Une histoire populaire du Get 27

La plus française des liqueurs à la menthe prend sa source en Haute-Garonne. Retour sur une saga familiale teintée de coups marketing et d'expériences sociales.

|
20 Mars 2017, 6:00am

Est-ce que vous avez déjà entendu parler de la ville de Revel ? Cette ancienne bastide médiévale du sud-ouest de la France est surtout connue pour son savoir-faire dans l'artisanat du meuble d'art. Les gourmets connaissent aussi son marché – qui figure parmi les cent plus beaux de France –, installé sous le beffroi de la magnifique halle centrale. Mais Revel est surtout la maison-mère de l'une des boissons françaises les plus bues à l'apéro : le Get 27.

Sur le boulevard Carnot, le bâtiment de l'ancienne usine Get est immanquable : il sert aujourd'hui de centre culturel à la ville, où la médiathèque côtoie notamment un cinéma. Sous les arcades de la place du marché, on aperçoit encore les fresques représentant des bouteilles estampillées du nom qui entretient la renommée du lieu. La production a beau avoir déménagé à Gémenos (Bouches-du-Rhône) en 1988, le breuvage alcoolisé, concocté à base de crème de menthe poivrée, reste viscéralement attaché à l'histoire de cette cité de la Haute-Garonne.

Bien qu'il sonne anglais, le « Get » n'a rien à voir avec une quelconque appellation d'origine américaine ou british. Il est le patronyme, typiquement revélois, de deux frères : Jean et Pierre, les brillants esprits à l'origine d'une incroyable saga familiale qui débute au milieu du XIXe siècle. Pour preuve de cette appartenance au terroir, les gens d'ici le prononcent tout simplement « Gét » quand il se dit « Djèt » au comptoir des bars où vous avez l'habitude de le consommer.

Lire la suite sur Munchies