Life

Comment survivre dans la ville la plus froide au monde

« Si vous touchez quelque chose de métallique sans porter de gants, vous perdez un morceau de peau. »
Sandra  Proutry-Skrzypek
Paris, FR
12.1.21
Oymyako
Anshu Saxena se tient à côté du panneau indiquant Oymyakon.

La ville d'Oymyakon, en Russie, est l’endroit habité le plus froid de la Terre. La température moyenne y est de -50 degrés Celsius, avec des pics allant jusqu'à -71. Contrairement à l'Antarctique, la vie semble s’y dérouler normalement, avec une école, des épiceries et environ 500 habitants qui se consacrent à la chasse pour la plupart.

Anshu Saxena, 37 ans, employé de la Food Corporation of India, voulait explorer les endroits les plus froids de la planète. Mais il n'est pas facile de s'y rendre, surtout en plein hiver.

Publicité

Pour se préparer à une telle mission, il faut trouver des vêtements adaptés au grand froid, ainsi qu'un moyen de surmonter les barrières linguistiques. Il faut aussi des traitements spéciaux, comme une crème qui prévient les engelures. Enfin, il faut espacer les pauses pipi et se préparer mentalement à un régime alimentaire à base de viande salée et sans fibres. 

Il est même difficile de photographier un tel paysage, car les objectifs des appareils photos gèlent et les piles ne fonctionnent pas par un froid pareil. Lorsque Saxena a essayé de prendre quelques photos du fleuve Léna, ses doigts sont devenus bleus et douloureux en quelques secondes. Étant donné que l’hôpital le plus proche se trouve à au moins une journée de route, il faut être particulièrement prudent. J'ai contacté Saxena pour en savoir plus sur son expérience dans un endroit aussi isolé, et surtout pour comprendre ce qui l'a poussé à le faire.

1.jpeg

Si vous jetez de l'eau bouillante dans les airs, elle se cristallisera immédiatement.

VICE : Pourquoi êtes-vous parti volontairement pour un endroit où même les bactéries meurent congelées ?
Anshu :
J'aime le froid, les montagnes et l'aventure en plein air. Et puis, il y a un aspect de nouveauté totale dans l'exploration d'un endroit aussi éloigné. 

Comment se rendre dans un endroit où les routes sont verglacées et où les avions ne circulent pas ?
Il existe des agences touristiques qui organisent des séjours privés pour une bouchée de pain, mais je ne les recommande pas. J'ai simplement fait beaucoup de recherches et réservé un vol de Moscou à Novossibirsk. De Novossibirsk, je suis allé à Iakoutsk, où je me suis inscrit à un voyage touristique de groupe jusqu’à Oymyakon, qui se trouve à environ 1 000 kilomètres, soit trois jours de trajet en voiture. 

À quoi ressemble un trajet de 1 000 kilomètres à travers un tel paysage ?
Les routes sont pittoresques, avec des forêts à n’en plus finir et des rivières complètement gelées. J’ai partagé un taxi avec un groupe de voyageurs et nous avons traversé la Kolyma, également connue sous le nom de « route des os ». Elle a été construite pendant l'ère soviétique par des milliers de prisonniers du goulag dont les corps ont été gelés dans le permafrost. 

Est-ce qu’il y a beaucoup de touristes, à Oymyakon ?
La ville est populaire auprès des amateurs de sensations fortes, mais elle compte assez peu de visiteurs. Même les Russes n’y vont presque jamais en hiver. On vous remet un certificat de la température enregistrée par le gouvernement au moment de votre arrivée. Il faisait -53 degrés quand j’ai mis les pieds là-bas. Selon le certificat, j'étais le 947e étranger à visiter Oymyakon et, selon mon guide, peut-être le troisième Indien à le faire.

Anshu dans une ferme de vaches à Oymyakon.

Anshu dans une ferme de vaches à Oymyakon.

Comment se déroule le quotidien par -53 degrés ?
À peu près tout gèle à ces températures. Le mercure gèle à moins 38,83 degrés. Les locaux utilisent donc des thermomètres à alcool. La batterie du téléphone s'épuise en moins de 30 secondes. Si vous touchez quelque chose de métallique sans porter de gants, vous perdez un morceau de peau. Les voitures qui ne peuvent pas être rentrées dans un garage chauffé doivent tourner toute la nuit. 

Concrètement, qu’y a-t-il à faire à Oymyakon, à part se concentrer pour ne pas mourir ?
Les principales occupations des habitants sont la chasse, la pêche et l'élevage, principalement de rennes et de chevaux. Il y a une école primaire, mais ceux qui veulent étudier doivent déménager à des centaines de kilomètres. Le dentiste le plus proche, par exemple, se trouve à environ 750 kilomètres.

Le groupe de voyageurs dans leur famille d’accueil à Oymyakon. Anshu est le cinquième en partant de la gauche. Les maisons sont équipées du chauffage central.

Le groupe de voyageurs dans leur famille d’accueil à Oymyakon. Anshu est le cinquième en partant de la gauche. Les maisons sont équipées du chauffage central.

Que mange-t-on dans un endroit où rien ne pousse et où même l'eau bouillante se transforme en glace en quelques millisecondes ?
Le régime alimentaire est presque entièrement carnivore, composé de viande de renne et de cheval. Les épices sont presque inexistantes. La vodka est très forte et ridiculement bon marché. Les locaux plaisantent souvent en disant que, chez eux, la glace est un plat chaud.

Comment ne pas mourir par ce temps ?
Il faut mettre plusieurs couches de vêtements, doubler les paires de chaussettes, se couvrir le nez et les yeux. Aucune entreprise indienne ne fabrique de vêtements adaptés à ces températures. Si vous avez de l'argent à dépenser, il existe des manteaux en fourrures d'ours polaires. Je recommande aussi d'acheter des valenki [des bottes russes traditionnelles] dans les petits magasins qui en vendent en Russie. Comme les maisons sont toujours chauffées, l'intérieur est très confortable, contrairement à l'hiver moyen à Delhi.

Et pour les toilettes, comment cela se passe-t-il ?
Toutes les maisons ont des toilettes à l'extérieur parce que sinon les tuyaux gèleraient. Si vous devez aller aux toilettes, faites-le rapidement et revenez à l'intérieur en quelques minutes, sinon vous risquez d'avoir des engelures sur vos parties génitales. Il n'y a pas de douches, car il n'y a pas d'eau courante. Il n'y a que des saunas russes, appelés banya.

Kolyma, la « route des os ».

Kolyma, la « route des os ».

Recommanderiez-vous cette destination ?
Absolument, à condition d’aimer vraiment le froid. C'est une région si éloignée du monde. Le simple fait de voir comment notre corps réagit pour ne pas geler témoigne de notre instinct de survie là où il n'y a presque pas d'autre vie.

VICE France est aussi sur Twitter, Instagram, Facebook et sur Flipboard.
VICE Belgique est sur Instagram et Facebook.