Sports

Les Jeux olympiques débutent dans un mois, et à Rio, il reste pas mal de choses à régler

A un mois des Jeux, Rio doit encore faire face à de nombreux problèmes.
5.7.16

Les Jeux olympiques vont commencer dans un mois tout pile à Rio, le 5 août, et on peut d'ores et déjà le dire : cela va être un mois assez intéressant à observer. Entre le virus Zika, la pollution, l'instabilité financière, les retards dans la construction, autant dire que la ville n'est pas très rassurée à quelques semaines de recevoir les Jeux. Il y a encore pas mal de choses à régler avant de commencer, et certaines de ces problématiques, comme les eaux polluées, ne peuvent même pas être "réparées", donc elles feront simplement partie des Jeux olympiques.

Publicité

Pour commencer, le virus Zika est la plus grande inconnue, certains athlètes ayant même fait une croix sur les JO à cause de ça. Soit ils ont de vraies raisons de s'inquiéter, soit il s'agissait d'une bonne excuse pour prendre des vacances, mais la peur, elle est bien là, et il n'y a pas grand chose à faire d'autre que de tenter le diable, ou de fuir le Brésil.

D'autre part, la pollution des eaux pour les compétitions d'aviron, de voile et pour les autres sports aquatiques est une autre préoccupation pour de nombreux athlètes. En 2009, quand Rio a soumis sa candidature au CIO, la ville avait inclus un projet sur sept ans pour nettoyer les eaux polluées et contaminées d'endroits comme Guanabara Bay, où on trouve des eaux d'égout, des ordures et des poissons morts. Ce projet a capoté de manière spectaculaire - les autorités sont même en train de mener l'enquête pour savoir si le financement fédéral pour ce projet a été détourné ou non de manière illégale - et un récent rapport a déterminé que les eaux de Rio contenaient « des virus 1,7 million de fois plus dangereux que ceux présents sur une plage américaine ».

La semaine dernière, les restes mutilés d'un corps humain ont échoué sur la plage de Copacabana, où se déroulera la compétition de volley, et ce n'est pas la première fois qu'un cadavre est repêché à cet endroit.

Le vélodrome olympique, qui accueillera le cyclisme sur piste, a mis du temps et a connu quelques péripéties, mais sa construction devrait être terminée pour le début des Jeux. La construction fut retardée le 30 mai dernier, après que l'entrepreneur à l'origine du projet a déposé le bilan. Le contrat fut donc remis à une autre compagnie, et le stade est donc presque prêt à accueillir des événements sportifs. Tout est dans le "presque", on rappelle qu'on est à un mois du début des Jeux.

Associated Press écrivait ainsi récemment : « Cependant, le stade est encore un "work in progress". Les sièges doivent encore être installés, ainsi que d'autres choses en coulisse. Des laveurs de vitres travaillaient toujours dimanche à l'autre bout de la piste, et il reste des choses à peindre.

On voit que c'est encore en construction, il y a encore un peu de poussière sur la piste, a déclaré le cycliste suisse Gaël Suter, qui s'est entraîné là dimanche et s'est déjà qualifié pour ses premiers JO. On n'y est peut-être pas déjà à 100%. Mais ce sera sans aucun doute prêt pour les Jeux. »

Le 21 avril, la piste cyclable Tim Maia, un projet olympique reliant deux falaises au-dessus de l'eau et parallèle à une route où passera la compétition de cyclisme des JO, s'est effondrée, tuant deux cyclistes. Certains s'étaient déjà plaint que ce chemin avait commencé à se détériorer, et quand une grosse vague s'est écrasée sur les falaises, elle a soulevé un segment du chemin, la faisant tomber, ainsi que les gens qui étaient dessus, sur la plage en contrebas. Tout ce circuit est désormais fermé et le maire de Rio, Eduardo Paes, a déclaré qu'elle allait rouvrir cette année, peut-être à temps pour les Jeux. Ironie du sort, cet accident est survenu alors que quelques heures auparavant, la flamme olympique était allumée à Athènes.

Une grande enquête autour de la construction de nombreux équipements olympiques a révélé que ces problèmes sont liés à la corruption. Si on ajoute à cela la pire récession que le Brésil ait connu depuis les années 1930, tout est là pour faire de ces Jeux un désastre absolu. Le gouverneur de Rio de Janeiro a déclaré que sa ville était en « état de calamité publique », et n'avait pas les finances disponibles pour répondre aux attente inhérentes à l'organisation d'un tel événement. Il est désormais attendu que le gouvernement fédéral trouve un moyen de maintenir à flot l'organisation de ces Jeux à Rio, mais il est difficile de savoir ce qui va se passer après cela.