Santé

Depuis la fin du confinement, j'ai peur de retrouver ma « vie d’avant »

Mon quotidien était frénétique et je ne suis pas pressé de le retrouver. Pourquoi ?
02 juin 2020, 7:22am
peur vie d'avant coronavirus
ILLUSTRATION DE MATTEO DANG MINH

Au cours de cette épidémie de Covid-19, nous nous questionnons sur notre mode de vie, notre façon de nous relier à nous-mêmes, au monde qui nous entoure et aux autres. C'est pourquoi, nous invitons un expert à répondre à certaines de nous interrogations.

Question : Cela peut sembler bizarre, mais j'ai vraiment peur de retourner à ma vie d'avant la pandémie. Cette nouvelle normalité est évidemment nulle, mais elle m'a aussi ouvert les yeux à bien des égards. J'ai l'impression que mon ancien quotidien était frénétique, parfois sans raison. Prendre cette pause m'a permis de m'en rendre compte pour la première fois.

Je n’ai pas envie de dépenser de l'argent pour dîner avec quelqu'un que je n'aime pas, ou de travailler tard pour respecter une échéance qui n'aura pas d'importance, ou même d'être à nouveau toisé et jugé par les gens. Mais en même temps, je crains aussi que toutes ces choses superficielles ne disparaissent pour toujours.

Est-ce une préoccupation valable ? Ou est-ce que j'invente des excuses pour éviter de faire face à cette nouvelle réalité qui pourrait encore changer ? Je suis confus. Tout est si incertain. Est-ce que ça va passer ? Aidez-moi.

Réponse de Laura Guaglio, psychologue et psychothérapeute spécialisée dans les traumatismes et le stress causés par des événements :
Au début, la quarantaine était difficile pour beaucoup de gens. Frustration, colère, sentiment de vide. Mais peu à peu, nous avons trouvé une nouvelle routine, plus personnelle. Nous avons découvert de nouveaux rythmes, qui ne sont peut-être pas parfaits, mais que nous préférons peut-être à ceux d’avant, qui nous étaient imposés. En tant qu'humains, nous sommes capables de nous adapter et de nous tailler une part du monde, même dans des situations hostiles et à un coût émotionnel élevé.

La vérité, c'est que nous ne vivrons pas éternellement comme ça. Nous ne savons pas si les choses vont s'améliorer ou s'aggraver, ni si nous aurons une chance de nous en sortir. Mais une chose est claire : nous ne retournerons pas de sitôt à notre ancienne vie – la vie d’avant le coronavirus n'existe plus. C'est pourquoi il est tout à fait valable de réévaluer complètement sa vie et de se sentir plein d'émotions et de contradictions. En ce moment, vos nouvelles inquiétudes se combinent avec d'autres problèmes d'avant la pandémie. C'est très stressant.

Vous n'avez pas tort d'essayer de définir vos nouvelles priorités tout en vous remémorant votre ancienne vie. Peut-être avez-vous perdu du temps avec des amitiés qui ne vous rendaient pas heureux, alors il est normal de se demander si vous devriez revoir ces personnes. Si vous avez travaillé beaucoup plus dur que vous n'auriez dû par fierté ou pour votre réputation, vous pouvez vous demander s’il est vraiment bon de continuer. La pandémie pourrait être une excellente occasion de réexaminer votre situation et de ne plus perdre votre temps. Cela ne vous empêchera pas de douter de l'avenir. Vous devez essayer d’affronter ces angoisses le plus rationnellement possible.

Votre peur du jugement est différente. Cette période de solitude a exacerbé les problèmes de confiance de beaucoup de gens. Elle en aussi aidé d’autres à baisser la garde et à ne plus se soucier de ce que les gens pensent.

Il est normal d'éprouver de l'anxiété ou des difficultés à quitter la maison en ce moment. La plupart des gens ont besoin de reprendre une routine pour que ces craintes disparaissent. D'autres, en particulier ceux qui ont eu le virus, peuvent avoir des flashbacks, des cauchemars ou avoir l'impression de revivre cet événement traumatisant. Des petites choses du quotidien peuvent alors déclencher des réactions extrêmes. C'est ce que nous appelons le syndrome de stress post-traumatique ; si vous ressentez ces symptômes, il est important de demander de l'aide.

VICE France est sur Twitter, Instagram, Facebook et sur Flipboard.