par l'explosion de sa voisine

"Même les auteurs de science-fiction n’ont pas osé imaginer un univers aussi fou."

par Becky Ferreira
17 Août 2017, 7:46am

Les étoiles sont comme les gens : de temps en temps, elles traînent en bande. Les chercheurs estiment que la moitié des systèmes planétaires de la Voie lactée ont au moins deux étoiles. Alpha du Centaure, le plus proche voisin du système solaire, en compte même trois. C'est dire si notre pauvre soleil est solitaire.

Avoir un bon copain, c'est ce qu'il y a de meilleur au monde. Malheureusement, pour les étoiles, ça peut aussi être dangereux : une nouvelle étude publiée dans The Astrophysical Journal Letters montre que la supernova 2017cbv a tout bonnement emplafonné son étoile compagnon. Plus autodestructrice que la plus autodestructrice de tes copines.

L'auteur principal du papier, Griffin Hosseinzadeh, est doctorant en astrophysique à l'université de Santa Barbara, en Californie. Son directeur de thèse, le scientifique à l'observatoire de Las Cumbres Andy Howell, a déclaré : "Même les auteurs de science-fiction n'ont pas osé imaginer un univers aussi fou. Les supernovae peuvent détruire les étoiles proches d'elles, ce qui dégage des quantités d'énergie prodigieuses."

SN (supernova) 2017cbv a été découverte le 10 mars dernier par David Sand, un astronome de l'université du Texas avec lequel Hosseinzadeh a cosigné l'article. C'est le relevé astronomique DLT40, un recensement des corps célestes réalisé à l'aide du Panchromatic Robotic Optical Monitoring and Polarimetry Telescope (PROMPT), qui a permis sa détection.

2017cbv se trouve à 55 millions d'années-lumière de notre planète, dans une galaxie spirale appelée NC 5643. Elle est issue de l'explosion d'une naine blanche qui a été détectée presque immédiatement par les scientifiques.

"Ce qui rend notre étude excitante, c'est que notre supernova a été découverte très tôt, dans la journée qui a suivi l'explosion, explique Hosseinzadeh dans un email adressé à Motherboard. Nous avons pris des mesures toutes les six heures pendant toute la semaine suivante." Les conséquences de l'explosion et la rencontre brutale de la supernova avec son étoile compagnon ont été suivies avec attention.

Le courbe de lumière de la supernova 2017cbv comparée à celle d'une supernova normale. Image : Griffin Hosseinzadeh

L'indice qui révèle que la supernova a englouti sa voisine est un "rebond optique bleu" dans la courbe de lumière de l'explosion, qui mesure l'évolution de l'intensité lumineuse d'un objet dans le temps. La supernova a sans doute émis cette bouffée de lumière bleue et d'ultraviolets au moment où elle a percuté l'étoile avoisinante.

Grâce à ces observations, Sand et Hosseinzadeh ont pu estimer que le rayon de l'étoile engloutie était environ 20 fois supérieur à celui de notre soleil. La naine blanche qui a engendré la supernova grapillait sans doute de la matière à cette géante, ce qui a fini par déclencher l'explosion. Ces événements stellaires sont connus sous le nom de supernova de type 1a et ne se produisent que dans des systèmes binaires composés d'au moins une naine blanche.

"Nous avons une courbe de lumière très bien documentée qui montre clairement un rebond anormal pour une supernova de type 1a, affirme Hosseinzadeh. Les études précédentes [en 2015 et 2016] n'avaient mesuré qu'un point bizarrement haut."

Il faut beaucoup de chance pour être témoin de ce genre de collision. Le plus beau, c'est que 2017cbv a fourni un luxe de détails jamais vu aux astronomes. Hosseinzadeh est convaincu que les progrès de la chasse aux supernovae enfanteront de beaucoup d'autres observations de ce genre.

"Nous sommes de plus en plus adroits pour repérer les supernovae très tôt, il est très probable que nous observions bientôt ce comportement à nouveau, m'a-t-il affirmé. Je pense que ce n'est certainement pas la dernière fois que ça arrive."

Tagged:
tech
Motherboard
espace
Supernova
astronomie
naine blanche
astrophysique
étoile