FYI.

This story is over 5 years old.

Amazon a un projet bien plus large que de supprimer des jobs de caissiers

Bienvenue dans le monde des magasins qui vous surveillent.

Lundi, Amazon a annoncé qu'un petit supermarché employant une technologie permettant d'entrer et sortir du magasin sans faire la queue ou passer à la caisse allait ouvrir à Seattle en 2017. 24 heures plus tard, le Wall Street Journal rapportait qu'Amazon envisageait d'ouvrir jusqu'à 2000 magasins similaires aux Etats-Unis.

C'est une annonce énorme, qui a suscité pas mal de critiques, surtout de la part de gens qui déplorent la disparition des emplois de caissiers qui seront bientôt automatisés, comme tant d'autres avant eux.

Publicité

Cette inquiétude est fondée - Amazon n'embauchera probablement pas de caissiers pour ses magasins, même s'il y aura sûrement des gens employés pour garnir les étalages par exemple ; on voit même des travailleurs humains dans une vidéo promotionnelle. Mais cette critique n'est pas la plus pertinente, puisque l'objectif d'Amazon n'est pas de tout automatiser ou d'économiser des salaires. Le but, c'est plutôt de créer un système de surveillance des consommateurs.

L'automatisation fait bien sûr partie du système mis en place dans le cadre d'Amazon Go, mais ce que veut vraiment faire l'entreprise n'a rien à voir avec le fait de remplacer un "barista" par un robot, par exemple. Ça, c'est l'automatisation que l'on connaît déjà bien : remplacer le capital variable par du capital fixe, lequel est moins coûteux à long terme (que de payer des gens à l'heure).

Les économies de salaires font certainement partie du plan d'Amazon, mais ce n'est pas sa raison d'être ; l'objectif réel, c'est de maximiser les informations recueillies sur les consommateurs, online comme offline.

"Ce qu'Amazon ne voit pas, et qu'il rêverait de voir, c'est la version de vous qui achète un hamburger pas cher tous les mercredis midis"

En temps qu'entreprise de commerce électronique, ce qu'Amazon voit de vous actuellement, c'est la version de vous qui achète des quantités astronomiques de trucs débiles à 4h du matin, qui remplit son panier virtuel d'articles hors de prix que vous n'achèterez jamais, et qui achète soudainement des dizaines de boîtes en carton (c'est parce que vous déménagez, mais Amazon ne le sait pas, évidemment).

Publicité

Mais ce qu'Amazon ne voit pas, et qu'il rêverait de voir, c'est la version de vous qui achète un hamburger pas cher tous les mercredis midis, qui engloutit un paquet de chips à minuit, qui achète des préservatifs le vendredi, et ainsi de suite - en somme, toutes ces petites choses insignifiantes qui constituent la réalité de nos vies quotidiennes.

Amazon n'a pas précisé quel type de technologie alimenterait son magasin, et par extension quels types d'informations l'entreprise recueillerait sur les gens qui s'y aventureront. Un brevet découvert par Recode l'année dernière semble confirmer qu'il sera question de vision par ordinateur (ce qui implique d'utiliser des caméras), mais un porte-parole d'Amazon m'a confirmé par e-mail que la reconnaissance faciale ne serait pas utilisée dans la boutique Amazon Go. Quoi qu'il en soit, il est évident qu'Amazon saura ce que vous achetez.

N'importe qui peut remplacer un caissier par un robot. C'est très simple, et d'ailleurs, beaucoup de magasins l'ont déjà fait en mettant en place des bornes de paiement automatiques. Mais ce qu'Amazon est le seul à pouvoir faire, et ce qu'il veut faire avec Amazon Go, c'est de mettre en place une boucle d'information ultra-efficace et fondée sur l'exploitation des données, construite autour de vos achats aussi bien physiques qu'en ligne. Et concrètement, comme tout ce que fait Amazon pour recueillir un maximum de données actuellement, cela lui permettra d'améliorer son marketing, ses recommandations, ses promotions, et de gérer au mieux sa chaîne d'approvisionnement. Pour cela, il lui faut tout savoir de vous.

Mais au moins, vous n'aurez plus besoin de parler à un caissier.