Life

Comment dire des trucs cochons sans se sentir ridicule

Qui ne tente rien n'a rien. N'oubliez pas que la confiance inspire la confiance. Utilisez des GIF pornos pour lancer la conversation.
01 septembre 2020, 6:33am
dire des trucs cochons
Illustration by Hunter French 

Que vous soyez loin de votre partenaire, que vous veniez de rencontrer une nouvelle personne, ou que vous ayez envie de pimenter votre vie sexuelle parce que, franchement, il n'y a pas grand-chose d'autre à faire en ce moment : il est temps de perfectionner l’art du dirty talk.

Parler de sexe peut être aussi simple que de dire : « Je veux ton X dans mon Y. » Mais cela peut aussi être bien plus. Nous avons probablement tous entendu (et essayé) de nombreux scénarios adaptés du porno, mais nous avons aussi nos propres ressources personnelles et nos façons de les exprimer. Parler de sexe pour s'exciter et exciter quelqu'un d'autre peut être tellement plus amusant lorsque les obscénités viennent de votre propre créativité, plutôt que d’un discours plus généralisé.

Il n'est pas nécessaire que ce soit parfait. En fait, c'est même mieux quand ça ne l'est pas ! Cela laisse aux gens la possibilité de se sentir eux-mêmes, et c'est probablement la chose la plus sexy que l'on puisse demander. Donc, que vous vous rencontriez en personne, que vous envoyiez des textos, parliez au téléphone ou passiez un appel vidéo, voici par où commencer et comment oublier la timidité, entre autres, quand il s'agit de dire des trucs cochons.


I. Avant de commencer

Tout d'abord, parlez-en à vous-même.

Avant d'entamer la conversation avec une autre personne, accordez-vous un peu de temps pour évaluer en privé ce qui vous intéresse. Comment décririez-vous le sexe idéal pour vous ? Comment le décririez-vous dans vos propres mots ? Est-ce que cela vous plaît d'inclure des blagues dans la conversation ? Aimez-vous les insinuations ? Aimez-vous qu'elles soient romantiques ? Et pensez aussi à ce que le résultat pourrait donner !

Plus vous en savez sur vous-même, plus vous pouvez partager avec l'autre personne et lui donner des conseils sur la façon de communiquer avec vous de manière à vous faire sentir bien, selon Shadeen Francis, thérapeute sexuel et relationnel. Le fait d’imaginer ce que vous voulez peut aider votre ou vos partenaires à « vous voir comme vous voulez être vu et vous traiter comme vous voulez être traité », ajoute-t-elle.

Si vous pouvez identifier des sujets spécifiques dans votre façon de penser et de parler de ce qui vous plaît, partagez-les avec votre partenaire lorsque vous êtes prêt à commencer. Vous pouvez dire quelque chose comme :

  • « J'aime bien qu’on soit tendre avec moi et qu’on me chuchote des choses à l’oreille. »
  • « J’aime bien qu’on soit autoritaire avec moi, alors n'hésite pas à me dire ce qu'il faut faire au fur et à mesure. »
  • « J'aime bien qu'on me provoque avant de devenir vraiment intime ; j’aime beaucoup la subtilité et la tension sexuelle. »

Lorsque vous réfléchissez à ces répliques et que vous les essayez vous-même, vous pouvez utiliser ces informations pour établir toute relation sexuelle verbale avec une autre personne. En prenant cette initiative, vous lui montrez ce qu'il faut dire. Cela peut l'aider à comprendre le langage que vous aimez.

Si vous êtes timide ou si vous avez peur de devenir nerveux (ce qui n'est pas toujours une mauvaise chose), écrivez quelques mots et phrases à l'avance pour vous y référer.

Ce qui est parfois intimidant quand il s'agit de dire des choses cochonnes, c'est qu'il n'est pas toujours facile d'être totalement honnête et spontané. Est-ce que vous êtes nerveux par rapport à ce que vous allez dire à ce moment-là ? Ne vous inquiétez pas. Avoir une feuille de route, même mentale, ne signifie pas que vous allez perdre votre spontanéité ou votre authenticité.

Selon l'éducatrice sexuelle Erica Smith, « écrire à l'avance un scénario stimulant sur la façon dont vous envisagez le déroulement de votre conversation, c'est comme être l'auteur de votre propre roman érotique ». En écrivant tout cela, il vous sera plus facile de vous en tenir aux éléments descriptifs qui reproduisent votre façon quotidienne de parler et de penser – ou de suivre de plus près un fantasme que vous espérez explorer avec votre partenaire.

Si vous ne savez pas par où commencer, essayez de l'aborder comme une histoire et d'écrire un scénario pour les personnes qui y participent. Qui sont les personnages ? Quel est votre rôle ?

Si vous vous sentez un peu timide au début avec votre partenaire et que vous ne savez pas par où commencer/continuer/finir, pensez aux répliques que vous avez en réserve.

II. Comment commencer

Le consentement est nécessaire, même si vous ne faites que parler, alors assurez-vous que c'est la première partie de toute conversation un peu chaude.

Tout comme donner et recevoir le consentement est une chose dont il faut parler chaque fois que vous êtes physiquement avec une autre personne, il est crucial d'obtenir un « oui » avant d'envoyer un message sexy ou de passer à des choses explicites au téléphone.

Dire des choses cochonnes quand on n'est pas physiquement ensemble exige que l'on s'affirme davantage pour obtenir le feu vert qu'en personne car on s’appuie sur une nouvelle forme de langage, selon Casey Tanner, sexologue diplômée, spécialisée dans l'intimité homosexuelle.

Tanner suggère de vous lancer en disant quelque chose comme : « OK, j'aime bien la direction que cela prend » ; suivi de : « Que penses-tu des sextos ? » Une fois que vous avez la permission, vous pouvez être plus spécifique, comme : « Le sexe oral m’excite énormément, tu aimes ça aussi ? »

S'assurer que vous êtes tous les deux d'accord a le double avantage de faire en sorte que tout le monde se sente moins inquiet ou timide à l'idée de dire des choses cochonnes.

Une partie du consentement consiste à s'assurer que le moment est propice, alors demandez chaque fois avant de commencer (à moins que vous n'ayez donné un accord direct et verbal).

Il ne s'agit pas seulement de savoir si quelqu'un veut s'engager à entendre vos désirs et vous faire entendre les siens, mais aussi d'avoir la capacité mentale pour le faire et d’être dans le bon environnement.

Dans cette pandémie, en particulier, si les rencontres en face à face sont moins fréquentes et prennent plus de temps à planifier, les gens (y compris vous) peuvent ne pas avoir très envie de réagir au sexe virtuel, aussi excitant soit-il.

Recevoir un message explicite pendant un repas en famille n'est pas idéal (pour la plupart des gens, en tout cas). Pour éviter ce genre de désagrément et pour vous assurer que vous tenez compte du consentement, essayez quelque chose comme ceci :

  • « Tu es dans un lieu privé en ce moment ? »

Si la réponse est oui :

  • « Je peux te raconter un truc chaud auquel j’ai pensé ? »
  • « Tu veux entendre quelque chose de sexy ? Je peux te le dire à un autre moment, si tu préfères. »

Si la réponse est non :

  • « Je pensais à toi. Je t'en dirai plus une autre fois. »

Fixez vos propres limites et demandez celles de l'autre personne.

« Les limites ne se manifestent pas spontanément », explique Francis. Il faut en parler au préalable pour savoir ce que l'autre personne est prête à faire. Vous pouvez évaluer les limites de chacun à l'aide de questions comme :

  • « J'aime les jeux de rôle, mais seulement avec des personnages humains. »
  • « Y a-t-il des mots que tu ne veux pas que j'utilise avant de commencer ? »
  • « Je fantasme un peu sur l’étranglement, tu en penses quoi ? »

III. Que dire et faire sur le moment

Utilisez « oui, non, ou peut-être » pour voir si vos intérêts se recoupent avec ceux de l'autre.

Commencez par dresser une liste de questions pour évaluer l'intérêt de votre partenaire et pour savoir si ses fantasmes sont quelque chose que vous seriez prêt à essayer. La clé de ce succès se trouve dans trois mots : « Oui », « non » et « peut-être ».

Quelque chose comme ceci : « Voudrais-tu que je t'envoie un vibromasseur similaire au mien pour que l'on puisse se masturber ensemble ? Oui, non, ou peut-être ? » suggère Tanner.

Si cela lui convient, montrez et dites à votre partenaire ce que vous aimez.

Après avoir commencé à décrire ce que vous aimez (et vice versa), voyez si vous pouvez lui envoyer des vidéos ou des GIF pornos qui montrent quelque chose que vous aimeriez vivre ou explorer.

Dites ce que vous voulez dire avec confiance ; si vous semblez à l'aise, cela vous aidera, vous et votre partenaire, à vous détendre.

Il est normal de ne pas se sentir en sécurité lorsque l'on entame une conversation salace, étant donné nos expériences socialisées sur la manière, le moment et les personnes avec lesquelles on doit s'engager sexuellement. "Il est bon de s'entraîner à se sentir en confiance par rapport à ce que l'on veut et de demander ensuite à la personne ce qu’elle en penserait », dit Tanner.

Cela est particulièrement utile si vous n'êtes pas ensemble physiquement. On ne peut pas toujours se fier aux expressions du visage ou au langage corporel lorsqu'on parle au téléphone ou par message, alors au lieu de poser beaucoup de questions au hasard pour évaluer les intérêts de l'autre personne, soyez direct et authentique en exprimant ce que vous aimeriez qu'il se passe, puis invitez l'autre personne à faire de même.

VICE France est sur Twitter, Instagram, Facebook et sur Flipboard.