FYI.

This story is over 5 years old.

Design

Wikipedia transformé en une nébuleuse infinie de connaissance

Baladez-vous sur WikiGalaxy, le monde où chaque étoile est une page Wikipedia.
2.3.15

Avec ses millions d’articles et ses ramages infinis de connaissance, Wikipédia est d’ores et deja un monde à part. Alors de là à en faire une nébuleuse, il ne fallait que le génie d’un jeune étudiant ingénieur Français, Owen Cornec pour que WikiGalaxy voit le jour. Ce nouvel astre lumineux fait parti des, toujours géniales, Chrome Experiment et voit l’encyclopédie en ligne transformée en un immense réseau interactif d’articles.

Publicité

“Les articles sont organisés dans l’espace en fonction de liens qu’ils partagent. Vous pouvez suivre un cheminement d’article qui sont près les uns des autres, ou bien chercher de façon plus classique, de lien en lien.” explique Cornec. Se retrouver dans un réseau d’étoiles fait de milliers d’informations n’est pas simple et les liens deviennent des chemins intersidéraux – presque physique – menant d’une découverte à une autre.

“Je voulais créer quelque chose de beau tout en étant une prouesse technique. WikiGalaxy utilise un imaginaire commun pour rendre visible la connaissance. Je voulais montrer quelque chose que les gens prennent pour acquis d’une manière nouvelle. Wikipedia est actuellement à la recherche de fonds et demande à ses utilisateurs de l’aide, mais je crois qu’il devrait commencer par presenter ce qu’ils ont de manière plus attractive.” Au final, WikiGalaxy utilise du HTML5, CS33, WebGL, jQuery et du THREE.js. Autant de language qui mériteraient leur propre encyclopédie et qui permettent ici de se balader dans la connaissance d’une manière presque tangible, donnant un tout nouveau sens à la sérendipité en ligne.

Aujourd’hui, Owen Cornec voudrait créer un code couleur pour que chaque étoile rentre dan une ou plusieurs “super-catégorie (personne, science, histoire…)”, et voudrait coupler sa WikiGalaxy a un Occulus Rift.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site d’Owen Cornec et parce qu’il faut mieux l’essayer que d’en parler, voici le lien.