Publicité
Motherboard

Les kidnappeurs du monde entier réclament des rançons en bitcoin

Après tout, les criminels sont toujours très au fait du progrès technologique.

par Joseph Cox
05 Juillet 2017, 7:00am

Après WannaCry et NotPetya, on peut le dire : les hackers ont balancé les ransomwares dans le grand bain de la culture pop. Leur succès est tel qu'il fait de l'ombre aux kidnappeurs, une famille de criminels plus traditionnelle, qui a donc décidé d'inscrire des sommes en bitcoin sur ses demandes de rançon.

Au début du mois, The Indian Express a rapporté l'histoire d'un gang spécialisé dans le kidnapping qui demandait des rançons en bitcoin (avant de se faire attraper par la police). Évidemment, ce cas est loin d'être isolé. S'il vous fallait encore la preuve que crime et technologie s'entendent à la perfection, vous lisez le bon article.

The Indian Express raconte que six personnes ont enlevé Ashu Jain le 30 mai dernier. Leur prix pour sa libération : 20 bitcoins, environ 45 000 euros. Deepak Sharma, l'orchestrateur présumé de l'enlèvement, est diplômé en informatique.

Il y a quelques mois, des kidnappeurs s'en sont pris à une Brésilienne mariée à un businessman du Bitcoin. D'après une traduction réalisée par Cryptocoins News, l'officier en charge de l'enquête a déclaré : "J'ai parlé à quelques collègues qui travaillent dans différentes parties du pays et il n'y avait encore jamais eu de demande de rançon en monnaie virtuelle au Brésil. C'est une première."

La pratique elle-même est née en 2015, au moins. Cette année-là, une bande taïwanaise a empoché 1,5 million de dollars en bitcoins après avoir retenu prisonnier Wong Yuk-kawn, le président d'une entreprise pétrolière basée à Hong Kong, pendant 38 jours. Quelques mois plus tard, des kidnappeurs basés au Costa Rica ont enlevé un Canadien et demandé plusieurs dizaines de milliers de dollars en bitcoin.

Le Bitcoin est souvent présenté comme une forme totalement anonyme de monnaie qui permet aux criminels d'accomplir leur transactions à l'abri. C'est tout simplement faux : de nombreux dealers du dark web ont été identifiés grâce à leur portefeuille bitcoin. Si le crime implique d'agir dans le monde matériel - poster une enveloppe remplie de drogue, par exemple - la monnaie virtuelle fournit juste une piste de plus aux enquêteurs.

Il semble que les kidnappeurs dont il est question dans cet article en ont fait la douloureuse expérience. Dans chacune des affaires, les autorités ont mis la main sur des suspects. En Inde et au Brésil, ils étaient six ; à Taïwan, pas moins de 16.

L'avenir nous dira si d'autres candidats à l'enlèvement choisissent de faire confiance au Bitcoin. L'âge des grosses coupures est encore bien loin d'être révolu.